/misc
Navigation

Le bon, la brute et les truands (extrait)

Coup d'oeil sur cet article

Avec son trench, sa moustache, son regard d’acier, sa stature imposante (6’2”, 275 livres) et son fusil dont il ne se séparait jamais, même quand il se promenait dans la rue avec sa femme et son chien, il ressemblait à Lee Van Cleef dans les films de Sergio Leone.

Albert Lisacek, un colosse d’origine slovaque, était considéré comme le flic le plus dur du Canada.

 

UNE AUTRE ÉPOQUE

 

L’homme, qui est mort mercredi matin des suites d’un cancer du colon à l’âge de 79 ans, était le dernier représentant d’une espèce disparue : le flic de choc.

Pensez Charles Bronson. Pensez Steven Seagal. Pensez Robocop sans la taule.

Albert Lisacek (un gentleman dans la vie, disent ceux qui l’ont connu) était tellement dur, tellement craint qu’il ferait passer l’agente 728 pour une chef scout.

 

Texte au complet sur le site du Journal de Montréal...

 

 

 

44 commentaire(s)

jean martin dit :
25 novembre 2012 à 10 h 24 min

Si tu avais eu un père comme lui,tu dirais peut-être moins de niaiseries aujourd'hui !

fghgffhfgghf dit :
25 novembre 2012 à 10 h 30 min

**** Jean Martin**** J'approuve !

André St-Pierre dit :
25 novembre 2012 à 10 h 43 min

Oui, la violence a changé de camp, elle se trouve désormais entre les mains d'une certaine jeunesse qui prône le recours à la «violence légitime». La diisparition totale du mots autorité, respect et responsabiltié en est la cause principale. C'est ce qui a créé le printremps érable. Avoir tous les droits et aucune responsabilité. Ce policier d'une autre époque représente tout ce que les carrés rouges vomissent, soit l'autorité, le respect, la responsabilité. On a cessé d'enseigner ces principes fondamentaux essentiels à l'épanouissement d'une société libre. La qualité de l'enseignement, qui devrait avoir une place prépondérante lors du sommet sur l'éducation, n'abordera pas ces questions, parce que jugées dépassées. C'est ainsi qu'on voit des organisations syndicales financer des recours en justice, pour faire l'éloge de la déresponsabilisation, pour discréditer le système judiciaire, pour détourner l'esprit des lois. Nous en sommes là, et il existe encoe des gens, voire un gouvernement, qui appuient ces dérives.

Alain T dit :
25 novembre 2012 à 11 h 10 min

Bravo André St-Pierre,

mon père était policier à Montréal et jusqu'en 1980, on avait de vrais policiers qui imposaient le respect. Ses amis venaient à la maison et c'était de vrais Hommes ave H majuscule. Quand ils se présentaient quelque part, les filoux avaient peur.

Aujourd'hui, on engage des donneurs de ticket à 5'6 et des femmes. Mis à part 728 (n'y voyez pas de mysogénie) combien sont prête à faire face à des bandits? Je dis cela en tout respect pour vous faire comprendre que la Police ne fait plus peur à personne. Voilà le constat. Quand des lanceurs de balles de billards et de briques savent qu'il n' y aura pas de réprimandes c'est ce que cela donne à la fin.

Il faut renverser la vapeur au plus tôt car les anarchistes vont prendre possession de Montréal comme des mercenaires.

Et les juges ayez des couilles bordel!!

Jim Brindle dit :
25 novembre 2012 à 11 h 19 min

Pour faire respecter l'ordre et la loi en ce Québec de Farwest , il serait nécessaire d'avoir plusieurs flics comme lui , pour assurer la paix de la population et le maintien de nos valeurs civiques et juridiques d'une manière ferme et bien sentie , afin de faire comprendre à ces manifestants violents , qui se croient au dessus des lois , que la justice est pour tous , incluant ceux qui les appuient .

pierre blanchette dit :
25 novembre 2012 à 11 h 37 min

@Jean Martin Votre commentaire a ensoleillé ma journée, merci.

Fred Pellet dit :
25 novembre 2012 à 11 h 56 min

@AlainT. Vous me faites bien rire avec votre «c'était mieux dans le temps !»... Comme s'il n'y avait jamais eu d'émeutes violentes à Montréal avant le printemps dernier. Comme si les années 60, la nuit de la matraque, octobre 70 n'avaient été qu'un pique-nique ! Quelle est triste la nostalgie d'un homme qui se sent dépossédé et incapable de faire face dans le monde moderne...

bombardier dit :
25 novembre 2012 à 12 h 00 min

Avec toutes ses manifestations répétitives c'est des policiers avec la stature de Monsieur Lisacek que sa prend sur la première ligne. Malheureusement ses manifestations sont loin d'être terminées, encore il y a pas longtemps à Québec lors d'un congrès du Syndicat Canadien de l'Énergie et du Papiers, le secrétaire trésorier de ce syndicat Gaétan Ménard s'est permis de donner du mérite aux étudiants en invoquant à la presse l'efficacité de la désobéissance civile. Le syndicat invite les gens à défier les lois, bien moi Gaétan Ménard il aurait perdu sa job instantanément pour inciter les gens à la violence. Je sais qu'il y en a qui vont sortir en furie en invoquant les droits et libertés mais quand même, personne n'a le droit de défier la loi et de promouvoir la violence pour en arriver à ses fins.

bombardier dit :
25 novembre 2012 à 12 h 02 min

Sympathie à la famille.

Hugues Leclair dit :
25 novembre 2012 à 12 h 26 min

Monsieur Albert Lisacek confrontait les bandits. Jamais il ne s'en ai prit a d’honnête citoyen. Pourquoi salir le nom de ce monsieur en le comparent a une policière qui s'acharne sur un père de famille en poussette, ou bien a de jeunes étudiants impertinent ou bien à un artiste qui tiens la porte de son appartement une bière à la main? Le respect ça ne vous dit rien? Le respect? C'est pour les autres? C'est pas pour Richard "Ô verbe tous puissant" Martineau?

ERICK dit :
25 novembre 2012 à 12 h 30 min

Tant qu'à moi on devrait rétablir les standards pour avoir une certaine corpulence dans les services policiers. De plus je trouve que ce n'est pas un travail pour une femme comme je ne comprends pas qu'on engage des hommes dans des garderies. C'est bien beau d'être progressif mais j'ai plusieurs amis policiers et quand leur collègue est féminin, il demande beaucoup plus souvent des renforts qu'ils l'auraient faient s'ils avaient été deux hommes pour une intervention. Pour donner une contravention, on n'a pas besoin de muscle mais à Montréal avec les gans de rues, la mafia, les motards et toute l'activité criminelle des grandes villes, deux gros gars inspirent plus le respect ou du moins de crainte que deux petites filles. Et je n'adhère pas au faux argument que les femmes sont meilleurs pour négocier et de cette facon, on évite la violence. Ce n'est pas parceque on est costaud qu'on est idiot et incapable de discuter. La force physique est complémentaire mais nécessaire et dissuative pour se faire respecter par une clientèle qui ne connait et ne comprends souvent que cette dernière.

Alain T dit :
25 novembre 2012 à 12 h 50 min

@ Fred Pellet,

j'ai pas dit que c'était mieux, j'ai dit que c'était plus respectueux des lois et de l'ordre.

Un vrai Québécoye qui interprète comme il veut. Pourtant c'est écrit en français!!!

mike Edoin dit :
25 novembre 2012 à 13 h 10 min

Ca nous ramene au temps de l`annuaire téléphonique et du bat de baseball pour faire cracher la vérité , autre temps , autre moeurs .aujourd`hui un meurtrier d`enfants peut se moquer de la police et vivre en liberté , on se souvient du meurtre de la jeune fille de Terrebonne ...... Lisacek l`aurait fait parler .

