Sports | Football

LCF | Argonauts

Étienne Boulay : « Nous n’avons jamais douté »

CA_andre-cyr

André Cyr @

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

« Nous n’avons jamais douté »

photo Agence QMI, Michel Desbiens

Étienne Boulay distribuait les accolades après la rencontre. Il participera à une quatrième finale de la Coupe Grey en cinq ans, dimanche prochain à Toronto.

Étienne Boulay, super émotif, distribuait les accolades à ses coéquipiers champions de la division Est, au centre du terrain, après le match.

«Émotif? Oui, je le suis», a admis l’ancien chouchou des partisans des Alouettes, qui s’est trouvé une niche avec les Argonauts cette saison après six années passées à Montréal.

«Nous ne l’avons pas eue facile cette année. Un nouvel entraîneur (Scott Milanovich), un nouveau quart (Ricky Ray), plusieurs autres nouvelles figu­res…

«On ne nous donnait pas de grandes chances de nous rendre aussi loin. Pourtant, nous rentrons maintenant à la maison avec la chance de remporter la coupe Grey devant nos partisans…»

Les choses allaient plus ou moins bien pour les Argonauts, qui tiraient de l’arrière par sept points à la mi-temps.

«Nous n’avons jamais douté que nous allions l’emporter», a poursuivi Boulay, qui disputera donc dimanche prochain une quatrième finale de la Coupe Grey en cinq ans.

«Nous savions que nous avions la meilleure des deux équipes sur le terrain avec Ricky (Ray) et nos autres vétérans.

«Si nous n’avions pas laissé autant de points sur le terrain en première demie, c’est par une bien plus grosse marge que nous l’aurions remporté.»

Du grand Owens

Un autre ancien Alouette savourait la victoire des Argonauts à pleines dents.

Chad Owens a amassé 207 verges par la passe – un record des Argos pour un match éliminatoire.

La défense des «Moineaux» a passé l’après-midi à tenter de le «pogner».

De retour au vestiaire, le héros de la journée parlait de «destinée».

«Un joueur peut être chanceux comme ça certains jours ; il trouve les brèches, le quart décoche la passe au bon moment et tout roule sur des roulettes. C’est ce qui m’est arrivé aujourd’hui.

«Je crois que les choses n’arrivent jamais par hasard.

«Ce n’est pas pour rien que Scott Milanovich a été embauché à Toronto en tant qu’entraîneur recrue.

«Je savais qu’il était un grand homme de football parce que j’avais eu la chance de le voir à l’œuvre à Montréal.

«Quand il est arrivé avec nous, j’ai tout de suite su que nous avions des chances de gagner la coupe.  

«Ce n’est pas par hasard non plus que les Argos ont pu mettre la main sur un aussi grand quart que Ricky Ray.

«Voilà maintenant que nous retournons à Toronto pour y jouer le match ulti­me devant nos partisans.

«Nous aurons la chance d’atteindre le but que nous nous étions fixé dès le premier jour du camp d’entraînement.»

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus