Spectacles | Célébrités

De l'espace

Le capitaine Kirk discute avec Chris Hadfield

 Simon Kent / AGENCE QMI

Publié le: | Mise à jour:

chrisfullfull

Photo: Archives / Reuters

L'astronaute canadien Chris Hadfield

Une scène pour le moins singulière s’est produite jeudi matin alors que William Shatner, l’interprète du célèbre capitaine James T. Kirk dans la série Star Trek, a eu une conversation téléphonique avec l’astronaute canadien Chris Hadfield, qui se trouvait à bord de la station spatiale internationale.

L’acteur d’origine montréalaise, qui se trouvait dans un studio de télé de Los Angeles, a discuté pendant environ 30 minutes avec l’astronaute, qui a amorcé un séjour dans l’espace de cinq mois en décembre dernier. Les deux personnalités ont eu le temps d’évoquer des sujets d’importances et de faire quelques plaisanteries.

M. Shatner a ainsi questionné M. Hadfield au sujet de ses attentes pour ce séjour, des voyages dans l’espace et des possibilités de se rendre sur Mars. «Nous irons inévitablement sur Mars, a dit l’astronaute, qui sera le premier à être promu commandant de la station spatiale internationale, en mars prochain. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’on ne trouve comment s’y rendre.»

L’astronaute a d’ailleurs fait savoir qu’il s’était porté volontaire pour prendre part à une éventuelle mission sur la planète rouge.

À la fin de la conversation, les deux hommes ont déploré le fait que l’expérience, organisée par l’Agence spatiale canadienne, fut si courte. Ils ont d’ailleurs évoqué la possibilité de poursuivre leur entretien, une fois que Chris Hadfield sera de retour sur Terre, devant un bon whisky tout en fumant un cigare.

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus