Actualité | Éducation

Montréal

Les universités seraient affaiblies

Agnès Chapsal / Agence QMI

Publié le: | Mise à jour:

universités

Photo Agnès Chapsal / Agence QMI

Avec ses universités, «Montréal devrait être la ville la plus prospère du Canada, comme Boston aux États-Unis, a assuré la chef de la direction de Rio Tinto Alcan, Jacynthe Côté. Il nous reste du travail à faire.»

MONTRÉAL – Augmenter le nombre d’étudiants étrangers et intensifier le travail multidisciplinaire sont quelques-unes des suggestions ayant été formulées lors du forum «Montréal, métropole universitaire».

Avec ses universités, «Montréal devrait être la ville la plus prospère du Canada, comme Boston aux États-Unis, a assuré la chef de la direction de Rio Tinto Alcan, Jacynthe Côté. Il nous reste du travail à faire.»

Augmenter le nombre d’étudiants étrangers, source de réseautage important, permettrait d’accroître le rayonnement des universités et la main-d'œuvre qualifiée, selon elle.

Seulement 30 % des étudiants étrangers choisissent de rester au Québec à la fin de leurs études, contre 61 % aux États-Unis. Une suggestion partagée par l’ancien premier ministre du Québec, Pierre Marc Johnson, pour qui la notoriété de Montréal et la réputation de ses établissements universitaires sont autant d’atouts.

Pour sa part, le directeur de l'Institut et hôpital neurologique de Montréal et professeur titulaire de la Chaire Wilder-Penfield en neurosciences de l'Université McGill, Dr Guy A. Rouleau, propose d’intensifier le travail multidisciplinaire dans la recherche.

Par exemple, un des centres de recherche de l’université Columbia à New York regroupe une quarantaine de personnes issues de domaines différents (économie, biologie, industrie, etc.).

La rencontre entre les universités et les acteurs de divers milieux a eut lieu à l’initiative des recteurs de neuf établissements supérieurs de la métropole, inquiets de l’affaiblissement de leur institution.

«L’objectif n’était pas de trouver des solutions de financement, mais bien de rétablir ce message (d’affaiblissement)», a soutenu le président de la Chambre de commerce de Montréal et co-porte-parole du forum, Michel Leblanc.

Sans proposer de solutions concrètes, les conférenciers ont tout de même lancé le débat, à moins de trois semaines du sommet sur l’enseignement supérieur.

«Si vous trouvez que l’éducation supérieure coûte trop cher à notre société, essayez l’ignorance», s’est d’ailleurs exclamé le président-directeur général de Fondaction CSN, Léopold Beaulieu, en concluant sa présentation.

Les universités de Montréal en chiffres

184 000 étudiants (65 % de tous les étudiants québécois)

25 000 étudiants étrangers

43 000 diplômes décernés chaque année

36 000 employés dans les neuf établissements supérieurs

 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus