/misc
Navigation

Djemila Benhabib : un procès idéologique et politique

Coup d'oeil sur cet article

Djemila Benhabib est actuellement poursuivie pour avoir critiqué le programme d’enseignement d’une école musulmane de Montréal. On lui reproche d’avoir dit de ce programme qu’il pratique «un endoctrinement digne d’un camp militaire au Pakistan ou en Afghanistan». Elle s’inquiétait aussi du sexisme relayé par le programme d’enseignement de cette école. Évidemment, le procès est peu commenté parce que «la justice suit son cours». Il convient pourtant de d’analyser une telle instrumentalisation du système de justice à des fins idéologiques et politiques, qui révèle bien le dispositif de censure qui se met en place au nom de la «diversité». Il faut, autrement dit, replacer ce procès dans le contexte qui en révèle le sens.

De semblables poursuites traversent l’actualité des sociétés occidentales depuis plusieurs années. La France en a fait une spécialité avec le pouvoir exagéré concédé aux lobbies communautaristes. On a tendance à y qualifier «d’incitation à la haine» n’importe quel propos critique envers les «communautés culturelles». Ailleurs, on criminalise «l’appel à la discrimination» tout en élargissant de manière inconsidérée la définition de la «discrimination». Le procès de Djemila Benhabib est mené sur une autre base. On l’accuse de diffamation. Dans tous les cas, pourtant, il s’agit de procès politiques entendant mettre hors la loi la critique, fondée ou non, la question n’est là, de certains textes sacrés, de convictions religieuses ou de communautés culturelles.

Ce qui est en jeu, ici, c’est la liberté d’expression et sa reconfiguration dans les paramètres de l’État multiculturel dont la tendance autoritaire se révèle de plus en plus. J’écris reconfiguration : il faudrait parler plus exactement de rétrécissement et de sa mutilation. De tels procès servent à créer un climat d’intimidation généralisé autour de la critique des religions et des cultures. Ils contribuent à la multiplication des interdits implicites et explicites dans le débat public. L’espace public est miné : celui qui s’aventure dans les questions liées à la «diversité» peut à tout moment se voir poursuivi et risquer gros socialement et économiquement. Il peut aussi, et surtout, se voir coller la pire des réputations et se faire expulser dans les marges du débat public.

Cette mise en tutelle de la liberté d’expression est souvent menée au nom du droit à ne pas voir sa religion «dénigrée» dans l’espace public. On le sait, certains militent pour la criminalisation du blasphème et cela, au nom de la «tolérance» et du «respect de l’autre». Mais ces notions, qui doivent beaucoup à la théorie de la reconnaissance qui domine la philosophie politique contemporaine, servent à verrouiller le débat public en assimilant toute critique substantielle d’une religion ou d’une culture à une forme de phobie, caractéristique d’une psychologie fonctionnant à la «peur de l’autre», sans qu’on ne dise jamais vraiment de quel autre ou de combien d’autres il s’agit. Dans le débat public, la critique du multiculturalisme est souvent, et très injustement, assimilée au racisme.

Non seulement les États islamiques font-ils une promotion active de cette nouvelle censure, mais certains États occidentaux en font aussi la promotion. On connait d’avance les conséquences d’une telle censure : elle marquerait la fin de la liberté d’expression, tout simplement. Elle permettrait à chaque communauté de s’imperméabiliser contre une remise en question de ses dogmes, comme si la société dans son ensemble devait incorporer la conception que cette communauté se fait du blasphème. C’est-à-dire, bien pratiquement, que chaque communauté, et bien souvent, ses membres les plus actifs, les plus militants et les plus fervents pourront délimiter ce qu’on peut dire et ne pas dire à leur endroit. On pave ainsi le chemin aux croyants les plus orthodoxes, et probablement, aux fanatiques.

Les dogmes religieux et les préférences culturelles des uns et des autres pourront désormais modeler le droit, ce qui représente une régression majeure par rapport aux acquis de la modernité libérale. Car on se demandera naturellement qui sera en droit de définir ce qui doit être mis à l’abri du débat public dans une religion et ce qui peut être soumis à la critique ou offert à la moquerie. Quelles seront les autorités responsables d’incorporer des considérations théologico-identitaires dans le droit? Et quelles seront les religions admises dans ce club sélect des groupes sociaux désormais à l’abri de la critique publique? Chaque secte nouvellement constituée pourra-t-elle réclamer ce droit? Les franges les plus radicales des grandes religions historiques seront-elles aussi à l’abri de la critique, sous prétexte qu’on ne peut les dénigrer ni les moquer?

Évidemment, on dira qu’il faut distinguer le dénigrement de la critique. Mais encore une fois, qui aura la responsabilité légale d’opérer cette distinction qui relève davantage du bon goût que du droit ou de la philosophie? On voit le piège où nous conduisent ces nouvelles lois de censure qui ne disent pas ouvertement leur nom. Le multiculturalisme, qui sacralise la diversité et fait de la reconnaissance des «identités minoritaires» historiquement «marginalisées» son principe fondateur consacre en fait une féodalisation de l’espace public et la multiplication des interdits sociaux et légaux, apparemment nécessaires à la coexistence pacifique des communautés. C’est un étrange aveu de la part des multiculturalistes, d’ailleurs, de nous dire que la régression de la liberté d’expression est indispensable à la coexistence de communautés nettement différentes, sans quoi les tensions sociales seraient inévitables, comme si on reconnaissait par-là la nécessité de partager une culture commune pour fonder véritablement la démocratie libérale.

D’ailleurs, cette censure n’existe-t-elle pas déjà, sociologiquement, à travers ce qu’on appelle la rectitude politique ou si on préfère, le politiquement correct? Il suffit de rappeler la crise des caricatures, au Danemark et la réaction couarde des élites occidentales qui ont dénoncé avec plus d’énergie ceux qui se moquaient en dessins de Mahomet que ceux qui n’hésitaient pas à basculer vers la violence pour s’en indigner. De la même manière, on a condamné avec plus de zèle le réalisateur du film L’innocence des musulmans que ceux qui ont trouvé dans ce film l’occasion d’exprimer leur hargne viscérale contre l’Occident, comme si la chose véritablement insensée ici était la caricature (aussi médiocre pouvait-elle être) de Mahomet et non pas les manifestations massives de fanatisme politico-religieux dont il a été le prétexte. De même, lorsqu’on assiste à des émeutes urbaines à la française, comme en 2005, la faute en revient systématiquement à la société d’accueil, qui serait coupable d’exclusion et non aux émeutiers dont la protestation serait toujours légitime, compréhensible et porteuse d’un désir d’intégration.

J’en reviens à la liberté de critiquer les religions et l’enseignement qu’on peut en tirer. Le droit de critiquer une religion ou une culture devrait aller de soi. S’il y a des choses sacrées en ce monde, et chacun est évidemment libre d’avoir les croyances qu’il veut, elles n’ont pas à être considérées comme telles par la loi. On peut s’offusquer d’une blague ou d’une critique, mais cette indignation ne devrait jamais se transformer en interdiction formelle, en censure légale. La colère des uns ne devrait jamais devenir la loi de tous. En fait, c’est ce qui fait le génie propre de la civilisation libérale : elle n’absolutise aucune croyance et permet à l’esprit critique d’examiner aussi sévèrement qu’il le désire chacune d’entre elles. C’est lorsqu’une société renonce à ce droit d’examen de toutes les convictions, même les plus sacrées, qu’elle commence à s’asphyxier intellectuellement et moralement. C’est qu’elle consent alors à la reconnaissance publique de certains dogmes.

