/news/politics
Navigation
Commission Charbonneau

Les élus montréalais défendent leur intégrité

applebaum
Photo Archives / Agence QMI
Le maire de Montréal, Michael Applebaum
applebaum
Photo Archives / Agence QMI
Le maire de Montréal, Michael Applebaum

Coup d'oeil sur cet article

Les révélations de l’ingénieur Michel Lalonde à la commission Charbonneau font des vagues à la Ville de Montréal.

Dans son témoignage, il a nommé plusieurs anciens élus et d'autres qui sont toujours en poste. Certains se sont vigoureusement défendus pour clamer leur innocence.

«Oui j'étais membre d'Union Montréal, mais je peux vous dire que concernant ma campagne électorale dans Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, nous n'étions pas impliqués dans un système de ce type-là», a dit le maire de Montréal, Michael Applebaum.

Le maire s'est aussi dit troublé par les allégations de Michel Lalonde à l’endroit de son ex-parti, Union Montréal.

«Je pense que le témoignage est très troublant pour Union Montréal, pour les élus et pour la Ville de Montréal», a dit en conférence de presse M. Applebaum qui préconise de laisser la commission travailler et de mettre en lumière la collusion et la corruption à Montréal pour y mettre un terme par la suite.

Richard Bélanger, le maire de l'arrondissement l'Île-Bizard-Sainte-Geneviève, accusé d’avoir accepté de l'argent comptant de M. Lalonde, s’est lui aussi dit troublé.

«J'ai eu un chèque en bonne et due forme, j'ai suivi la règle qu'on se doit de garder en politique», a-t-il assuré.

Le maire de Montréal-Est, Robert Coutu, a tenu à dire qu'il n'avait jamais reçu d'argent de quiconque, lui non plus.

«Il n'y a aucun contrat qui a été relié à ça. Il a atteint la réputation de tous les élus de l'est de Montréal. Moi je sympathise avec nos collègues. Ça n'a aucun bon sens», s'est-il défendu.

 

Commentaires
Loading