/misc
Navigation

Renommons la rue Amherst

Coup d'oeil sur cet article

Je n’ai jamais été partisan de changer régulièrement les noms des endroits publics. Je crois que nous ne devrions le faire que dans les cas de situations exceptionnelles ou encore pour honorer des personnes qui ont marqué notre histoire de façon importante. C’est ainsi que nous avons honoré des personnes qui ont joué un rôle majeur dans l’histoire du Québec, comme Jean Lesage et René Lévesque, en rebaptisant des rues, des ponts ou des espaces publics.

Quand est survenu ce débat pour changer le nom de la rue Amherst, je suis resté plutôt froid. Dernièrement cependant, j’ai changé d’idée. J’ai assisté à une conférence de l’anthropologue Serge Bouchard qui expliquait qu’Amherst fut un des premiers génocidaires dans l’histoire. Ce triste personnage a en effet utilisé la variole comme arme de guerre en contaminant des couvertures distribuées à des membres de la tribu des Deleware.

Je crois qu’au moment où nous voyons les Premières Nations se mobiliser pour négocier de nation à nation et que, simultanément, ont lieu les audiences sur la question des pensionnats autochtones, il serait grand temps de renommer cette rue.

On ne peut accepter qu’à Montréal existe une rue honorant un génocidaire. Renommons cette rue en l’honneur d’un chef autochtone qui fut un des artisans de la Grande Paix de 1701 entre les Nations Autochotones et les Français. Ce grand chef s’appelait Kondiaronk. Il y a peu de rues ou d’endroits publics nommés en l’honneur des premiers habitants du Québec. Il est temps de rectifier la situation.

36 commentaire(s)

Alain Mallette dit :
26 janvier 2013 à 8 h 17 min

Tres bien dit.La rue Amherst est une aberration,c'est comme si on nommait une rue Hitler ou Staline.

le nationaliste dit :
26 janvier 2013 à 8 h 45 min

La rue University aussi devrait être renommée par la rue de l'Université.

Kondiaronk. Oui..bonne idée.

liane delisle dit :
26 janvier 2013 à 9 h 01 min

Beaucoup de bon sens, dans cette suggestion, si ce n est que ce n est pas trop fréquenté par les autochtones.Peut-etre vaudrait-il mieux donner ce nom a un endroit plus significatif pour eux? Ce qui n empecherait pas, tout de meme de changer le nom de la rue Amherst pour un nom plus francais et prestigieux.

jean Martin dit :
26 janvier 2013 à 9 h 59 min

@Alain Mallette

Je suis en désaccord,nommer une rue est pour célébrer l'histoire.Hitler a été élu démocratiquement à ce que je sache, et le peuple allemand appréciait son leadership.

Philippe Gosselin dit :
26 janvier 2013 à 10 h 29 min

Déjà qu'on a une fonction publique totalement innefficiente et coûteuse il faudrait lui donner le mandat de renommer. Et cet exercice nous coûterais combien?

Non merci.

Cependant, pourquoi ne pas appliquer l'idée à une nouvelle route ou pont. Çà coûte un peu moins cher et le résultat est le même.

Rickq dit :
26 janvier 2013 à 10 h 46 min

Ecellente idée, ceci renderait homage aux authoctones. Is serait grand temps.

pour le qc dit :
26 janvier 2013 à 12 h 14 min

on va la changer pour boul gilles duceppe !!!

St-Henri dit :
26 janvier 2013 à 12 h 31 min

Nous devrions aussi changer le nom de la station de métro nommé d'après le antisémite Lionel-Groulx à quelque chose comme Nelson Mandela ou Oscar Peterson.

Stephane Gaudette dit :
26 janvier 2013 à 14 h 09 min

Il est grandement temps....et oubliez pas la rue a cote d'Amherst....Wolfe

Yves dit :
26 janvier 2013 à 16 h 07 min

"Ce grand chef s’appelait Kondiaronk. " C'est pas comme ça déjà que s'appelle le belvédère du chalet Mont Royal ?

Alain Michaud dit :
26 janvier 2013 à 16 h 34 min

Hehehe, vous me donnez l'occasion de faire une blague de mauvais goût...

La rue Amherst est dans le quartier gai. Conservons le nom d'Amherst, cet . . . ulé!

Luc dit :
26 janvier 2013 à 17 h 54 min

D'accord avec votre commentaire M.Duceppe. Je crois que la ville de Québec a encore quelques cas d'espèce du genre si je ne me trompe pas.......

Moshe_Levy dit :
28 janvier 2013 à 4 h 47 min

Pourquoi ne pas nommer cette rue en l'honneur de Mordecai Richler ou d'une autre grande personnalité d'origine juive ?