ToéMoé dit :
25 novembre 2012 à 13 h 16 min

Sans tomber dans l'utopie!@ Martineau, es-ce que tu y vois une bonne chose un flic dur comme lui ou non?

Je condamne tout actes de violence faite par eux!

Dominique Lavoie dit :
25 novembre 2012 à 14 h 23 min

Tiens... on les voit sortir de sous les roches où ils se terrent nos bons anarchistes! Une police qui n'est pas obligée de demander pardon avant de vous arrêter, ce serait chiant hein, si le "progrès" de notre belle société ne vous donnait pas autant de corde pour vous épivarder et tout casser impunément?

Octobre 70, je vivais en plein de dans. L'émeute de la St-Jean, J'y étais. J'ai participé à des manifs, vécu quelques grèves. Est-ce que je trouvais ça drôle? Non. Mais est-ce qu'on assistait aux débordements dont on est témoins aujourd'hui? On nous aurait coupé le sifflet assez vite et de toutes façons, on ne s'y essayait pas, la police avait plus de pouvoir qu'aujurd'hui, au lieu de jouer aux psys de rue. Mis à part la graine d'anarchistes d'Octobre 70 qui poussaient un peu fort aux dires même de la population, bien entendu.

Paix à son âme.

ToéMoé dit :
25 novembre 2012 à 14 h 26 min

@ mon doublon qui écrit :

ToéMoé dit : 25 novembre 2012 à 13 h 16 min Sans tomber dans l’utopie!@ Martineau, es-ce que tu y vois une bonne chose un flic dur comme lui ou non? Je condamne tout actes de violence faite par eux!

Je réponds ceci: Cher doublon, cette chronique m' indiffère au plus haut point, et franchement je serai gêné de faire autant de fautes dans une seule phrase aussi insipide et aussi vide de sens !

ToéMoé dit :
25 novembre 2012 à 14 h 29 min

@ Dominique Lavoie

Je vous laisse débattre '' d' une police '' avec mon doublon, paix à son âme ! ! !

Carl dit :
25 novembre 2012 à 15 h 27 min

Je connais un ancien agent de la GRC, il a changé de carrière, il etait ecoeuré de se battre avec les juges et les avocats, il se demenait sans cesse pour coffrer les crotés et 2jours plus tard ils etaient sorti de prison, je peux vous dire que le problème est beaucoup plus profond que le fait d'avoir des petites polices poids plume.

Alain Mallette dit :
25 novembre 2012 à 15 h 28 min

AVec un tel policier,JAMAIS les petits bums Villanueva n,auraient tenter de lui enlever son pistolet!

Robert dit :
25 novembre 2012 à 16 h 31 min

Si Monsieur Lisacek avait été l'enqueteur dans le dossier de Julie Surprenant et bien croyé moi il aurait coffré le crotté qui l'a enlevé et tué gratuitement en un temps record....ont sais tous que le suspect voisin de Julie mort dernièrement du cancer a rit des policiers qui l'on enqueté....mais avec Lisacek il serait mort en prison.Julie ont pense toujours a toi et a ton père,repose en paix.

trestannee dit :
25 novembre 2012 à 16 h 47 min

Bravo à André St-Pierre! Je suis entièrement d'accord avec vous.

Dominique Lavoie dit :
25 novembre 2012 à 16 h 55 min

ToéMoé...

Oh! Ne me dites pas que vous êtes atteint du trouble de personnalité multiple en plus de celle du phénix? Désolée cher ami!

Pierre dit :
25 novembre 2012 à 17 h 04 min

C'est vrai que dans le temps, la police était respectée. Ils en imposaient physiquement.

Or aujourd'hui, ils doivent engagés un nombre minimum de femmes, d'ethnies. Donc, on ne prend pas nécessairement les meilleurs.