D’ailleurs, et paradoxalement, diront certains, ce sont justement les croyances les plus fondamentales qui doivent être soumises au libre examen, qui doivent pouvoir être remises en question, ou même à l’occasion, ridiculisées. C’est parce qu’elles sont radicalement remises en question que la critique apprend à ceux qui se campent dans un absolu politique ou religieux à vivre dans une société où ce qui est un dogme pour eux n’est qu’une opinion, et quelquefois même, une opinion amusante, pour d’autres. Plus encore : il devrait être possible de ne pas respecter une croyance et de le dire comme tel, avec la virulence qu’elle peut nous inspirer si nous l’avons en aversion. Je ne dis pas qu’il s’agit de sentiments agréables ou honorables et un esprit civilisé devrait chercher à se passer de tels sentiments. Mais une société n’a pas à réprimer légalement l’expression des mauvais sentiments.

La démocratie bien comprise neutralise progressivement la tentation du fanatisme. C’est ainsi que se développe une authentique culture démocratique, inspirée des exigences de la tolérance libérale. À la différence de la pseudo-tolérance multiculturaliste, qui nous force à aimer tout le monde et réprime légalement ou socialement ceux qui n’entrent pas dans le jeu, la tolérance libérale ne m’oblige pas à aimer celui qui me critique ou à rire avec celui qui se moque de moi : elle m’interdit toutefois de chercher à le faire taire grâce à la loi. Elle ne multiplie pas les dispositions légales limitant la liberté d’expression, ce qui ne veut évidemment pas dire que celle-ci ne doit pas être civilisée par la politesse et la courtoisie.

Le politiquement correct est un dispositif sociologique et médiatique inhibiteur qui s’est graduellement mis en place pour empêcher ou discréditer la critique de l’idéologie multiculturaliste. Les procès qui visent à faire taire les dissidents par rapport à cette idéologie contribuent à la construction d’un espace politique aseptisé sacralisant paradoxalement la «diversité» et faisant de sa présentation positive, sous la forme de louanges, la seule manière autorisée d’en parler. On en revient à Djemila Benhabib. On connait son engagement aussi constant que documenté contre l’islamisme, qu’elle présente, avec raison, comme un péril majeur pour la civilisation occidentale. Évidemment, chacun devrait être libre de la contredire ou de la critiquer. Mais que son propos soit accueilli par une poursuite montre bien qu’une tentation autoritaire traverse notre société et s’exprime décomplexée, en plus de se présenter comme l’expression de la vertu, ce qui la rend encore plus inacceptable.

85 commentaire(s)

jackwood dit :
24 mai 2013 à 16 h 42 min

Des écoles coraniques au Québec sont actives et une d`elle traîne en cour Djemila Benhabib pour les avoir dénoncé. Pas surprenant. Notre démocratie, nos droits de la personne à outrance, notre système de justice de guimauve font la joie des islamistes partout en occident. Notre stupidité va nous couler.

Jean Émard dit :
24 mai 2013 à 16 h 57 min

Il faut replacer la religion dans son créneau: c'est une superstition comme bien d'autres. Elle n'a aucune supériorité objective sur l'astrologie, la voyance, la croyance dans les fantômes ou la lecture de lignes de la main.

La religion est une superstition. Point à la ligne.

Jean Émard

Pierre K. Malouf dit :
24 mai 2013 à 17 h 37 min

D'une profonde justesse!

Pierre Brassard dit :
24 mai 2013 à 17 h 38 min

"Ce qui est en jeu, ici, c’est la liberté d’expression et sa reconfiguration dans les paramètres de l’État multiculturel dont la tendance autoritaire se révèle de plus en plus. "

Attention ! Ce n'est pas l'État qui poursuit Mme Benhabib mais une école privé musulmane financé à 60% par l'État du Québec. Les administrateurs qui poursuivrent doivent répondent de leurs actes bien sûr.

Ceci est une poursuite baillon pour la faire taire.

C'est complètement absurde au Québec en ... 2013 !

Jacques Lagacé dit :
24 mai 2013 à 18 h 44 min

Formidable article! On a besoin de cette limpidité d'esprit pour combattre efficacement les dérives du relativisme culturel.

Achmed Bigras dit :
24 mai 2013 à 18 h 47 min

Monsieur Jackwood,

Je suis d'accord avec vous et j'ajoute que, pour les mêmes raisons, nous faisons aussi la joie du crime organisé. Islamistes et Hell's Angels, même combat!

Christian Gatineau dit :
24 mai 2013 à 19 h 10 min

L'endoctrinement ne regarde pas seulement les autres religions. Le cour obligatoire de culture religieuse dans les école en est une preuve. Deuxièmement et plus grave encore, les écoles ne sont plus confessionnelle sauf si les gens ont assez d'argent pour envoyer leurs enfants dans les écoles privées. Ce système d'endoctrinement à lieu ici au Québec et je pense que c'est pire dans le reste du Canada ou l'endoctrinement est mur à mur dans le système scolaire. Qui se lève pour le dénoncer??? Qui dans les médias a assez de couille pour en parler et en faire un cheval de bataille pour la liberté de conscience des enfants?? Qui dénonce l'endoctrinement des enfants dans les lieux de culte??? Qui demande à ce qu'on protège les enfants contre leurs parents dans ces situations??? La liberté de religions pour les adultes, je suis d'accord mais laissez les enfants tranquille et ce dans toutes les sectes et toutes les religions. Nos écoles sont des lieux de connaissances et non de croyances.

Jippy dit :
24 mai 2013 à 19 h 33 min

La vraie question est celle-ci: l'État québécois va-t-il permettre aux musulmans de pratiquer (mettre en pratique, appliquer) les principes (concepts) de leur religion dans l'espace public? Cet espace public doit prendre en considération les principes fondamentaux qui guident les fidèles (adeptes) des 3 grandes religions monothéistes, majoritaires à ce qu'il me semble. Ces principes fondamentaux communs favorisent le Bien Commun (exemple: comment l'État peut-il oser bafouer la Loi naturelle en permettant à 2 hommes d'élever un enfant?). L'athéisme militant (minorité agissante tapageuse) occupe trop d'espace dans l'esprit de nos Lois depuis une trentaine d'années. Il est plus que temps que les voix religieuses se fassent, elles aussi, enfin entendre et respecter!

seb dit :
24 mai 2013 à 19 h 41 min

Le multiculturalisme canadien est une honte. Vivement un État québécois qui se libère de cette idéologie destructrice!

Alain Chicoine dit :
24 mai 2013 à 19 h 59 min

Le problème est le trudeauisme que je qualifierais de religion d'état du Canada. Dans le reste du canada des qu'on critique cette façon de penser on est sûr d'avoir tout les média anglophone sur notre dos. En plus avez-vous entendu les groupes feministes dans cette histoires moi pas. Elle sont présente pour lacher des grossièretés sur le dos des hommes, mais quand c'est le temps d'agir pour défendre le droit des femmes elles brillent par leur absence. Si les feministes ne défende pas le droit des femmes, où est qu'on s'en va?

Mohamed Al-Amani dit :
24 mai 2013 à 20 h 13 min

Étrange que cette femme ne dénonce pas les piscines sexistes destinées aux femmes juives !!!!!

2 poids 2 mesures !

Mohamed Al-Amani dit :
24 mai 2013 à 20 h 17 min

Benhabib a su faire du fric grâce ses livres.....

Le pire est qu'elle n'a JAMAIS été véritablement victime d'islamistes....

Denis Mercier dit :
24 mai 2013 à 20 h 22 min

"Mais que son propos soit accueilli par une poursuite montre bien qu’une tentation autoritaire traverse notre société et s’exprime décomplexée, en plus de se présenter comme l’expression de la vertu, ce qui la rend encore plus inacceptable."

Si c'est si inaceptable que ça, vous devriez être solidaire de Djemilla et repremdre à votre compte ses propos contre cette école. mais vous le ferez pas donc... vous n'êtes pas si sûr de ce que vous dites. C'est tout simplement qu'elle nuit à des intérêts privés avec sa parole publique et personne n'a le droit de faire ça. Elle pourrait commencer à respecter les lois d'ici avant de vouloir les changer, ne pensez-vous pas ?

