/sports/hockey/canadien
Navigation
TOP 10

Kaberle vient en tête de liste

Tomas Kaberle
Photo Archives/Agence QMI
Tomas Kaberle
Tomas Kaberle
Photo Archives/Agence QMI
Tomas Kaberle

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Plusieurs joueurs risquent un rachat de contrat au cours des prochains mois, selon les règles de la nouvelle convention collective en vigueur dans la Ligue nationale de hockey.

Les athlètes en question, du moins ceux qui ont plus de 26 ans, se verront alors remettre le deux tiers de leur salaire, montant qui disparaîtra de la masse salariale de l’équipe.

Le plafond salarial de la LNH doit par ailleurs baisser considérablement, soit de 70,2 M $ à 64,3 M $ en vue de la saison 2013-14, raison pour laquelle on offre l’option à chacune des formations de racheter deux différents contrats avant la prochaine saison ou la suivante.

Voici 10 joueurs qui pourraient être victimes de la situation:

#1 - Tomas Kaberle (Canadien de Montréal)

Le défenseur Tomas Kaberle n’a plus d’avenir avec le Canadien. Le joueur d’origine tchèque a disputé seulement 10 parties avec le Tricolore lors de la récente saison, obtenant trois mentions d’aide. L’entraîneur-chef Michel Therrien a notamment préféré utiliser les jeunes Jarred Tinordi, Nathan Beaulieu et même Yannick Weber plutôt que ce vétéran.

Kaberle doit gagner 4,25 millions $ en 2013-14, dernière année de son contrat, ce qui signifie qu’un rachat ne serait pas très lourd à porter pour l’organisation.

#2 – Mike Komisarek (Maple Leafs de Toronto)

L’ancien défenseur du Canadien de Montréal n’a pas connu les saisons qu’il espérait dans l’uniforme des Maple Leafs de Toronto, depuis 2009-10.

Lors de la récente campagne, il a atteint le fond du baril. N'obtenant aucun point en quatre parties avec les Leafs, il a été soumis au ballottage, n’a pas été réclamé et a plutôt joué quelques rencontres avec les Marlies de Toronto, dans la Ligue américaine. La suite logique : le rachat de son contrat. Cette entente est actuellement valide pour une dernière saison, en 2013-14, pour la somme de 4,5 millions $.

#3 - Ilya Bryzgalov (Flyers de Philadelphie)

Le gardien des Flyers de Philadelphie semble déjà avoir un pied à l’extérieur de l’organisation, lui qui a multiplié les sorties controversées au cours des derniers mois, critiquant notamment les journalistes affectés à la couverture de l’équipe de mal faire leur boulot.

De son côté, Bryzgalov n’a pas été impressionnant devant le filet des Flyers en 2013, compilant une fiche de 19-17-3, une moyenne de buts alloués de 2,79 et un taux d’efficacité de ,900. Si son contrat est racheté, l’équipe de Philadelphie devra lui verser 23 millions au cours des 14 prochaines années, ce qui signifie qu’il pourrait être payé par les Flyers jusqu’en 2027.

#4 – Keith Ballard (Canucks de Vancouver)

Avant de procéder au rachat du contrat du gardien Roberto Luongo, l’organisation des Canucks de Vancouver pourrait logiquement montrer la porte au défenseur Keith Ballard.

Alors qu’il doit gagner un salaire de 4,2 millions $ en 2013-14, mais aussi en 2014-15, Ballard n’a rien fait pour justifier un tel investissement lors de la plus récente saison. L’Américain a été employé pendant 36 parties, mais seulement 15 minutes par rencontre, ce qui est très peu pour un défenseur. Il a aussi été laissé de côté durant quelques matchs.

#5 – Brad Richards (Rangers de New York)

Limité à un rôle de soutien avec les Rangers de New York durant les séries éliminatoires, l’attaquant Brad Richards n’est plus l’ombre de celui qui a remporté le trophée Conn-Smythe en 2004 dans l’uniforme du Lightning de Tampa Bay.

Le jeu de Richards ne justifie pas le montant de 6,7 millions $ qui lui est accordé, en moyenne, par année. Un rachat de contrat signifierait toutefois que les Rangers devraient le payer jusqu’en 2027. Une transaction pourrait être une autre option privilégiée dans le cas de Richards.

#6 – Daniel Brière (Flyers de Philadelphie)

Les Flyers constituent l’équipe qui est la moins bien placée pour faire face à la baisse du plafond salarial. En plus du gardien Ilya Bryzgalov, l’attaquant québécois Daniel Brière pourrait écoper.

Brière doit gagner seulement 3 millions $ et 2 millions $ lors deux prochaines saisons, mais il accapare toujours 6,5 millions $ sur la masse salariale du club. Le rachat de son contrat pourrait être une solution simple et facile pour les Flyers, qui le paieraient jusqu’en 2016-17 seulement.

#7 – Anton Volchenkov (Devils du New Jersey)

Les Devils du New Jersey n’ont peut-être pas un véritable problème avec leur masse salariale en vue de la prochaine saison, mais ils pourraient néanmoins profiter de la situation pour réparer une gaffe du passé. Le contrat octroyé au défenseur Anton Volchenkov semble effectivement exagéré, lui qui gagne un salaire annuel de 4,25 millions $ pour encore les trois prochaines campagnes.

En 37 matchs cette saison, Volchenkov a obtenu cinq points et présenté un différentiel de -1. Il a par ailleurs été utilisé pendant seulement 16 minutes par match.

#8 – Rick DiPietro (Islanders de New York)

Le gardien Rick DiPietro, qui avait obtenu un spectaculaire contrat de 15 ans pour 67,5 millions $ avec les Islanders de New York en 2006, semble être un bon candidat. Lors de la plus récente saison, il a joué seulement trois matchs dans la LNH, passant la majeure partie de la campagne avec les Sound Tigers de Bridgeport, dans la Ligue américaine.

Comme une telle erreur a des conséquences, les Islanders auront à payer DiPietro jusqu’en 2029 si son contrat est racheté au cours de la période estivale.

#9 – Dany Heatley (Wild du Minnesota)

Le Wild du Minnesota a frappé un grand coup en embauchant l’attaquant Zach Parisé et le défenseur Ryan Suter en 2012, mais la situation pourrait mener au rachat du contrat de Dany Heatley.

Il reste toutefois une seule année à écouler à la présente entente de l’attaquant canadien avec le Wild. Soit il y aura rachat, soit on misera sur la possibilité que Heatley connaisse une excellente saison avant de profiter de son autonomie au terme de la prochaine campagne.

#10 – Vincent Lecavalier (Lightning de Tampa Bay)

Le nom de Vincent Lecavalier compte parmi ceux qui sont les plus souvent mentionnés. Avec un salaire annuel de 10 millions $ lors des trois prochaines saisons, il devient un incontournable dans un tel palmarès. Malgré tout, le capitaine du Lightning de Tampa Bay n’est peut-être pas aussi près d’un rachat de contrat qu’on le laisse croire.

D’abord, Lecavalier a connu une bonne campagne en 2012-13, avec 32 points en 39 matchs. Le Lightning pourrait par ailleurs attendre une saison de plus avant de se libérer de Lecavalier. Si la formation de Tampa Bay privilégiait cette option dès cet été, elle en aurait jusqu’en 2027 à lui verser de l’argent.

Commentaires
Loading