C'est rendu que les passants doivent se porter au secours des policières. Il y en a sûrement qui sont à leur place mais c'est loin d'être tous. Des policières de 5 pieds se doivent de sortir le gun car comment vont-elles embarquer un colosse qui ne veut pas?

Ajouter à celà le fait du non-respect de l'autorité. C'est rendu que des jeunes pètent des crises en première année. Dans les années 60, le prof donnait une claque en arrière de la tête ou c'était le diecteur qui donnait la strap. On avait une crainte et je n'ai jamais vu de crises à l'école dans ce temps-là. La crainte est le début de la sagesse. On a eu une excellente éducation et celà marchait rondement. Il y avait de l'ordre.

Les parents d'hier seraient en grande partie accusés devant les tribunaux aujour'hui.. Une grosse partie des profs d'hier seraient dehors aujourd'hui.

La société est de plus en plus malade et celà va empiré.

Richard Ortie dit :
25 novembre 2012 à 17 h 30 min

Martineau a toujours admiré les flics parce qu'au fond sa soif de pouvoir est la même que celles des policiers. On l'a vu quand il a piqué la crise à cause du mémo publique de Téle-Québec. "C'est MON show!", a dit le chroniqueur. Les flics ont la même attitude avec leur uniforme: arrogance, brutalité. C'est des gens complexés. N'est-ce pas?

Jean L dit :
25 novembre 2012 à 17 h 32 min

Avouons-le, lorsque tu vois une policière de 5 pieds 2 venir jouer au matamaure ou un ti-pit de 5 pieds 6 même s'ils ont un badge, tu es porté à les voir comme des boss des bécosses. Pour ceux de ma génération (56 ans), il faut accepter tout comme avoir une femme comme patron que les temps changent. Mais je crois que lorsqu'il doit y avoir intervention avec des gens qui ne veulent pas coopérer, ça prend un peu plus de muscle. Je comprends très bien que plusieurs femmes veulent faire des métiers d'hommes et il y en a qui réussissent très bien par contre il y en a qui sont souvent blessées. Qu'on le veuille ou non la femme est la plupart du temps moins forte physiquement que l'homme et moins endurante. S'il vous plaît mesdames ne me lapidez pas.

marco massico dit :
25 novembre 2012 à 17 h 32 min

Cent pour cent d,accord avec votre commentaire .M. AlainT.

A. Arcand dit :
25 novembre 2012 à 18 h 02 min

«L’émeute de la St-Jean, J’y étais. J’ai participé à des manifs, vécu quelques grèves. Est-ce que je trouvais ça drôle? Non. Mais est-ce qu’on assistait aux débordements dont on est témoins aujourd’hui? » Dominique Lavoie

Bien sûr que c'était exactement les mêmes débordements ... et ce, malgré les matraques des policiers ...

«Je faisais mes propres lois et je travaillais à ma manière. Pour moi, c’était la seule méthode efficace..» Albert Lisacek

Heureusement que les temps changent ! Mais il y aura toujours des imbéciles qui rêveront d'être 'Dirty Harry' ou qui ressentiront de la nostalgie en pensant au 'farwest' ... la belle époque ... :)

Gate dit :
25 novembre 2012 à 19 h 13 min

Justement, aujourd'hui il ne faisait pas tellement beau et c'était assez venteux. Mais bon, il y avait deux super policier qui étaient près de moi devant un restaurant. Les pôvres, c'était clair qu'ils avaient de la misère à transporter leurs ceinturons. D'ailleurs une étude a d'ailleurs été demandé à cet effet, ces lourds tout ça. Mais bon, il y a eu un grand coup de vent et clan, nos deux super-héros sont partis au vent.

Je me suis mis à chanter bonjour la police! (d'un air connu)

pierrebertrand dit :
25 novembre 2012 à 23 h 00 min

Voila un vrais policier. Les responsables de cette situation : la charte des droits Libéral et la constitution du parti libéral qui protége les criminelles et les filous.

