Spectacles | Musique

Jacques Fabi, silence radio

Sophie Durocher

Sophie Durocher @

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

Avez-vous remarqué? Tous ceux qui déchirent leur chemise dès qu’un animateur de radio parlée dit un mot de travers ont été très silencieux au sujet de Jacques Fabi.

Tous ceux qui crachent sur les radios qu’ils appellent «poubelle» se sont bouché les oreilles et ont fait semblant de ne rien entendre quand un animateur chevronné, avec 35 ans de métier, a eu une attitude ignoble en ondes.

Est-ce parce que Fabi fait partie de «la bonne clique»?

RADIO LIBRE EXPRESSION

Imaginez ce qui serait arrivé si Carl Monette, animateur du matin à CHOI, avait laissé une auditrice affirmer que l’Holocauste était la plus belle chose de l’histoire… Imaginez si Éric Duhaime avait dit que les juifs de Montréal étaient «emmerdants»… Ou si Jean-Charles Lajoie avait dit: «Merci beaucoup d’avoir appelé, le message est passé» à une auditrice qui venait d’assimiler les Israéliens à des chiens…

Dans la seconde qui suit, tous les donneurs de leçons habituels auraient envahi Twitter, Facebook et leurs blogues pour dénoncer le manque de classe et de culture, l’intolérance et la xénophobie des animateurs. Qui sait, ils auraient peut-être même fait une chronique là-dessus sur les ondes de 98,5 FM…

Or, que s’est-il passé la semaine dernière après que Fabi eut laissé «Maria» patiner sur la glace mince de l’intolérance? Rien!

Aucun des ténors de la Bonne Radio de Tolérance et D’Amour Infini n’a dénoncé la complaisance de Jacques Fabi face aux propos de son auditrice.

Le plus ironique dans cette histoire, c’est que les deux premiers qui ont mis à jour l’Affaire Fabi ont été… Jeff Filion sur radiopirate.com et Dominique Maurais, de CHOI. Ces deux animateurs, qui se font allègrement traiter de démagogues, ont été les seuls à crier dans le désert.

Les grands pourfendeurs de la démagogie, eux, sont restés muets, sourds et aveugles.

ANTISÉMITISME ORDINAIRE

Pendant que chez nous les grandes gueules habituel­les se taisaient, au Canada anglais les médias ont sauté sur l’histoire. Dans le National Post, un chroniqueur a même réclamé le congédiement de Jacques Fabi.

Et il ne s’est pas gêné pour revenir sur l’antisémitisme des Québécois.

Au début, je me suis dit que le National Post en remettait encore une couche dans son Quebec bashing. Mais quand j’ai lu mes courriels et que je suis allé voir sur Inter­net les réactions à mon texte de samedi sur Fabi, j’ai compris que la haine des juifs est encore bien en vie dans la Belle Province.

À côté de ce que j’ai reçu comme courriels, les propos de Maria sur l’Holocauste ressemblent à une chanson de Passe-Partout. Je ne vous rapporte que les plus doux…

«On lapide M. Fabi pour avoir dit tout haut ce que plusieurs d’entre nous pensent tout bas.»

«Pourquoi tout leur est permis au nom de l’Holocauste?»

«Dans ses propos (Fabi), beaucoup de personnes s’y retrouvent. C’est vous qui devriez vous excuser...»

Heureusement, j’ai aussi reçu des textes encourageants comme celui-ci, envoyé par un prof de secondaire d’origine juive: «Monsieur Fabi devrait venir assister au témoignage livré par un survivant à mon école. J’espère qu’il ne trouve pas mon invitation “emmerdante”.»

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus