/news/politics
Navigation
Gouvernance souverainiste

Aussant pourfend le PQ

Jean-Martin Aussant
Photo Agence QMI / Archives
Jean-Martin Aussant
Jean-Martin Aussant
Photo Agence QMI / Archives
Jean-Martin Aussant

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Marois s’engage dans une démarche qui consiste à améliorer le fédéralisme canadien avec sa gouvernance souverainiste plutôt qu’à promouvoir la souveraineté, déplore le chef d’Option nationale Jean-Martin Aussant.

«Ce qui a été présenté hier (mercredi) aurait pu être présenté à la limite par le Parti libéral ou la CAQ. Ce n’est pas vraiment une démarche de promotion de la souveraineté, ça vise à protéger les intérêts du Québec dans le système (fédéral)», a confié Jean-Martin Aussant à l’occasion d’une entrevue avec le Journal de Québec. M. Aussant signale que le ministre Alexandre Cloutier a plaidé que sa gouvernance souverainiste respectait la constitution canadienne «je lui annonce que faire la souveraineté c’est contre la constitution canadienne, il faudrait peut-être qu’il en parle plus».

Tous les partis politiques fédéralistes du Québec défendent les champs de compétence du Québec, reprend le chef d’Option nationale, un parti souverainiste créé il y a à peine plus d’un an. À son avis, le Parti québécois s’est trop éloigné du discours souverainiste et la gouvernance souverainiste ne corrige pas le tir.

 

«Perdu son âme»

 

«Il faut faire en sorte que les Québécois votent oui à un référendum. Et quant on dit aux Québécois, comme leaders souverainistes, élisez nous pour les nids de poule et les listes d’attente dans les hôpitaux et si un jour c’est opportun on fera la souveraineté, on n’est pas un parti dont la raison d’être, c’est la souveraineté. Ça manque de confiance dans sa propre cause. On a perdu son âme», analyse Jean-Martin Aussant.

«Si le Parti québécois est devenu une alternative de gestion provincialiste aux libéraux, qu’il le dise. Mais de faire semblant devant des militants souverainistes qu’ils sont la seule option pour la souveraineté du Québec alors qu’ils travaillent à améliorer le fédéralisme canadien, je trouve que ça manque un peu de légitimité (...) C’est un peu comme si le Parti vert disait aux Québécois élisez-nous et si c’est opportun on va s’occuper de l’environnement, ils feraient rire d’eux», semonce le chef d’O.N.  

Commentaires
Loading