P Simard dit :
26 novembre 2012 à 5 h 46 min

J'avais 19 ans en 1976. Pas si sur que c'était mieux dans le temps...... Je travaillais dans les forces armées en 1976 aux jeux olympiques de Montréal. L'on travaillait avec les policiers de Montréal. Un policier genre gros bras pan de mur.... Il arrivait de sa nuit de brosse tout les matins. Un matin il charge son arme de service et il constate qu'il a perdu des balles de son revolver!!!! Un autre matin mon co-équipier lui fait remarquer qu'il y'a de la terre dans le canon de son arme.... Ben oui qu'il répond en débouchant le canon de son arme avec le bout de son cintre...... Il allait dormir toute la journée dans la salle de ventilation en arrière des casiers.... Lorsque son supérieur faisait un appel il répondait présent avec son walkie-talkie et se recouchait......

Après les jeux olympiques je suis retourné au CEGEP continuer mes études..... J'ai rencontré un étudiant en crise un matin dans notre groupe..... Les policiers de Montréal l'avait battu au poste de police en le battant avec des coups de matraques sur la tête mais évidemment ils mettent un bottin téléphonique sur la tête et frappent sur le bottin alors hyper douloureux mais cela ne laissent pas de trace....Il y'a du bon monde dans la police mais il y'a aussi des débiles c'est le reflet de la société....

mario dit :
26 novembre 2012 à 7 h 46 min

Je me rappele des ces gros et grands policiers, dits "les beux".

Quand ils se présentaient à un endroit ou il y avait du trouble, les gens se calmaient vite et leurs répondaient "oui monsieur".

Si ça commençait à brasser un peu, croyez-moi que les beux ne prenaient pas le temps de demander à leur supérieur si ils pouvaient "fesser" pour ramener le calme.

Moi j'apprécierais que ce genre de policiers revienne, histoire de ramener la loi et l'ordre au plus sacrant.

P.S. le surnom les beux (boeufs) a un sens figuré, bien sûr, sans offense...

gilles dit :
26 novembre 2012 à 8 h 31 min

on modèle je veux juste dire on les critiques t'tellement on veux une enquête pendant la grève étudiant mais pourquoi pas une enquête sur les manifestant ce que je veux dire il y a des policiers correct et des étudiant correct mais on regarde seulement les pas correct si on avait pas de policier ces gens serais les premiers a chialer quand cela affecterais ex. leur enfant qui ce fait harceler malheureux de voir tout cela

Ivan Champetier dit :
26 novembre 2012 à 9 h 18 min

Sur une note moins amusante maintenant, je me souviens de cette époque dite ¨de la grosse police épaisse¨ et pour autant que je me souvienne,les bandits et voyous y sévissaient tout-autant! Tous les chefs mafieux et la pègre qui en est découle ne manquaient pas,et les ¨grosses polices épaisses¨ gardaient soigneusements leurs férocité pour ceux qui,c'est mon cas,ne présentaient aucuns danger! Les vrais dangereux,ils les respectaient deux fois plutôt qu'une! Désolé de pèter la bulle des ¨dans mon temps ,c'était donc mieux¨,mais j'ai une excellente mémoire ( que je pourrais très bien ne pas mériter,en regard de tous les excès auxquel je me suis adonné dans ma folle jeunesse).

Gros Ripopo dit :
26 novembre 2012 à 11 h 28 min

Malheureusement pour propager une belle image et démontrer que l'on a pas de préjugés on a engagé des gens des minororités visibles et de la gent féminine. Je n'ai pas de problème avec ça a la condition qu'ils soient choisis pour leurs compétences et non pour leurs origines ou leurs sexes. Le résultats est que plusieurs personnes compétentes n'ont pas été choisies parce qu'on devait rencontrer certains "quotas". Mme Marois a été élue a cause de sa performance et non parce qu'elle était une femme Je crois que les gens doivent être choisis pour ce qu'il sont et non pour ce qu'ils représentent.

Steve Harvey-Fortin dit :
26 novembre 2012 à 19 h 20 min

Donc ce policier était le truand de la police qui appliquait sa propre médecine ou sa propre justice envers les citoyens qui commettaient des crimes.

Il faisait parti de l'ancienne génération de policier qui étaient bourrés de préjugés sociaux et qui frappaient les accusés avant même qu'ils ne soient jugés devant la loi. Lorsqu'ils faisaient un interrogatoire, ils donnaient des coups de botin téléphonique et coincaient les doigts d'une main dans un tiroir de bureau. À cette époque il était facile pour un policier de se défouler sur un prévenu dans sa cellule question de faire sortir la vapeur de ses frustrations quotidiennes. Lorsqu'une femme battue appelait la police parce que son mari avait pris un coup de trop, les policiers ne se gênaient pas pour lui foutre une bonne volée sur place.

Ce n'était surement pas des policiers en ce temps-là mais plutôt des écervellés qui se prenaient pour des justiciers. Ils étaient tellement baveux envers les prévenus qu'ils arrêtaient que les gens se retournaient contre eux et la loi. Ils n'aidaient nullement la réinsertion sociale des individus qu'ils arrêtaient en leur tournant le couteau dans la plaie. Même qu'envers certains criminels, certains policiers en faisaient une affaire personnelle au point de vouloir les coincés à nouveau puisque pour eux ces individus n'avaient nullement leur place dans la société (préjugés).

Dominique Beaulieu dit :
26 novembre 2012 à 19 h 32 min

"Dans les années 60, le prof donnait une claque en arrière de la tête ou c’était le diecteur qui donnait la strap"

Mon père a mangé un bon coup de strap. S'il rencontrait cette prof aujourd'hui, elle mangerait une volée.

La strap, ce doit être pour les infractions graves.

Dominique Beaulieu dit :
26 novembre 2012 à 19 h 34 min

En passant, moi, j'ai manifesté, j'ai bloqué des cours, et je n'ai jamais frappé ou cassé quoi que ce soit, alors arrêter de généraliser!

Jean-Yves Gobeil dit :
26 novembre 2012 à 21 h 15 min

Le problème, ce n'est pas LE policier. Que ce soit un homme, une femme, qu'il pèse 150 lbs ou 275, qu'il mesure 5'6" ou 6'4". Le problème c'est les LOIS. Lois pas assez sévère.

maurice senecal dit :
26 novembre 2012 à 23 h 17 min

Ce que j'ai entendu dire c'est qu'il était un anti francophone notoire il n'a jamais procédé a l'arrestation de criminel mafieux ou de ceux des gangs de l'ouest. Mais il semblerait que lorsqu'il pouvait mettre la main sur un franco peu importe la nature de l'infraction, il aimait lui faire mal. Ont dit qu'il se promenait avec son fusil surtout pour se protéger de certains de ses confrères fraco . C’est ce que j'ai entendu dire dans le temps ça reste à être confirmé par ceux qui ont travaillé avec lui.

Steve Harvey-Fortin dit :
27 novembre 2012 à 17 h 24 min

@ Jean Yves Gobeil

Le problème ce ne sont pas les lois puisque les policiers sont sensés fonctionnés sous le couvert de la charte canadienne des droits et libertés de la personne. S'ils dépassent le moindrement leur mandat vous pouvez leur tapez dessus par le biais de la déonthologie policière et aussi par une poursuite devant les tribunaux. Du temps de m" Lisacek, les policiers pouvaient faire à peu près tout ce qu'ils voulaient en autant qu'il n'y avait pas de témoins. Aujourd'hui si un prévenu se plaint qu'il à été victime de brutalité policière il sera écouter et entendu.