Lamine dit :
24 mai 2013 à 20 h 29 min

M. Bock-Côté, je pouvais être en phase avec vous et partager votre raisonnement si, à travers vos sorties, j'avais pu remarquer une once d'honnêteté intellectuelle qui doit normalement s'appuyer sur une posture impartiale et distanciée de ce qui semble relever davantage de la haine d'une communauté que d'une analyse sociologue d'un phénomène. Ce dont il devrait s'agir ici c'est , à mon avis, moins la liberté d'expression que l'existence d'écoles communautaires ou religieuses, parallèlement au système scolaire québécois et qui sont, de surcroît, financées par l'argent public. Et là où je doute fort de votre impartialité- ce qui me désole beaucoup lorsque vous donnez l'impression de ramer à contre-courant du politiquement correct- c'est le fait de parler comme si nous étions devant un phénomène tout nouveau . N'existe-t-il pas au Québec d'autres communautés qui vivent au vu et su de tout le monde en marge de la société? Des communautés qui ont un agenda bien clair: perpétuer dans des écoles qui ont pignon sur rue à Montréal et dans d'autres villes les fondements de leur culture et de leur religion. Je suis sûr que vous savez bien là où je veux en venir. Et pourtant, cela date depuis longtemps et personne n'ose lever le petit doigt pour s'en offusquer et le dénoncer. D'ailleurs, je me demande même si certains de nos têtes pensantes au Québec en ont le courage. Il semble là que la liberté d'expression se muselle toute seule. Vous dites que le droit de critiquer une religion ou une culture devrait aller de soi. J'ai bien peur que vous soyez là dans la démagogie, car quand la critique est sélective, elle ne peut pas porter ses fruits. De plus, il faut surtout s'interroger sur les fondements de vos critiques, Est-ce pour faire évoluer les choses ou tout simplement pour surfer dans la vague d'inquiétude qui anime une partie de la population?

Jippy dit :
24 mai 2013 à 21 h 31 min

Luc Ferry sur BFMTV (France) : "La démocratie, c'est la déconstruction des repères traditionnels." Ma Conclusion: Aucune société n'est plus démocratique d'esprit que la société québécoise...un modèle mondial, faut pas oublier!

Nelson dit :
24 mai 2013 à 21 h 35 min

Lamine

Lisez les journaux et regardez les nouvelles à la télévision, et vous allez voir des critiques à certains juifs pour des affaires de stationnement sur la rue lors des fêtes religieuses, ou des critiques virulentes vis-à-vis le cardinal Ouellette et le Vatican sur leurs ''croyances'' concernant le droit des femmes d'interrompre leurs grossesses, et les droits à l'égalité devant la Loi pour les minorités sexuels.

Abengadon dit :
24 mai 2013 à 21 h 42 min

Bravo MME.Benhabib et honte à tout ceux qui n'ont pas le courage de dénoncé toutes les religions. Les religions sont la plus grande supercherie de l'histoire de l'humanité. Ces religions atrophie la façon de penser. S'il n'y avait pas endoctrinement des tout petits, il y a longtemps qu'elles se seraient éteinte et ils le savent bien. Plus l'endoctrinement commence tôt, plus elle est rigoureuse, plus la pression social est forte, plus l'endoctriner réfléchira comme un robot et trouvera ses réponses dans les torchons religieux au lieu de comprendre l'être humain comme il est réellement. Il n'y a aucune objectivité concernant les religions dans les médias, juste a penser à l'élection du nouveau pape, tout le tapage médiatique au Québec, quel honte.

Tout a fait d'accord avec Lamine.

Nelson dit :
24 mai 2013 à 21 h 47 min

POURQUOI les communautés éthno-réligieuses ont autant de pouvoir, des subventions, et des privilèges ?.

Parce que le vote éthno-réligieux est à 98% fédéraliste,

Il décide des référendums comme en 1995,

Clientèle électoral libéral,

Harper à rentré majoritaire en ciblant 20 comptés à haute densité ethno-réligieuse en Ontarion, en les promettant tout sorte des ''accommodements'' et subventions.

Un certain Pierre-Elliot les à donné le Droit Constitutionnelle de pratiquer leurs ''croyances'', même si elles vont carrément contre des Lois et des valeurs de la société d'accueil.

Ces groupes des communautés religieuses que refusent s,adapter et s'intégrer à la société qui les accueille, sont fort utiles pour aider le ROC actualiser le rapport Durham, ''convaincre'' les québécois qu'ils seraient gagnants en laissant tomber leur langue maternelle, et fonctionner en anglais.

Lontana dit :
24 mai 2013 à 22 h 06 min

De ce que je sais le multiculturalisme au Canada a été installé à cause des francophones et pour calmer leurs esprits séparatistes. On se retrouve aujourd'hui avec toutes sortes de cultures et surtout le Québec a favorisé l'entrée de gens de langue française qui venaient des Pays musulmans. Est-ce-qu'on est libres de dire que tout ça est la faute des Libéraux et des gauchistes du PQ? Je vois que M. Bock Coté défend aujourd'hui la liberté d'expression, mais ça n'a pas toujours été le cas, surtout quand on dénonce les lois fascistes sur la langue..

Lamine dit :
24 mai 2013 à 23 h 01 min

@ Nelson

Je ne parle pas de critiques sporadiques de certaines communautés pendant des fêtes religieuses lorsque celles-ci entraînent quelques désagréments auprès de la population. Cela n'est qu'une goutte d'eau devant la mer de problèmes systémiques que des intello comme M. Bock-Côté devraient dénoncer. Ce que je déplore c'est le fait de se cacher derrière des attaques bien ciblées comme sait bien le faire M, Bock-Côté pour donner l'impression d'être un libre d'esprit et ou donner l'illusion d'un intello courageux. Circulez un peu dans certains coins de Outremont et vous verrez bien des choses qui méritent d'écrire des livres sur l'intégration des communautés culturelles. On se croirait dans un autre pays du Moyen Orient. Mais vous savez quoi? Aucun intello ou média québécois n'osera le faire parce qu'il y a bien des intouchables ici. Quand l'odeur de l'argent parfume l'air, tous nos principes sont rangés dans les tiroirs. Mais il faut bien taper sur les plus faibles (économiquement) pour se donner le leurre d'être affranchi du la rectitude politique. C'est la même chose que je déplore souvent dans la belle civilisation libéralo-occidentale dont le plus grand péché mignon est l'amour inconditionnel de l'argent ( le capital). Je suis toujours content d'entendre le respect des libertés individuelles surtout celles des enfants et des femmes, mais nos leaders n 'hésitent jamais à embrasser les dictateurs des pays arabes lorsqu'ils hument l'odeur des pétrodollars. Qui disait que le pet du riche ne sent pas?

André Denoncourt dit :
24 mai 2013 à 23 h 10 min

@Mohamed Al-Amadi

Hmmm... J'ai plus tendance à accepter la parole de Mme Benhabib que la vôtre, même si c'est une femme.

Et si elle ne s'occupe pas des piscines juives, c'est peut-être parce que casser du sucre sur le dos des juifs ne serait pas très crédible de la part d'une femme musulmane. Elle tente de faire le ménage dans sa propre cour.

Par ailleurs, elle ne s'en prend qu'aux islamistes et aux fous d'Allah qui forcent les musulmanes à porter le voile contre leur gré. Avez-vous quelque chose contre ça?

denissera dit :
24 mai 2013 à 23 h 11 min

Ceux qui mettent les problèmes du Québec sur le dos du multi-culturalisme Canadien feraient bien de voir ce qui se passe partout en Occident, en Grande-Bretagne, en France, au Danemark et en Suède.

Si le Québec était un pays indépendant, il serait lui aussi pris avec ces mêmes problèmes.

Alain Mallette dit :
24 mai 2013 à 23 h 33 min

Courage a Djamila Benhabib! Merci a tous ceux qui la supportes,M.Bock-Coté inclus. L'islamisme est le cancer de l'humanité.

lison dit :
24 mai 2013 à 23 h 39 min

La poursuite contre Mme Benhabib est un des djihads parmi les nombreux autres.

Le JIHAD JURIDIQUE intente des poursuites frivoles, dans le but de faire taire les critiques qui parlent de l'islam en publique, avec pour objectif d'établir la CHARIA, comme régissant les autorités politiques et juridiques dans nos pays occidentaux.

Voir sur site web: Islamist Watch Titre de l'article: Welcome to Lawfare- A new type of Jihad

Simon Poulin dit :
24 mai 2013 à 23 h 41 min

M. BOCK-CÔTÉ, Pourquoi tu n'as pas défendu Yves Michaud quand il a critiqué les juifs ? Vous êtes mal placé pour parler d'un procès idéologique et politique. Vous avez le monopole de l'information (Québecor partout partout comme la Pravda de l'époque de l'URSS) et personne ne peut avoir une tribune comme la votre pour faire rétablir la vérité. Dans d'autres pays les journaux sont diversifiés. Ici, tous les journaux sont de droite démagogique à part le Devoir qui est indépendant mais de faible tirage.

Nelson dit :
24 mai 2013 à 23 h 49 min

Lamine dit : '' Ce que je déplore c’est le fait de se cacher derrière des attaques bien ciblées comme sait bien le faire M, Bock-Côté pour donner l’impression d’être un libre d’esprit et ou donner l’illusion d’un intello courageux.''

Lamine

Vous ne connaissez pas Mathieu Bock-Côté.

Ou vous ne le connaissez pas assez.

Mathieu est absolument incapable de tomber dans des basses attitudes que vous lui prêtez arbitrairement.

Je vous défi à trouver quelqu'un qui partage vos préjugés négatifs à l'égard de Mathieu....vous ne trouverez pas.

Mathieu n'est pas partisan idéologue d'aucun intérêt....sauf la survie de sa langue maternelle, de sa culture, de ses valeurs, de son identité culturelle.

Et les communautés immigrés qui refusent s'intégrer, parler français, respecter nos Lois et valeurs, NOUS RESPECTER, sont perçus avec raison par Mathieu comme des menaces réels à la survie du Peuple québécois, sa langue et sa culture.

Ahhh ....et si vous voulez des critiques envers autres communautés, lisez les opinions dans le blogue de Joseph Facal.

Dan dit :
25 mai 2013 à 1 h 13 min

Je souhaite à madame Benhabib de sortir gagnante de ce procès qui est intenté par des esprits obscures. Je souhaite pour les futures générations que nos leaders politiques mettent fin à toutes les écoles religieuses tout de suite.c'est dans ces institutions que les cervaux des enfants sont manipulés depuis leur plus jeune age par des leaders religieux qui n'ont pas de scrupules. Par idéologie de suprématie ces leaders religieux enseignent à des enfants que la mort est préférable à la vie, par idéologie de suprématie les femmes acceptent de se faire imposer des lois par des hommes voulant avoir tous les pouvoirs. L'école est l'endroit où nos enfants doivent acquérir des connaissances qui vont les outiller pour vivre avec les autres humains de la terre. Les religions ont causé trop de guerres depuis la nuit des temps. Regardez ce qui se passe en Syrie, en Afrique, en Europe, en Irak et même au USA. Je laisse la liberté de religion dans l'espace privé et je veux garder mon droit de critiquer des courants de pensée capables de détruire notre humanité. Je m'oppose à tout accomodement qui risque de brimer mes droits humains et ceux de nos descendants.

Francois dit :
25 mai 2013 à 1 h 54 min

Mohamed Al-Amadi

Comment pouvez vous affirmer quelle n'as jamais été victime d'islamiste? Et bien moi monsieur, il y as 2 ans coin amherst et ste-catherine, 4 musulmans m'ont dit ceci. Si tu vivais dans notre pays, on te tuerais parce que tu es gay. Wow, quelle belle religion d'amour, n'est-ce pas. Et je pourrais vous énumérer plusieurs autres menace de mort que des musulmans hommes et femmes doivent subir et même se cacher ici. Alors concernant madame Djemila, je n'es pas de crainte a la croire. De toute façon avec ce qui est écris dans le coran et les habdiths. Violence, intolérance, intimidation et meurtre tu y trouveras. Bon moment présent a tous. Et surtout réveillez-vous.

jackwood dit :
25 mai 2013 à 6 h 13 min

Ceux qui font encore du relativisme culturel avec les juifs ou les chrétiens, vous êtes dans le champ. Dans les pays musulmans, ça s`entretuent à coup de bombes camouflés, de voitures piégés, de massacres à la machette, sans compter les polices de la charia qui l`impose, les meurtres des apostats de l`islam, des homosexuels, les sectes islamistes en Afrique qui tuent des chrétiens et qui imposent la charia avec violence, les quartiers islamisés de villes d`Europe ou la charia domine et ou la police veut même pas aller y faire son tour . On voit pas ça dans les pays chrétiens nie en Israël. Tel-Aviv en Israël est une des destinations favorites du tourisme homosexuel. Y`a aucune ville de pays musulmans qui est en compétition avec Tel-Aviv. De plus, les juifs sont à peu près 20 millions dans le monde entier comparativement à 1 milliard et de demi de musulmans. Combien d`islamistes là dedans ? Un méchant bon paquet. Si le politiquement correct empêche de penser, le relativisme culturel empêche de penser encore plus.

seb dit :
25 mai 2013 à 7 h 52 min

@denissera

Rien n'obligerait le Québec indépendant à faire les mêmes erreurs. Surtout, puisque le Québec rejette massivement cette idéologie, je doute qu'on voudrait l'inclure dans notre constitution comme le canada l'a fait.

mustapha amarouche dit :
25 mai 2013 à 8 h 08 min

Partout dans le monde occidental, on assiste à l’échec du multiculturalisme car il est porteur d’une immense hypocrisie : celle de dire que les droits de la personne sont modulables au gré des cultures. Cela a créé des sociétés ou le confort des uns se juxtapose honteusement avec la misère et la survivance de comportements médiévaux, de ghettos dont longtemps on faisait semblant d’ignorer jusqu’à l’existence :- Cachez moi ces juifs orthodoxes et ces islamistes que je ne saurai voir-. Malheureusement, cette juxtaposition de communautés aux visions souvent antagoniques sur les aspects essentiels de la citoyenneté est une véritable poudrière. Cette affaire des écoles dites musulmanes est un scandale pire que ceux de la commission Charbonneau. Voilà des écoles qui distillent au vu et au su de tout le monde un enseignement religieux, aux antipodes des valeurs québécoises forgées par des siècles de militantisme moderniste en phase avec l’évolution générale de l’occident. Qui a toléré cela et dans quels buts? Il faut savoir que ces écoles attentent de manière quasi irréversible à la virginité spirituelle des élèves, à leur quiétude et handicape lourdement leur possibilités d’épanouissement en verrouillant leur intelligence et leur pensée. Le conditionnement par la terreur de l’enfer, répété encore et encore, les descriptions abominables des tourments de la tombe pour quiconque renie Allah ou son Envoyé, la haine des autres peuples et des autres religions, beau programme pour de futurs citoyens bien intégrables! Les islamistes ont le mérite de savoir ce qu’ils veulent. Ils le montrent et ils le disent à qui veut bien les voir et les entendre. Pour eux, l’homme n’est pas un citoyen, mais un esclave d’Allah et un sujet de son représentant sur terre, le Calife, dont il doit suivre les ordres minutieusement au risque de la damnation éternelle. Où est le projet québécois? Continuons à chercher, on le trouvera peut-être un jour...

