/entertainment/stage
Navigation
GRAINS DE SABLE

Survivre à l’Afghanistan

Coup d'oeil sur cet article

C’est une pièce documentaire sur l’Afghanistan, Grains de sable, qui prendra l’affiche dans les prochains jours au Studio Espace Libre. L’auteure et metteure en scène Milena Buziak a procédé à de nombreuses entrevues auprès de militaires une fois revenus de leur mission en Afghanistan. La pièce porte également un regard sur les femmes des soldats qui elles, demeurent ici. Écrite à partir de verbatim, six comédiens dont Jean Belzil-Gascon et Isabelle Miquelon raconteront sur scène sous forme de récit, les hauts et les bas de la guerre dans cette œuvre théâtrale.

C’est une pièce documentaire sur l’Afghanistan, Grains de sable, qui prendra l’affiche dans les prochains jours au Studio Espace Libre. L’auteure et metteure en scène Milena Buziak a procédé à de nombreuses entrevues auprès de militaires une fois revenus de leur mission en Afghanistan. La pièce porte également un regard sur les femmes des soldats qui elles, demeurent ici. Écrite à partir de verbatim, six comédiens dont Jean Belzil-Gascon et Isabelle Miquelon raconteront sur scène sous forme de récit, les hauts et les bas de la guerre dans cette œuvre théâtrale.

L’idée d’écrire sur les militaires en Afghanistan lui est venue à l’été 2007 alors que le gouvernement de l’Ontario venait de renommer la portion de l’autoroute 401 entre Trenton et Toronto, L’Autoroute des héros ou Highway of Heroes en l’honneur des soldats morts au combat en Afghanistan.

«C’était une image forte, j’ai trouvé cela très particulier de voir la foule venue s’amasser sur les viaducs pour voir déambuler les cortèges et saluer les dépouilles. Il y a eu notamment, les corps de trois soldats de la base de Valcartier tombés en mission, que l’on rapatriait au pays à l’aéroport de Trenton, sous le regard de milliers de personnes», raconte l’auteure et metteure en scène, Milena Buziak qui est aussi l’initiatrice du projet. «Mon questionnement était principalement centré sur l’idée du héros qui rentre mort.» Un concept assez morbide estime l’initiatrice. Puis, les questions se sont multipliées dans son esprit. Est-ce qu’un soldat mort est plus un héros qu’un soldat vivant? Qu’en est-il des blessés? Les blessures invisibles sont-elles aussi héroïques que les visibles? Pourquoi devient-on soldat? Puis son questionnement s’est tourné vers les conjointes des militaires. Que vivent-elles en attendant le retour de leur mari parti en guerre en Afghanistan?

De multitudes rencontres

Les images des cortèges funèbres tout comme les questionnements ne se sont pas effacés au fil des ans. Or, lorsque le moment est venu de lancer sa compagnie de production théâtrale, Milena Buziak avait déjà son sujet en tête. Ainsi, elle a procédé entre 2010 et 2011, durant quatre mois à la réalisation d’entrevues avec des soldats fraîchement rentrés d’Afghanistan ainsi qu’avec les épouses des militaires.

«Cela n’a pas été facile de trouver les personnes prêtes à se confier. C’est grâce à Internet, ainsi qu’à des forums que j’ai mis sur pieds que j’ai réussi à réaliser mes entretiens.

Des personnages authentiques

Comme il s’agit de théâtre documentaire, les faits et les personnages sont véridiques et racontés de façon narrative, présentés sous forme de différents tableaux. Ainsi, on retrouvera sur scènes trois hommes qui vont interpréter un colonel, un adjudant et un caporal ainsi que trois femmes, épouses de militaires. «Où la fiction théâtrale entre en jeu, c’est que j’ai combiné le récit de deux personnes pour en faire un seul personnage», explique la metteure en scène.

Et quel est le sentiment qui se dégage de ces confidences? «Il y a du positif tout comme du négatif», répond Milena Buziak qui n’est pas là pour faire la propagande de la guerre ni même la dénoncer. «Chose certaine, rien n’est jamais noir ou blanc, nous sommes dans les zones grises, comme dans la poussière du sable. C’est principalement le retour à la vie normale, après une expérience si marquante, où se situe la difficulté.»

Chemin faisant, elle a réalisé que les gens tenaient à s’exprimer sur le sujet. «Nous avons mis sur pied une table de discussion après chaque représentation où les spectateurs pourront s’entretenir avec un militaire.»

Des réactions surprenantes

Parmi les récits des militaires et de leurs conjointes, les témoignages sont parfois très étonnants. «L’une d’elles m’a même avoué qu’elle ne voulait plus que son mari revienne, elle avait mené sa vie seule pendant quelques années et elle se sentait bien ainsi, annonce l’auteure. Une autre raconte qu’après 11 déménagements, rien n’est facile.» Habituellement, un jeune couple évolue ensemble et chacun est témoin de l’évolution de l’autre. «Dans le cas des militaires, l’évolution se fait séparément et le retour peur devenir difficile, voire insurmontable, les personnes étant devenues incompatibles», estime Milena Buziak.

Mais l’essence des propos des militaires en revient aux héros. «Ils ne se considèrent pas comme des héros», conclut-elle.

Commentaires