/news/politics
Navigation
Déjà 68% d'insatisfaits

Les Québécois mécontents

Péquistes et libéraux sont au coude à coude dans les intentions de vote

Pauline Marois

Coup d'oeil sur cet article

Affichant un taux d’insatisfaction rappelant l’ère Charest, le gouvernement Marois ne réussit pas à se démarquer des libéraux dans les intentions de vote.

Affichant un taux d’insatisfaction rappelant l’ère Charest, le gouvernement Marois ne réussit pas à se démarquer des libéraux dans les intentions de vote.

Le Parti québécois et le Parti libéral du Québec sont au coude à coude avec respectivement 31 % et 30 % d’appuis, révèle un sondage Léger Marketing pour le compte de l’Agence QMI, réalisé par internet auprès de 1216 personnes du 7 au 10 mars. Le parti de Pauline Marois chute de deux points en seulement un mois, alors que les libéraux n’ont toujours pas de chef.

Toujours en troisième position, la Coalition avenir Québec de François Legault récolte 20 % des voix. Québec solidaire demeure relativement stable (9 %), alors qu’Option nationale de Jean-Martin Aussant prend du galon (5 %) au profit des péquistes.

Gouvernement minoritaire

Si le Québec était à nouveau plongé en élections, les Québécois se retrouveraient une fois encore avec un gouvernement minoritaire.

Selon Aubert Descôteaux, de la firme Léger Marketing, «il est impossible de dire» s’il s’agirait d’un gouvernement minoritaire péquiste ou libéral. Malgré un appui plus important des francophones pour le PQ que pour les libéraux, un score sous la barre de 40 % ne permet pas aux péquistes d’être assurés d’obtenir le pouvoir, insiste-t-il.

La grande force du Parti québécois demeure en région, même si Pauline Marois et ses troupes demeurent dans la course à la fois à Montréal (30 %) et à Québec (27 %).

Ce sont cependant les libéraux qui dominent dans la métropole (32 %) et dans la capitale nationale (30 %). Québec est le théâtre d’une chaude lutte à trois, puisque la CAQ suit de près avec 26 % d’appuis.

Encore Québec

Si un scrutin avait lieu demain matin, Québec serait une région névralgique. «Surtout si la CAQ ne réussit pas à reprendre ses positions, ça ouvre autant pour les libéraux que pour les péquistes la possibilité d’aller chercher des sièges qui pourraient faire la différence au final», soutient le sondeur.

Depuis l’élection du 4 septembre, la satisfaction envers le gouvernement Marois suit une courbe descendante. Les dernières décisions ont cependant fait augmenter spectaculairement le taux d’insatisfaction des Québécois à l’égard du gouvernement péquiste, qui est passé de 58 % lors du dernier coup de sonde, en février, à 68 %.

«On se rapproche des taux de Jean Charest dans les deux dernières années de son mandat», signale Aubert Descôteaux. Le Sommet sur l’éducation y est certainement pour quelque chose, croit-il. Sans parler des controversées coupes à l’aide sociale faites en catimini. «On voit que le dernier mois a été difficile», ajoute le sondeur. Même chez les électeurs francophones, le taux de satisfaction a chuté de 11 points depuis un mois.

Sur le même sujet
Commentaires