/entertainment/music
Navigation
Confidences | Sur scène

Roch Voisine termine sa tournée au Québec

Roch Voisine
photo courtoisie
Les fichiers audios ne sont plus disponibles

Coup d'oeil sur cet article

Roch Voisine termine le week-end prochain sa tournée Confidences au Québec, avant d’aller boucler la boucle de ce projet en France, en Belgique et en Suisse. «La tournée, dit-il, c’est la réalité de notre métier. Si tu ne fais pas de tournées, tu n’existes pas.»

Roch Voisine termine le week-end prochain sa tournée Confidences au Québec, avant d’aller boucler la boucle de ce projet en France, en Belgique et en Suisse. «La tournée, dit-il, c’est la réalité de notre métier. Si tu ne fais pas de tournées, tu n’existes pas.»

Le chanteur est réaliste. En cette période critique pour les ventes d’albums, il sait que la planche de salut des chanteurs et des chanteuses se trouve sur scène.

«On ne vend plus de disques, alors il faut faire des tournées, dit-il. Moi, je suis chanceux, dit-il, gâté, pourri. Les gens achètent encore mes albums et ils viennent voir mes spectacles.»

Roch Voisine est ce soir (samedi 23 février) à Gatineau. Le week-end prochain, il donnera les dernières représentations de son spectacle Confidences à l’Étoile de Brossard, une compilation chronologique de succès de sa carrière, une trentaine de hits, tirés de ses 20 albums de chansons originales. Sans tricher, il part d’aujourd’hui avec quelques nouveaux tubes tels Décembre et Montréal-Québec et remonte jusqu’à son premier succès en carrière, la célèbre chanson Hélène.

Après son séjour en Europe, il reviendra pour un dernier saut à Terrebonne, pour reprendre quelques concerts qu’il avait dû annuler à cause de maladie. Lui qui se faisait une fierté de n’avoir reporté qu’à peine cinq shows en 25 ans de carrière, hoche la tête en dévoilant ses récentes mésaventures.

«Jusqu’à l’an passé, je n’avais presque jamais reporté de spectacles, dit-il. Mais l’an passé, les virus ont été une catastrophe chez les chanteurs. Si tout le monde a le rhume et la grippe, nous aussi on l’attrape. Et si nous on est malade, on ne peut pas chanter.»

Le gros paquebot

Pour Confidences, Roch Voisine sera monté sur scène une soixantaine de fois d’ici la fin de sa tournée. Avec Americana, sa tournée précédente, il avait fait pas moins de 135 représentations.

«Les tournées, c’est le bonheur, dit-il. Mais que tu aimes ou pas, c’est devenu une nécessité pour un chanteur. Encore faut-il qu’il y ait une tournée et que tes tounes tournent à la radio. Il faut qu’il y ait une demande et il faut que les gens viennent te voir. Moi, je fais partie des privilégiés, mais on les compte sur les doigts de la main ceux qui remplissent leurs salles au Québec.»

La musique est en crise. Roch Voisine n’ose pas trop en parler de peur de passer pour un chialeux, ce qu’il n’est pas. Mais quand on insiste un peu, il dépeint la situation, surtout pour ses pairs qui ne sont pas épargnés par le phénomène.

«On déteste être oiseaux de malheur, dit-il, mais la musique est en transformation à un point tel que la planète musique va complètement changer, parce que les gens ont décidé qu’ils ne voulaient plus payer pour ça.»

«On est en crise économique et les gens disent qu’ils veulent manger avant de payer pour notre musique. On ne peut pas s’obstiner. On ne les blâme pas. Ils ont raison. Alors, on s’accroche au mât et on espère que le gros paquebot ne coulera pas.»

50 ans bientôt

Pour Roch Voisine, la tournée est aussi la meilleure façon de continuer d’avancer en tant qu’artiste.

«Tu ne peux pas rester un an sans faire de tournée, dit-il. Sinon, tu rouilles. Il te manque quelque chose. Tu es incomplet.

«C’est important pour l’échange aussi. Les spectacles, ce n’est pas un one way. C’est pas juste pour aller chercher l’amour du public, mais pour lui en donner également. C’est un échange.

«Et puis, c’est un game shape, comme ont dit dans le sport. Ça te garde en forme, prêt à n’importe quoi, n’importe quand, sous n’importe quelle forme et, à travers les concerts, viennent des idées. Donc, on enchaîne les projets les un après les autres.»

Le chanteur qui affiche toujours un look de jeune premier et ne semble pas voir pris une livre en trop, célébrera son cinquantième anniversaire le 26 mars prochain. Mais ses 50 ans n’ont pas l’air de le chambouler du tout.

«Tant que je ne suis pas malade avant un concert, je n’ai pas à me plaindre», dit-il.

«Mais il faut que je gère un peu mieux mon énergie, avoue-t-il, que je compte mes pas. On n’en a pas à revendre. Mais la scène ne m’use pas. Je suis bien sur scène.»

La petite routine

D’une salle à l’autre, Roch Voisine et sa bande de musiciens trouvent leur compte.

«C’est la balance de son, la petite routine, précise le chanteur. Mais sur scène, on ne peut jamais prévoir. Il faut s’adapter au public. Ça te garde éveillé.»

Ce public, ce sont des fans gagnés d’avance qui suivent Roch Voisine depuis Hélène, mais aussi beaucoup de nouveaux, surtout des hommes, depuis la tournée Americana. Un public très enthousiaste.

Père de deux garçons, de 7 et 8 ans, Roch Voisine interprète sur scène la très jolie pièce Les p’tits Loups composée pour eux. Lors de notre rencontre, il était accompagné de ses p’tits loups, en coulisse, les garçons étant en semaine de relâche, deux beaux petits bruns.

«Avec mes fils, c’est une autre affaire, lance le chanteur en riant. C’est moins calme. On part moins à l’heure prévue, les deux ont envie de pipi en même temps. C’est la vie de bohème. Mais, on a des trucs et ils sont fins, habitués de me suivre. Ils s’occupent. Par coups de fins de semaine, c’est pas pire.»

Commentaires
Loading