André St-Pierre dit :
25 mai 2013 à 8 h 33 min

I faut saluer le courage de Mme Benhabib. Entendez vous souvent d'autres musulmans décrire aussi clairement la vie d'un enfant moyen dans une société musulmane, en Algérie notamment? Non, tous se taisent, et qui ne dit mot consent dit l'adage. Il ne faut pas qu'elle se taise cette dame. Elle dit tout haut ce que probablement plusieurs musulmans pensent. Le procès dont il est question révèle exactement ce que nous devrions craindre plus que tout. Les islamistes veulent baîllonner Benhabib, parce qu'elle dit les choses comme elles sont. Parce qu'elle est capable de dissocier le ridicule du rationnel, l'absurde du sensé, l'utopie de la réalité. C'est dramatique pour un imam. Quelqu'un qui a des arguments plus forts que les siens dans ses tentatives d'endoctriner ses ouailles. Nous avons tous eu la chance d'écrire quelques lignes dans cette page, sur un sujet délicat. Ce procès, s'il devait donner raison à la poursuite, nous retirera cette chance de discourir librement. Imaginez, ne plus pouvoir dénoncer les bêtises commises quotidiennement dans les pays musulmans. Nous devons tous nous opposer fermement à l'intrusion d'Allah dans nos parlements. Foi et loi, contràirement aux croyances musulmanes, ne sont pas des synonymes, ils sont des antonymes et doivent le demeurer. Ne pas être musulman n'est pas un crime en occident, pas plus qu'être chrétien ou raëlien. Notre liberté n'est pas négociable, et il est temps qu'on l'affirme haut et fort. Le juge dans cette cause n'a pas d'autre choix que de donner raison à Mme Benhabib.

Marie-Josée dit :
25 mai 2013 à 8 h 48 min

J'ai une maitrise en science des religions de l'Université de Lausanne. J'ai toujours été une passionnée de l'histoire de la rédaction de l'Ancien testament même si je ne suis pas croyante. Poir moi, tout document religieux est digne d'étude pour essayer de retracer les sources et les motifs de ceux qui les ont rédigés. À mon retour au Québec, j'ai pourtant choisi de ne pas poursuivre un doctorat chez nous et de ne pas pratiquer mon métier d'historienne. Pour toutes les raisons que vous mentionnez dans votre blog... Je fais du développement êconomique en région... le terrain y est moins miné.

Oscar Chica dit :
25 mai 2013 à 9 h 34 min

Mohamed Al-Amani écrit: "Étrange que cette femme ne dénonce pas les piscines sexistes destinées aux femmes juives !!!!! 2 poids 2 mesures !"

Je perçois dans ce commentaire une autre forme de manipulation intellectuelle visant à disqualifier (malhonnêtement, bien sûr) les critiques du multiculturalisme.

En Occident, Monsieur Mohamed, non seulement nous avons le droit de critiquer les religions, mais nous avons le droit de les critiquer UNE À LA FOIS.

De toutes façons, ceux qui ont les yeux ouverts savent que ce n'est pas le judaïsme qui est la plus grande menace contre notre culture, mais l'islam revendicateur.

rik arviz dit :
25 mai 2013 à 9 h 42 min

@Simon Poulin Si Mathieu n,a pas défendu Yves Michaud concernant son commentaire à propos des juifs,c,est qu,il était encore aux études à ce moment là.(On parle ici des années 90.Faut quand-même pas exagérer Simon!

Oscar Chica dit :
25 mai 2013 à 9 h 44 min

À Mustapha Amarouche, et à tous les autres:

Voici comment j'ai compris, en tant que non-Occidental devenu fier Occidental, le "projet" de ma civilisation d'accueil:

Créer une société toujours plus libre, prospère et sécuritaire, ou chacun puisse poursuivre ses rêves et s'épanouir, un monde meilleur qui rende notre passage sur terre plus productif et heureux...

Sid Dziri dit :
25 mai 2013 à 9 h 58 min

Je pense qu'on vit dans un pays démocratique où tout un chacun peut s'exprimer en toute liberté. Toutefois, une personne peut s'estimer diffamée par une prise de parole et c'est de son droit de demander réparation. et comme on vit dans une démocratie, au lieu de se faire justice soi-même, il y a tout un système judiciaire qui est là pour rendre justice en toute impartialité. Même si chacun est libre de dire ce qu'il veut, il est aussi, et heureusement, responsable de ses actes et paroles, et Mme Benhabib ne fait pas exception. L'école en question s'est sentie diffamée et elle a le droit que sa réputation, qu'elle pense avoir été ternie, soit rétablie, où est le problème là-dedans ???

Par ailleurs, il y a certaines communautés qui veulent que les lois et règlements soient changés selon leur gré, qui ferment les rues les samedis, qui ont des piscines non mixtes, dont le calendrier du comité exécutif de Montréal change au gré de leurs fêtes religieuses, même les voisins de ces communautés n'ont même le droit de faire le moindre bruit pendant certaines de leurs fêtes (ville d'Hampstead), ... mais on n'entend pas là dessus les tenants de la laicité tels les Bock-Côté et autre Benhabib.

Et quand une personne ose parler d'une certaine communauté (même si c'est un député), une motion de blâme est adoptée à l'unanimité et sans débat par l'Assemblée nationale du Québec. à vous de juger !!!!!

Jean Émard dit :
25 mai 2013 à 10 h 26 min

"Poir moi, tout document religieux est digne d’étude pour essayer de retracer les sources et les motifs de ceux qui les ont rédigés." Marie-Josée

===

Autant digne d'étude que tout autre conte de fées.

Jean Émard

jackwood dit :
25 mai 2013 à 11 h 31 min

Sid Dziri @ 25 mai 2013 à 9:58 min

Voilà un bel exemple de relativisme culturel. Combien sont les juifs dans le monde entier ? 20 millions. Combien sont les musulmans ? 1 milliard et demi. Qui s`entretuent entre eux dans leurs pays respectifs par milliers ? Pas les juifs. Quels sectes massacrent des chrétiens en Afrique et imposent la charia par la violence ? Pas les juifs. Quels communautés en Europe cause des troubles et veut imposer la charia ? Pas les juifs.

Le relativisme culturel est une bêtise employée par les biens-pensants pour masquer la réalité. La réalité, c`est que les islamistes sont plus nombreux que les juifs, sont plus dangeureux que les juifs. Et désolé de le dire, les islamistes se réclament de l`islam.

Rachid Tazoulti dit :
25 mai 2013 à 11 h 37 min

Cette action en justice contre Djemila Benhabib n'est qu'un nouveau leurre de la part des islamistes qui sentent un danger réel contre leur enseignement reconnu comme n'ayant rien à voir avec la démocratie et la justice.

Si la direction de cette école sont de vrais musulmans ne doivent-ils pas avant toute chose respecter les préceptes de l'Islam ? N'y a t'il pas un hadith qui dit : "Que celui d'entre vous qui voit un mal le change de ses mains. S'il ne le peut pas, il le fait par la parole et si cela lui est encore impossible, qui le fasse dans son cœur qui est le minimum qu'exige la foi".

Djemila Benhabib comme un grand nombre pour ne pas dire la majorité des musulmans qui vivent au Québec, font ce que leur culture d'origine - algérienne pour Djemila et bien d'autres musulmans originaires d'autres pays - leur dicte, n'en déplaisent aux quelques dizaines d'islamistes qui veulent (les) l'empêcher de l'être.

Je parlais de leurre, oui c'en est encore un autre, qui sera médiatisé à fonds au seul bénéfice de la stratégie d'occupation de l'espace public par ces extrémistes. Leur défense va aller dans le sens des quelques messages mentionnés ci-dessus qui vont chercher l'analogie avec d'autres pratiques religieuses certes condamnables mais malheureusement admises par les gouvernants fédéralistes et surtout qui serviront aussi à ces communautés savamment introduites dans le décor démocratique. C'est là que se situent les alliances théocratiques.

Michel dit :
25 mai 2013 à 12 h 19 min

@ rik arviz

L'affaire Michaud date du 14 décembre 2000.

C'était pourtant pas difficile à trouver pour qui s'en donne la peine.

Jean sol patte dit :
25 mai 2013 à 13 h 29 min

L 'ironie est que le Québec va voté majoritairement pour le fils Trudeau dont sont père à mis en place et verrouillé à tout changement constitutionnel le multiculturaliste . La charte canadienne autorise et fait la promotion de ce multiculturaliste ...

remidam dit :
25 mai 2013 à 14 h 17 min

«Voici ce que l'on dit sur ces écoles coraniques : Rachid Tazoulti dit :

25 mai 2013 à 11 h 37 min

Cette action en justice contre Djemila Benhabib n’est qu’un nouveau leurre de la part des islamistes qui sentent un danger réel contre leur enseignement reconnu comme n’ayant rien à voir avec la démocratie et la justice.

Si la direction de cette école sont de vrais musulmans ne doivent-ils pas avant toute chose respecter les préceptes de l’Islam ? N’y a t’il pas un hadith qui dit : “Que celui d’entre vous qui voit un mal le change de ses mains. S’il ne le peut pas, il le fait par la parole et si cela lui est encore impossible, qui le fasse dans son cœur qui est le minimum qu’exige la foi”.

Djemila Benhabib comme un grand nombre pour ne pas dire la majorité des musulmans qui vivent au Québec, font ce que leur culture d’origine – algérienne pour Djemila et bien d’autres musulmans originaires d’autres pays – leur dicte, n’en déplaisent aux quelques dizaines d’islamistes qui veulent (les) l’empêcher de l’être.

Je parlais de leurre, oui c’en est encore un autre, qui sera médiatisé à fonds au seul bénéfice de la stratégie d’occupation de l’espace public par ces extrémistes. Leur défense va aller dans le sens des quelques messages mentionnés ci-dessus qui vont chercher l’analogie avec d’autres pratiques religieuses certes condamnables mais malheureusement admises par les gouvernants fédéralistes et surtout qui serviront aussi à ces communautés savamment introduites dans le décor démocratique. C’est là que se situent les alliances théocratiques. »

Je suis contre l'autorisation donnée pas le ministère de l'éducation à ces extrémistes islamiques. Il faut fermer ces écoles qui enseignent la violence et une religion extrémiste et radicale.

Le gouvernement fédéral devrait retourner dans leur ancien pays ces imams et enseignants radicaux.

Minona dit :
25 mai 2013 à 14 h 23 min

Dans la vie, il y a les vérités qui dérangent et les mensonges qui rassurent. Mme Benhabib a choisi la première option et c'est là ce qu'on lui reproche réellement car elle viens briser l'image de l'islam pacifique et tolérant qui n'a supposément rien à voir avec les intégristes. Le plus ironique c'est que si c'était un imam qui avait dit que l'enseignement de tout bon musulman doit comprendre l'incitation à la guerre contre les infidèles et l'apprentissage de l'inégalité des sexes, personne n'aurait protesté.

C'est vraiment le comble de l'absurde d'accuser d’incitation à la haine une personne qui critique l'enseignement d'une idéologie basée en grande partie sur l'incitation à la haine des autres. Lisez le Coran. Pratiquement un cinquième de ses versets ne fait que ça. Ne lisez que les sourates 2 à 9 si vous ne voulez pas vous taper tout le livre et vous serez vite fixés sur l'image que l'islam donne des juifs, chrétiens, polythéistes, païens, athées et apostats.

Les injures pleuvent littéralement d'une sourate à l'autre: pervers, égarés, injustes, menteurs, criminels, bêtes, singes, porcs, etc. Les qualificatifs les moins pires sont "mécréants" (ceux qui ne croient pas), "sceptiques" et "négateurs", (ceux qui nient l'existence d'Allah ou la qualité de prophète de Muhammad) et "associateurs" (ceux qui associent d'autres personnes à dieu, allusion à la fois à la trinité et au polythéisme). C'est sans parler des autres versets violents (amputation, fouet, loi du Talion), misogynes et esclavagistes. Il y a même un verset qui autorise implicitement le mariage avec des fillettes impubères!

Il y a des musulmans modérés mais l'islam modéré n'existe pas.

apouchkine dit :
25 mai 2013 à 14 h 55 min

Quand les discussions sur la charte des valeurs québecoises vont commencer à l'automne, ça va être l'enfer au Québec. Il va falloir prévenir certains candidats à l'immigration qu'ils ont intérêts à laisser leurs coutumes chez eux et à changer leur coutumes vestimentaire si ils veulent travailler. Mais aurons-nous le courage de le faire.

Réjean dit :
25 mai 2013 à 15 h 03 min

La croyance aux dieux est le signe que l'humanité n'a pas encore atteint sa majorité. Elle a besoin qu'un illuminé vienne lui dire que les humains sont le but de la "création", qu'ils sont supérieurs autres autres être vivants et qu'ils ne mourront jamais (l'âme individuelle). Ils ont besoin d'avoir la certitude que les "méchants" seront punis et les "bons" récompensés, car ils se rendent bien compte que c'est plutôt le contraire qui se passe dans la vie.

Ils ont besoin d'un "dieu" aussi pour justifier leurs massacres, leurs guerres, leurs pillages. On tue au nom d'un "dieu", on torture au nom d'un "dieu". Et là-dessus, il n'y aucune différence entre les religions.

Le blasphème, si une telle chose a un sens - mais rien n'a de sens avec les croyances religieuses - ne pourrait être applicable que pour les "enfants" humains - car il faut être un enfant pour croire en un "dieu" - qui sont membres de la religion en cause. Pour un athée, le blasphème ne peut exister.

Si un illuminé me dit que sa religion oblige les femmes à se voiler alors moi, qui ne croit pas à ces enfantillages, j'ai bien le droit de lui dire que sa religion c'est de la merde et que son Dieu est un imbécile - quoiqu'il est difficile d'imaginer une fiction avec des attributs ou des qualités.

Tant qu'il y aura des religions, il y aura des guerres.

Jean Émard dit :
25 mai 2013 à 15 h 52 min

"A quand une remise en question des dogmes nationalistes souverainistes?" Hélène Beaulieu

===

Ces dogmes n'existent que dans votre tête.

--

"Et la pseudo-tolérance souverainiste qui réprime tous ceux qui n’entrent pas dans le jeu?" Hélène Beaulieu

===

Un autre de vos hommes de paille.

Jean Émard

Jean Émard dit :
25 mai 2013 à 15 h 56 min

À Hélène Beaulieu

===

Quand vous baserez vos affirmations sur des faits plutôt que sur vos lubies et préjugés, faites-nous signe.

Jean Émard

ALAIN LEGAULT dit :
25 mai 2013 à 16 h 21 min

@Helene Beaulieu,bon un debat pour federalisme renouvelle,asymetrique,perpendiculaire,etc,etc etc y m semble qu on a deja entendu ca,non,comme PET disait ``on veut du changements`` Mme.Beaulieu quand ces changements seront concrets faites nous signe ,jeter un coup d oeil en Holande et regarder ce qu ils ont fait avec le multicuturalisme,passe une belle journee

lison dit :
25 mai 2013 à 16 h 23 min

@ Hélene Beaulieu

Vous parlez de multiculturalisme comme un idéal de vie commune! C'est justement un IDÉAL et une UTOPIE!

Comment se fait-il qu'il y a seulement les pays occidentaux qui ont ce multiculturalisme dans leurs codes et que cela n'existe PAS ailleurs dans le monde?

Si le multiculturalisme avait autant de VALEURS qu'on a bien voulu nous faire croire, tous les pays ou la majorité des pays auraient ce multiculturalisme dans leurs codes pour en profiter eux aussi. Mais voyez vous ce n'est pas le cas, il y a même des pays ou le multiculturalisme est complètement défendu.

