/news/politics
Navigation
Charbonneau

Contributions politiques et pots-de-vin

Michel Lalonde
Photo Agence QMI
Michel Lalonde

Coup d'oeil sur cet article

La famille Lalonde a versé plus de 50 000 $ au parti libéral du Québec et au Parti québécois en l'espace de 10 ans.

Le PDG de Génius (anciennement Groupe Séguin) a poursuivi ses révélations ce matin devant la commission Charbonneau.

Il a entre autres indiqué qu'il contribuait régulièrement aux partis politiques provinciaux, que ce soit le PLQ ou le PQ, mais que ces contributions n'avaient aucune conséquence directe sur l'obtention de contrats du MTQ, contrairement aux pratiques exercées dans le monde municipal dont il faisait part hier.

Ainsi, l'ingénieur a signé des chèques en bonne et due forme, respectant la loi électorale, en son nom, celui de sa femme et de son fils.

 

« Et vous les remboursiez après? » a questionné la juge Charbonneau.

« J’appellerais ça le patrimoine familial, a-t-il justifié. Oui, je les remboursais »

Entre 1998 et 2003, le PQ reçoit d’abord plus de 25 000 $ de la famille Lalonde. Puis c’est au tour du PLQ — qui revient au pouvoir en 2003 — d’être arrosé jusqu’en 2009.

« J’ai toujours essayé d’être présent au moment opportun dans les activités de financement », a expliqué Michel Lalonde, qui était davantage identifié d’allégeance péquiste que libérale.

Associés, employés et conjointes sollicités

Au sein de sa firme de génie-conseil, tout le monde était mis à contribution lorsque Michel Lalonde était sollicité par les organisateurs politiques pour participer à ces activités.

Lorsqu’il fallait acheter plusieurs billets, il en discutait avec ses collègues pour savoir qui ferait les chèques : associés, employés, conjointes.

Ces derniers étaient ensuite remboursés en argent comptant par M. Lalonde. Ils pouvaient par ailleurs inscrire ces dépenses électorales — qu’ils n’avaient en réalité pas versées — sur leur déclaration de revenus.

Pots-de-vin de 25 000 $

En fin de matinée, Michel Lalonde a avoué que Groupe Séguin avait un contact privilégié, Claude Millaire, qui siégeait de temps en temps à des comités de sélection du MTQ. Ces comités étaient chargés d’octroyer les contrats.

M. Millaire, un ami de Gilles Thibodeau — ancien associé de Groupe Séguin — aurait permis à la firme de remporter plusieurs contrats. En échange, il aurait reçu des « cadeaux », soit une caméra, un téléphone cellulaire sur le compte de l’entreprise, un sellier d’appartement et plus tard, des sommes d’argent, jusque 25 000 $ dans le cadre d’un contrat en 2007.

 

 

Sur le même sujet
Commentaires
Loading