L. Sexton dit :
28 janvier 2013 à 14 h 53 min

Et dire que la mémoire de feu Vera Danyluk, ex-présidente de la Communauté urbaine de Montréal, n'est honorée nulle part. En notre époque de corruption crasse, la mémoire de son honnêteté et de sa haute conscience professionnelle seraient là pour nous inspirer et nous rappeler que toutes les personnes politiques ne sont pas des pourris. J'ai bien aimé feu Mmes Kate McGarrigle et Lhasa de Sela, à la mémoire desquelles la Ville serait sur le point de dédier des parcs, mais ça prend autre chose que des artistes pour faire une société forte... Faut dire que Mme Danyluk n'était pas le genre à aller cabotiner à "Tout le monde en parle". Alors, à peine trois ans après sa mort, qui se souvient de son nom ?

Jean-Pierre Potvin dit :
29 juin 2014 à 8 h 47 min

Jean Martin, vous voulez rire du monde. Hitler élu démocratiquement? Son parti avec l'aide des chemises brunes ont volé l'élection et tromper les Allemands.

Pierre-Louis Trudeau dit :
29 juin 2014 à 10 h 20 min

Très bonne suggestion, mais j'en fais une autre, qui s'inscrit dans la perspective de la rue: Boulevard de l'Horloge. La tour est le point central de vision vers le fleuve depuis la rue Sherbrooke. Quant à Amherst, il s'agit d'un insulte permanente aux Premières Nations et au Québec français tout entier.

Bruno Carrière dit :
29 juin 2014 à 18 h 49 min

Monsieur Duceppe, Vous avez fait cette déclaration il y a de cela dix-huit mois!!! Et depuis, avez-vous fait un suivi??? Vos paroles sont-elles simplement politiciennes et éphémères??? Je crois que la mission de renommer cette rue revient à juste titre au nouveau maire de Montréal, Monsieur Coderre, qui serait alors cohérent avec les valeurs qu'il affiche (je crois ?) et ainsi, il aurait le crédit d'être celui qui a rétablit les faits au sujet de cet affreux personnage qu'est Amherst et du coup, celui qui rebaptiserait cette rue sous le nom d'une femme (à déterminer) qui aurait tout le mérite de consolider sa place dans l'histoire, notre histoire. Et la suggestion devrait venir de Monsieur Serge Bouchard, un homme qui connait bien le sujet de ces femmes qui ont fait leur grande part mais hélas beaucoup trop souvent à titre de remarquables oubliées. Je vous laisse Monsieur Duceppe avec cet extrait tiré d'une lettre signée de la main de cet infâme Amherst. Elle nous révèle qu'en 1764, Amherst suggère à un officier d'utiliser la variole (petite vérole) comme arme de guerre en contaminant des couvertures qui furent distribués à des membres de la tribu des Delaware: : « You will do well to try to innoculate the Indians by means of blankets, as well as every method that can serve to extirpate this execrable race. » (« Vous feriez bien d'essayer d'infecter les Indiens avec des couvertures, ou par toute autre méthode visant à exterminer cette race exécrable. »)

Charlotte Nadeau-bussières dit :
30 juin 2014 à 12 h 36 min

Je vous ecrit simplement que a la place de se préoccupe dune rue.... on devrait plus plus se préoccupe de vrai affaires... oui cest bien de changer de nom dune rue a cause tel et tel situation...mais est ce que cela changera reelement le courz de notre histoire....notre histoire on doit l'ecrire et d'avancer non perdre son temps pour ces petites choses que on peu faire apres... voila mont opinion ...faite le l le changement de nom de rue...mais reelement sa changera tu votre vie et améliorer la vie des citoyen de Montréal? !?....posez vous la vrai question... les vrais affaires!

serge max vincent dit :
30 juin 2014 à 12 h 38 min

On l'a notre rue .... Robert Bourassa

Sébastien Côté dit :
30 juin 2014 à 14 h 42 min

@Jean Pierre Potvin - Il a été élu démocratiquement mais a été mené au pouvoir avec des manigances tel un attentat terroriste au parlement qui a mené à la Loi des mesures de guerre. Une fois celle-ci déclaré, il avait le plein pouvoir et main mise sur le pays pour assouvir son désir de vengeance.

Pour la rue Amherst...De toute façon, il n'aurIt jamais dû être honoré! Pourquoi pas le nom d'un patriote comme Louis Riel...Il fait parti de l'histoire des 2 Nations. Celle pour la défense des Métis et du peuple québecois!

Marco Gendreau dit :
30 juin 2014 à 15 h 10 min

Bonjour M Duceppe,

Je suis 100% d'accord avec un changement de rue pour le nom j'en ai juste un en tête et c'est celui du meilleur écrivain québecois de tout les temps Michel Tremblay. En plus c'est une rue qui traverse le village gay. Pourquoi attendre sa mort pour l'honorer ?? merci

Marco

Elisabeth Doyon dit :
30 juin 2014 à 15 h 47 min

Faut-il se dépêcher à oublier les leçons désagréables et les laisser aux historiens ? Le problème n'est peut-être pas le nom de la rue que l'ignorance des gens quant aux actions de celui qui le portait! Le nom rappel l'histoire à celui qui la sait et ne dit rien à celui qui ne la sait pas.... L'homme est d'une grande importance, il est l'inventeur de la guerre bactériologique. C'est une leçon que l'histoire est en devoir de donner si l'on veut réfléchir à sa moralité.