Marc dit :
25 mai 2013 à 19 h 15 min

C'est comment encore la fin de la fable de la Fontaine "Les Animaux malades de la peste" ??? Ah oui ... : "Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir." ... nous pouvons, hélas, paraphraser : "Selon que vous serez musulman ou respectable, Les jugements de cour vous rendront innocent ou condamnable"

LPB dit :
25 mai 2013 à 19 h 28 min

Quelqu'un te dira qu'il parle avec dieu , tu le croiras , cette meme personne te diras que le mur est frais peint...tu devras toucher pour t'en assurer , voila ou nous en sommes .

Ta Xiang dit :
25 mai 2013 à 23 h 00 min

J'ai bien mon pays d'accueil communiste... On se sent plus libre ici. Ciao gang.

lison dit :
26 mai 2013 à 0 h 17 min

@ Hélène Beaulieu

Observez les immigrants qui arrivent de plusieurs pays dont il y a des murs de briques et souvent surplombés de fils électriques, des barreaux aux fenêtres autour de leurs propriétés pour pouvoir vivre en sécurité. Est-ce que vous êtes déjà allez au Brésil? Il y a des communauté différentes une société diversifiée et cosmopolites, qui peuples le Brésil et bien 40,000 morts par année par armes a feux. Êtes-vous déjà allez en République Dominicaine, en Haïti? Est-ce que la sécurité règne en maitre dans ces pays? Êtes-vous déjà allez dans des pays du Moyen-Orient, si vous y allez vous verrez des murs de briques et des barreaux dans les fenêtres aussi. Ce sont des prisons a ciel ouvert. Si c'est cela l'avenir que vous souhaitez pour le Canada ou le Québec, NON MERCI, pour moi je m'en passerais. Dans cet avenir Québécois ou Canadien que vous observez, est-ce que vous avez planifié la hauteur des murs que vous serez obliger d'ériger autour de votre propriété et le design des barreaux de vos fenêtres?

alain maronani dit :
26 mai 2013 à 5 h 14 min

Monsieur Block-Coté, en meme temps s'accomode sans rechigner du terrorisme néo-libéral qui jour après jour nous retire toute possibilitée de vivre dignement.....

Mais ca c'est normal et acceptable....

Ceci lui laisse du temp pour doctement vaporiser ses fumeuses théories....

jean sol patte dit :
26 mai 2013 à 7 h 31 min

@ Hélène Beaulieu Vouloir faire un pays relève du verbe être, un désir plus profond que la formation d’un parti politique, le désir d’être une nation français dans l’Amérique, le désir est mémoire, mémoires qui nous permet d’aller vers l’avenir, un désir qui se dit dans des langues de chez nous, dans le savoir-faire de nos gestes et de la continuité, parlons des échecs du fédéraliste qui n’arrive plus à se dire sauf dans des faits d’armes comme la guerre 1882, parlons des échecs de Meech à Charleston, parlons de la peur de cueillir le fruit constitutionnel afin que le Québec réintégré la grande démocratie canadienne qui s’est construite en excluant le Québec, parlons de la transparence constitutionnelle quand un PM refuse par peur de la vérité d’ouvrir le dossier de la Grande Cour qui penche et pense toujours de plus en plus en anglais sur le rapatriement, parlons des règles référendaires bafoue aux pluriels et du grand Love IN, parlons de la Commission Gomery, Madame.. Une nation sans mémoire n’est plus une nation! Le multiculturalisme à la canadienne va vers cette direction avec son relativiste culturel .

Un pays qui n’a plus de promesse est un pays sans avenir, un pays qui a peur de parler de constitution à peur à son avenir ..Est-ce que la Canada va mieux que le Québec ?

Michael Garant dit :
26 mai 2013 à 7 h 41 min

''C’est un étrange aveu de la part des multiculturalistes, d’ailleurs, de nous dire que la régression de la liberté d’expression est indispensable à la coexistence de communautés nettement différentes, sans quoi les tensions sociales seraient inévitables, comme si on reconnaissait par-là la nécessité de partager une culture commune pour fonder véritablement la démocratie libérale.''

Cette phrase à elle seule décrit tellement bien l'effet pervertissant du multiculturalisme. Il est évident que tout discours qui ne soutient pas aveuglément le multiculturalisme sera vu comme une forme de racisme ou de dénigrement de l'autre, ou d'intransigence face à l'autre. Il n'est pas possible dans un tel contexte de s'attendre à autre chose qu'effectivement une montée du racisme et une montée du dénigrement de l'autre, car il s'agit aussi d'un moyen primaire de défense.

Nous devrons nous attendre à de plus en plus de ces poursuites, et dans le contexte de ce que suggère le rapport final du ''Comité parlementaire canadien contre l'antisémitisme', disponible sur internet,' une possible judiciarisation de la critique religieuse ainsi que les poursuites pénales que les signataires aimeraient bien y voir collé. Ceci ferait de tout critiquant un criminel en devenir .

Ce qui est surprenant c'est de constater que ce qui semble être un pré-requis pour soutenir et accepter le multiculturalisme passe par l'auto-dénigrement, enfin c'est ce que la lecture des commentaires dans ce sens m'inspire.

André St-Pierre dit :
26 mai 2013 à 10 h 07 min

@Mohamed Al-Amani Avez vous lu « Ma vie à contre Coran» de Mme Benhabi? Le simple fait de naître en pays musulman détruit toute notion de liberté individuelle, particulièrement pour le femmes. Elle n'a peut être pas été victime d'islamistes radicaux, mais elle a subi, comme tous ses compatritotes, la tyranie du Coran avec ses professeurs de haine, de djihad et de dénigrement des non musulmans. Le Coran, écrit il y a 1500 ans, sert toujours de référence absolue et incontournable en terre musulmane. Or, dans ses écrits, Mme Benhabib souligne qu'il y aura toujours un «idiot de service» qui prétendra, par exemple, que les téléphones cellulaires, font partie du code de vie décrit par le prophète. Le Coran serait donc toujours d'actualité. Utopie quand tu nous tiens....

Lysline Parenteau dit :
26 mai 2013 à 10 h 21 min

J'aime lire et écouter M.B.C. parce qu'il est un des rares à pousser plus loin la réflexion sur les questions qui touchent notre société. Il y a tellement de "grands" sujets à traiter dans la société d'aujourd'hui où toutes les valeurs sont à requestionner, les religions en sont un. Je ne crois pas que c'est sur les médias sociaux que nous réussiront à mieux comprendre ces grandes questions et à mieux nous entendre. Il me semble que nous aurions intérêt à remettre au goût du jour les débats télévisuels du genre "Droit de parole". La semaine dernière j'en ai écouté un sur l'éducation à Open télé sur les ondes de MATV (la télé communautaire) et je trouve ce genre de débat vraiment enrichissant. Il faut bien entendu que les "dés ne soient pas pipés à l'avance", le débat doit être bien mené et il doit nous présenter les divers aspects de la question. C'est alors un instrument formidable pour nous aider à mieux comprendre à améliorer notre réflexion et à mieux nous exprimer sur le sujet.

Hélène Beaulieu dit :
26 mai 2013 à 14 h 39 min

Lison, faut éviter de sombrer dans la paronïa.. Oui j'ai déjà visité les pays que vous citez et j'en suis revenue avec un sentiment de reconnaissance devant le hasard qui m'a fait naître ici au Canada.

Croyez-vous que les citoyens des pays du Brésil, Costa Rica, de Cuba, etc.. peuvent se permettre de vomir impunément sur leur pays comme nombre de québécois le font allègement sur le Canada.

La liberté d'expression vous en usez et même vous en abusez.. Voilà! Penser la vie au Canada camouflé derrière des clôtures barbelés, c'est complètement farfelu.