Du temps de M. Lisacek, les policiers en faisaient pas respecter la loi, ils faisaient la loi. Ils personnalisaient souvent leur conflit avec un individu précis comme s,ils n,avaient rien d'autres à faire dans la vie. Pour M. Lisacek ce fut probablement en la personne de Richard Blass son pire ennemi.

marco massico dit :
27 novembre 2012 à 18 h 52 min

C,était une époque, Les grosses Police comme quelqu,un a mentionné sur ce forum arrêtaient aussi de dangereux criminels, Genre, Blass, Mesrines (libéré grâce a la largesse de nos lois) et beaucoup d,autre a preuve les pénitenciers affichaient..complet.. Mais a présent avec tout les commission sur la police, on vas avoir une bonne police, fonctionnant au goût de la rue, c,est a dire au goût des manifestants, au goût des individus en mal de revanche , au goût des redresseurs de tort a la caméra a partis pris, ne filmant ce qui fait leur affaire, au goût d,individus genre Villanueva, en plus avec une charte donnant une foule de droit au criminels, là c,est vrai que les policiers vont fonctionné

si on peut dire la queue entre les jambes n,osant pas intervenir. Là cela vas être une bonne Police, malheureusement je craint qu,une bonne partis de la population la majorité en fait ne soufre de cette situation.

Steve Harvey-Fortin dit :
27 novembre 2012 à 22 h 25 min

@ André St-Pierre

Que de belles valeures que vous prônez mais il s'agit qu'un seul policier fasse une bévue pour que tout le corps de police passe pour des brutes. L'Éloge de vos valeures fait-elle appelle à la conduite élogieuse du Matricule 728 ? Car si c'est le cas votre message n'a aucune crédibilité face à la réalité sociale d'aujourd'hui et vos préjugés contre la jeunesse d'aujourd'hui. Allez donc vous rasseoir un peu dehors pour prendre une grande bouffée d'air frais et méditer sur vos fautes de jeunesse. Les jeunes carrés rouge ont pris justement la défense de leurs droits en prenant leur responsabilité parce que justement ils ont à coeur de réussir et d'étudier. Ce ne sont pas des lâches comme M. Lisacek qui malmenait comme une brute la société des années 70 comme un arriéré qui se prenait pour un justicier masqué.

Aujourd'hui, la réalité nous incombe de dénoncer tous abus fait par la police envers un citoyen qui est protégé par la charte canadienne. Dans l'Antiquité, si un soldat romain maltraitait un citoyen romain en le frappant, il était éxécuté par décret de César.

marco massico dit :
1 décembre 2012 à 15 h 21 min

@ M. Harvey -Fortin,

Par simple curiosité que se passait il si un citoyen Romain frappait un soldat Romain? Je regardais un émission l,autre jour , je ne me souviens plus de la chaîne, ou un spécialiste des contrôles de foule , et ce probablement suite au débordements survenue ce printemps, expliquait que plusieurs technique de contrôles comme la tête de flèche, ou le déplacement a angle , remontait a l,époque des Romains, Les soldats Romains avaient aussi un bouclier, mais différence quand même assez importante au lieux d,un bâton ils avaient une épée.....

Steve Harvey-Fortin dit :
6 décembre 2012 à 11 h 51 min

@ marco massico

Les soldats romains ou un officier romain n' vait pas le droit de lever la main sur un citoyen romain de peur de perdre son poste ou d'être puni de mort. Car le citoyen romain était la base même de l'Empire et il représentait le pouvoir de l'Empereur ou de César, il était son égal sur le plan démocratique des droits et du droit de cité.

Si un citoyen romain frappait un soldat romain il était traduit devant la loi mais ne pouvait enquérir la peine de mort pour son geste puisque le soldat romain servait le citoyen romain comme s'il servait César et son pouvoir qui était l'équivalent pour le citoyen romain. Le citoyen romain était César et représentait la force de l'Empire Romain donc au même titre que César il était reconnu comme inaliénable sous le droit de cité.

Loading