Cedrik dit :
30 juin 2014 à 16 h 25 min

Je ne suis pas toujours d'accord avec mr. Duceppe, mais là je l'appuie à 100%

Linnea St Louis dit :
30 juin 2014 à 20 h 31 min

On pourrait la remonner « Maudit Amherst» come ça on se rapellerait qu'il existe des individus infâmes.

Philippe dit :
30 juin 2014 à 20 h 40 min

Quelle belle suggestion. J'espère que M. Coderre saura la reprendre.

Monique Lessard dit :
30 juin 2014 à 23 h 00 min

J,espère que se ne sera pas pour la rue "Gilles Duceppe"

Pierre Chauret dit :
1 juillet 2014 à 8 h 49 min

Pourquoi pas rajouter à Amherst le mot génocidaire pour se rappeler le monstre qu'il était?

Ginette Caron dit :
1 juillet 2014 à 10 h 21 min

Je partage tout à fait cette suggestion de monsieur Duceppe. Voilà ce qui serait un geste témoignant de l'appréciation des Premières nations.

Yannick D'Amour dit :
2 juillet 2014 à 12 h 20 min

Monsieur Duceppe,

Je suis d'ordinaire de plein pied avec vos idées, mais avec respect, sur cette question vous devenez ridicule. Vous devriez toujours garder à l'esprit la première leçon pour faire de l'histoire honnêtement, qui nous fût donnée par Montesquieu : il faut passer aux hommes les préjugés de leur temps. Je vous convie à aborder le passé en faisant preuve de relativisme historique. Il ne faut surtout point revisiter le XVIIIe siècle avec vos paradigmes d'homme ayant vécu après le procès de Nuremberg. L'utilisation d'une arme bactériologique contre des civils n'est pas forcément un génocide, bien que ce soit horrifiant. La Cour pénale internationale donne cette définition du génocide : « Selon la définition qu’en donne le Statut de Rome, on entend par génocide les actes listés ci-dessous lorsqu’ils sont commis dans l’intention de détruire, en tout ou partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel [...] » Le crime de génocide est une notion récente, et comme tout crime, il faut un élément mental, dans ce cas une intention spécifique, sans parler du mobile. De telle sorte que la seule planification ne suffit pas à en conclure. Les doctrines qui servirent de mobile aux épisodes de nettoyage ethnique au XXe siècle ne se constatent dans l'histoire qu'assez tardivement au XIXe siècle. Alors il ne faut pas croire que les quelques officiers anglais qui planifièrent cette attaque fussent vraiment animés par des considérations de cet ordre. De même que Cortez au Mexique ou Pizarro dans l'Empire inca ne décimèrent pas ces population (de manière bien plus violente et à plus grande échelle) pour leurs caractéristiques intrinsèques mais bien pour les spolier, les Anglais attaquèrent un ennemi d'une manière élaborée et déloyale, mais on ne peut leur imputer des intentions qui vont au-delà. En parlant ainsi de génocide à l'envie, vous banalisez ce terrible concept, comme on banalise de nos jours le racisme et l'antisémitisme sur tous...

Yannick D'Amour dit :
2 juillet 2014 à 12 h 42 min

Il faut espérer que cette rue conserve sa dénomination, car elle a une fonction mémorielle : rappeler les injustices et les crimes du passé. On ne change pas l'histoire selon le bon goût de la « conscience universelle » contemporaine... Étant résidant de Québec, j'atteste qu'il y a plusieurs rues qui portent un nom gênants, voire choquants, mais ces noms font partie de notre passé colonial et en sont indissociables. Puissent également ces noms de militaires anglais rappeler aux prochaines générations qui sauront très mal « l'histoire du Canada » que nous fûmes conquis et méprisés, que les autochtones furent moins bien traités encore.

Yannick D'Amour dit :
2 juillet 2014 à 12 h 53 min

Désolé pour les coquilles, je ne voulais pas malmener la langue, le commentaire précédent fut écrit trop rapidement : nom gênant *, voire choquant *...

Jean-Claude Couture dit :
2 juillet 2014 à 17 h 12 min

Il y un rue Wolfe à Lévis et dans plusieurs autres villes du Québec. Je crois que nous avons oublié que c'est le vainqueur des Plaines d'Abraham.

Smartman dit :
2 juillet 2014 à 17 h 44 min

Moi j'ai une idée plus pratique, Rue de la Tapette

Marjolaine Arel dit :
2 juillet 2014 à 19 h 54 min

Merci Monsieur Duceppe, il est plus que temps qu'on rende un hommage à nos prédécesseurs, les Autochtones au Québec et par surcroît à Montréal. Honorons ces nNations qui furent et sont toujours!

Francois dit :
2 juillet 2014 à 22 h 51 min

J'aime l'idée du boul. Gilles-Duceppe, mais juste si on va jusqu'au bout de l'idée. Un boul. québécois, mais financier par le fédéral.

Christiane Gauthier dit :
3 juillet 2014 à 17 h 52 min

j'aimerais bien que ce nom de rue porte le nom de Gilles Duceppe.