/sports/others
Navigation
Hockey sur table

Bossio demeure champion

Carlo Bossio
Photo d'archives Carlo Bossio a remporté un sixième championnat de hockey sur table consécutif.

Coup d'oeil sur cet article

Carlo Bossio a défendu avec succès son titre de champion du Classic Table Hockey Series (CTHS) pour la sixième année d’affilée.

Bossio a vaincu Sam «Raging Bull» Anoussis en finale de la Classique de ­Montréal pour demeurer le roi du hockey sur table en Amérique du Nord.

«Ç’a été très difficile. Il y avait encore quatre joueurs en lice pour l’obtention du titre lorsque nous avons disputé le dernier tournoi», a indiqué Carlo Bossio en entrevue au Journal.

Le moment décisif de la saison pour Bossio aura été sa victoire face à son frère, Gino, en quart de finale du dernier tournoi de la saison. Cette victoire lui permettait d’éliminer son plus grand rival de la course au championnat.

«Mon frère connaît mes forces et mes faiblesses. C’est contre lui que j’ai le plus de défaites en carrière», ajoute Carlo Bossio.

Malgré ce sixième championnat consécutif, Bossio n’est toujours pas rassasié.

«Je veux toujours me dépasser. Je veux devenir le meilleur joueur que je peux être. Le fait d’être champion m’ouvre beaucoup plus de portes».

Méconnu de la majorité des sportifs en herbe, le hockey sur table est en pleine expansion au Québec et en Amérique du Nord. Le CTHS regroupe six événements d’envergure, dont ceux de Montréal (deux tournois), Québec, New York, Chicago et Detroit.

«Ce jeu est ouvert à tous sur la planète. Le calibre est extrêmement fort dans les classes supérieures, mais nous avons des classes moins fortes pour les amateurs qui veulent essayer ce sport».

Des tables sur mesure

Pour devenir l’un des meilleurs joueurs de hockey sur table sur la planète, Bossio a passé de nombreuses heures à peaufiner sa technique. Il a même créé ses propres tables qui sont beaucoup plus résistantes que les tables disponibles sur le marché.

«Nous jouons sur la même table depuis environ huit ans et elle est toujours en bon état. Nous nous devions d’avoir des ­tables de qualité puisque nous pratiquons plusieurs heures par semaine», conclut Bossio.

Sur le même sujet
Commentaires