Actualité

Fusillade au Connecticut

Newtown inhume les premières victimes

Marie-Joëlle Parent / Agence QMI

Publié le:

funerailles

Des enfants arrivent aux funérailles de Jack Pinto.

NEWTOWN, Conn. - Newtown a commencé à enterrer ses enfants lundi après-midi. Des centaines de proches de la famille de Jack Pinto, six ans, ont fait la file devant le salon funéraire de la ville sous une pluie froide et un ciel gris. Les jeunes coéquipiers de son club de lutte portaient tous le chandail de leur équipe. Par solidarité, ils ont tous déposé une médaille dans son cercueil.

«C'était un très bon lutteur, il a gagné une médaille lors de son premier tournoi et il a gagné son dernier match», a dit Michael, 8 ans, un ami de Jack, à sa sortie du Honan Funeral Home situé sur la rue principale. Devant le salon, une chorale d'adolescents chantait «Amazing Grace» pour apporter un peu de réconfort.

«Il voulait jouer au football, mais il était trop jeune encore. Son équipe préférée était les Giants, a confié Luke Wellman, 10 ans. «Newtown est changée à jamais, a ajouté sa mère Caren, fortement ébranlée. Nous sommes là pour soutenir les parents de Jack parce que notre ville est une grande équipe, c'est ce qui nous définit.»

Un grand sportif

Les parents de Jack prévoyaient enterrer leur fils avec le chandail de son joueur préféré des Giants, Victor Cruz. Le footballeur a d'ailleurs rendu hommage à la jeune victime lors d'un match dimanche soir. Il a écrit sur ses chaussures : «Jack Pinto, mon héros». Le joueur a, en plus, téléphoné à la famille Pinto pour offrir ses condoléances.

«Jack avait toujours un grand sourire qui illuminait la pièce. Nous ne savons pas encore comment nous allons survivre sans lui, mais nous choisissons de nous rappeler et de célébrer sa vie», ont dit ses parents, par voie de communiqué.

Au magasin général en face du salon funéraire, des enfants de Kansas City, au Missouri, avaient envoyé des sacs de bonbons pour les enfants de Newtown. «Tous ces gestes de bonté qui viennent de partout au pays nous aident à passer à travers», a dit David Callen, un proche de la famille Pinto à son arrivée au service funèbre. Les nombreux médias ont gardé leurs distances en s'installant de l'autre côté de la rue.

Au moment où le reste du pays se prépare à passer le temps des Fêtes en famille, la communauté de Newtown s'apprête à assister à un nombre anormalement élevé de funérailles dans les prochains jours.

À peine six ans

On a aussi enterré lundi Noah Pozner, la plus jeune des victimes. Il venait tout juste d'avoir six ans. Il laisse derrière lui sa soeur jumelle, qui fréquentait la même école. Noah a été atteint par 11 balles du tueur, dont on évite de prononcer le nom ici.

La semaine s'annonce très lourde. Il y aura huit funérailles à St. Rose of Lima, la plus grande église catholique de la ville, dont celles de Jessica Rekos, six ans, ce mardi. Mercredi, Victoria Soto, celle que tous décrivent comme une véritable héroïne pour avoir protégé ses élèves des balles, sera enterrée dans la ville voisine de Stratford.

Les citoyens de Newtown aiment leur ville et, plus que jamais, affichent leurs couleurs. Plusieurs portent à la boutonnière un ruban vert et blanc, les couleurs de la ville.

Christine Crudo, Québécoise installée à Newtown depuis 10 ans, y a élevé ses trois enfants. Ils ont tous fréquenté l'école Sandy Hook, lieu du massacre de vendredi matin. «J'adore cette ville et je suis très protectrice des gens d'ici», dit-elle. Son fils fréquente le même club de lutte que Jack Pinto.

«On a un match mercredi et j'ai fait faire des t-shirts pour les garçons avec 26 rubans et l'inscription : 'Nos coeurs sont brisés, mais notre force prévaudra'. Ils vont aussi porter un bas blanc et un bas vert.»

Certains ont évoqué le souhait de ne jamais renvoyer leurs enfants à Sandy Hook. Christine Crudo ne pense pas que c'est une bonne idée. «Il a gagné si on fait ça. Ça ne nous ramènera pas nos enfants.»
 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus