/sports/hockey/homepage
Navigation
LNH

Les Coyotes doivent partir

Une étude de Forbes mentionne aussi les Hurricanes et les Panthers

Coyotes de Phoenix
© Les archives AFP

Coup d'oeil sur cet article

Selon le réputé magazine Forbes, la stabilité économique de la LNH passe par le déménagement de trois formations: les Panthers de la Floride, les Hurricanes de la Caroline et les Coyotes de Phoenix.

Le magazine a dévoilé hier son traditionnel recensement de la valeur des trente équipes de la Ligue nationale de hockey. Sans surprise, les Maple Leafs de Toronto viennent au premier rang en devenant la première équipe à atteindre le milliard de dollars en valeur dans l’histoire de la LNH (voir autre texte). Le Canadien de Montréal vient au troisième rang, tandis que les Coyotes de Phoenix pointent au 29e et avant-dernier échelon. Les Blues de St. Louis sont l’équipe ayant le moins de valeur.

L’un des intervenants qui a contribué à l’étude, Drew Dorweiler, expert en évaluation de clubs sportifs, estime que d’autres marchés seraient nettement plus viables.

«La Ceinture du soleil (les États du Sud et de l’Ouest américain) a eu amplement le temps de démontrer qu’elle n’était pas viable», a-t-il avoué.

Selon Dorweiler, Québec obtiendra éventuellement une équipe de la LNH. Il cite également Seattle et Portland, où, dit-il, le hockey mineur est populaire, comme deux autres candidates potentielles.

Aucune issue

Pour illustrer sa pensée, Dorweiler donne l’exemple des Jets de Winnipeg. Après des pertes importantes à Atlanta, la nouvelle franchise a engendré des profits de 13,3 millions $ à sa première saison dans un petit amphithéâtre d’à peine 15 000 places.

Selon le journaliste du magazine Forbes Mike Ozanian, si la LNH et l’Association des joueurs s’entendaient sur un partage des revenus des équipes riches vers les plus pauvres de 200 millions $, certains marchés ne réussiraient tout de même pas à survivre.

«La profitabilité globale de la Ligue augmenterait. Par contre, des équipes comme les Hurricanes de la Caroline, les Coyotes de Phoenix, le Lightning de Tampa Bay, les Ducks d’Anaheim ou les Blue Jackets de Columbus auraient tout de même de la difficulté à engendrer des profits, sauf si elles parvenaient à faire au moins deux rondes en séries.»

Les séries ne suffisent pas

Toutefois, l’an dernier, la longue poussée des Coyotes en séries ne les a pas aidés à s’enrichir.

La formation arizonienne a encaissé des pertes de 20,6 millions $ lors de la dernière saison, malgré une participation en finale de l’Association de l’Ouest lors des dernières séries éliminatoires. Il s’agit d’un sommet dans la LNH.

Selon l’étude du magazine Forbes, les Coyotes de Phoenix valent 134 millions $. Les informations qui circulent portent à croire que la Ligue nationale de hockey espère obtenir un montant de 170 millions $ de la part de Greg Jamison pour l’achat de la concession.

À travers la LNH, la valeur moyenne des équipes a augmenté de 18 % par rapport à il y a un an, étant estimée à 282 millions $. La différence entre les équipes riches et pauvres est toutefois «dramatique», selon Mike Ozanian.

Sur le même sujet
Commentaires