Pierre Bouchard dit :
26 mai 2013 à 17 h 41 min

-Le multiculturalisme, qui sacralise la diversité et fait de la reconnaissance des «identités minoritaires» historiquement «marginalisées» son principe fondateur consacre en fait une féodalisation de l’espace public et la multiplication des interdits sociaux et légaux, apparemment nécessaires à la coexistence pacifique des communautés-. Grand principe général qui évacue la question des handicapés, des minorités sexuelles, des pauvres et des assistés sociaux, des personnes en difficultés mentales qui en dehors du multiculturalisme sont bel et bien des identités ou des états minoritaires historiquement marginalisées et j'ajouterais méprisées. Ces groupes ne doivent pas être confondus avec des groupes religieux. Autrement exprimé, la critique des états minoritaires associés à des communautés religieuses enracinées dans l'histoire pose problème à partir du moment ou l'État ou les États ne persécutent pas les communautés musulmanes ou judaïques ou bouddhistes si plusieurs de celles ci quittaient le Tibet pour l'Amérique par exemple. De la part de citoyens particuliers capables d'intimidation possible, s'imaginer que de telles communautés religieuses structurés avec des codes civils distincts puissent s'avérer si fragiles devant quelques illuminés confrontés à la police de toute façon donc les États ne persécutent pas si ce n'est que d'établir une juste neutralité laïque pour éviter les déchirements religieux de communautés qui croient à des vérités révélées difficilement négociables. Il apparaît qu'il faut voir les communautés des religions instituées comme des minorités relatives et qu'on sur estime la fragilité de celles ci lorsque l'État libéral classique ne fait que protéger les religions contre elles mêmes par la laïcité.

Les inadaptés eux en tant que minorités connaissent un tout autre contexte ce dont M.Foucault a raconté la condition. Les minorités réelles sont au mieux ignorées.

Pierre Bouchard dit :
26 mai 2013 à 18 h 17 min

Dans un cadre voisin mais autre, le multiculturalisme canadien se sert des groupes religieux en tant que minorités considérés afin de faire de la majorité francophone du Québec une minorité comme les autres sans pré requis particulier lorsqu'en fait le Québec est toujours majoritairement francophone et que par dessus tout les descendants des premiers colons français sont ceux qui ont découverts l'Amérique du Nord principalement et fondé pour un pays d'Europe, le Canada comme entité de la Nouvelle France. Les immigrants immigrent afin de ne pas répéter profondément la vie connue précédemment. Qu'ils adoptent les valeurs dominantes occidentales les plus démocratiques comme la laïcité devrait être bien vue d'autant que dans la vie privée ici, la religion n'est pas interdite. Elle passe du temple au domicile ou du domicile au temple ce qui est une condition de la non prescription universelle des religions. La religion elle ne se retrouve pas dans la rue publique ni dans les stationnements tout aussi publics. Et tout comme le français est la langue commune au Québec, il en est de même de l'arabe dans les pays arabophones comme de l'anglais majoritairement en Ontario. Contrairement aux groupes dits marginaux un peu anarchistes en difficulté d'adaptation sociale dont les itinérants servent d'exemple le plus radical. Nous retrouvons autrement dans les communautés de religions plus que dans la société laïque ou athée des groupes prescriptifs de normes sociales plus établies que dans la société libérale ce qui renvoie à toutes les difficultés du multiculturalisme devant une survalorisation de la liberté de religion envers des communautés parfois fondamentalistes qui ne veulent pas négocier sur leurs normes qui seraient redevables qu'à Dieu.

Dilemme de la quadrature du cercle.

Minona dit :
27 mai 2013 à 7 h 09 min

Michael Garant dit : 26 mai 2013 à 7 h 41 min

”C’est un étrange aveu de la part des multiculturalistes, d’ailleurs, de nous dire que la régression de la liberté d’expression est indispensable à la coexistence de communautés nettement différentes, sans quoi les tensions sociales seraient inévitables"

S'il y a quelque chose qui crée des tensions dans une société multiculturelle, c'est bien la répression de la liberté d'expression. Moins il y a de gens qui critiquent une idéologie comme l'islam et plus les rares qui osent le faire s'exposent à de l'intimidation, des menaces ou carrément à des agressions.

C'est un peu comme pour le voile islamique: plus il devient la norme dans une société à forte concentration musulmane, et plus les femmes non-voilée subissent des pressions pour se voiler et s'exposent à des représailles si elles refusent.

De plus, la répression de la liberté d'expression créent un sentiment d'injustice chez la majorité, qui a l'impression que ce sont toujours les mêmes qui doivent se taire, ce qui favorise les comportements intolérants. On ne peut pas mettre un couvercle sur une marmite qui bout et s'imaginer qu'on va pouvoir faire comme si le feu n'était pas allumé.

rik arviz dit :
27 mai 2013 à 10 h 08 min

@ Michel. Un minimum de recherche confirme que lors de l,affaire Michaud,M"B"C" était encore aux études étant né en 1980 @ Marc Ce que vous confondez dans vos propos (Péjoratifs):"Selon que vous serez musulmans où respectables", impliquant que les musulmans ne sont pas respectables.Sachez qu,une grande majorité d,entre-eux ont fui des régimes de terreur pour s,établir ici là où règne la démocratie malgré tous ses défauts et ils sont les premiers surpris d,y retrouver les "BARBUS" revendicateurs et contrôleurs,(les islamistes,les fous de dieu) Tenez-vous vraiment à ce que notre société retourne 1400 ans en arrière? Il nous faut une société laique:La religion,c,est à la maison et dans les lieux de culte et non en public ni à l,école. Les religions ne sont que des croyances inventées afin de régner sur la populace.

Isai dit :
27 mai 2013 à 21 h 35 min

Bonjour, Je ne m'y connais pas trop en législation ni en philosophie. Aussi j'ai quelques difficultés à comprendre l'histoire. Si on y va de façon pragmatique nous sommes en présence d'une plainte pour diffamation au sujet d'un programme d'enseignement dans une école privée. Programme qui nous est inconnu. Du moins on ne précise pas ici sur quelles parties de ce programme Mme Benhabib s'est prononcée pour mériter cette plainte ni avec quels arguments. Comme je ne m'y connais pas beaucoup, je joue la carte de la prudence avant de me lancer dans une critique ou une analyse philosophico-sociale de la situation. Et ma prudence me dicte que si la plainte a été jugée recevable ... p'têt bien que des gens de droit l'ont jugée recevable. Ma prudence aussi me pousse à me dire qu'il serait aussi dangereux pour la liberté et la démocratie de rayer la notion de diffamation de notre justice. Et aussi qu'il est encore plus dangereux que cette justice juge recevable ou non une plainte sur la base non de l'analyse de celle-ci mais sous prétexte qu'elle s'inscrit dans un hypothétique complot visant à annihiler la liberté d'expression. Là, on aurait introduit une part non pas d'arbitraire (n'exageronspas quand même) mais de subjectif. Et le faire selon des critères quelques peu obscurs s'apparenterait (au niveau collatéral) à une forme de discrimination.

Jippy dit :
27 mai 2013 à 23 h 43 min

À tous ceux qui parlent des religions comme étant des contes de fées ou croyances inventées et autres balivernes de même acabit: Je me contente de leur rappeler que les fondements (grands principes) à la base des sociétés humaines et de leur évolution sur une période de 6 000 ans dérivent des enseignements moraux de ces mêmes religions, à savoir le judéo-christianisme pour l'Occident et l'Islam pour le monde arabe. On pourrait aussi référer à Confucius, Lao-Tseu et Bouddha pour l'Asie. Évidemment, il y a eu des hauts et des bas mais il faudrait me démontrer comment un conte de fée ou autre excentricité peut construire une société humaine digne de ce nom. La Barbarie et l'Anarchie ont été détrônées dans tous les siècles par les Religions, n'en déplaise aux athées!

rik arviz dit :
28 mai 2013 à 11 h 21 min

@ Jippy L,homme a vite compris qu,en invoquant un dieu il pouvait facilement contrôler se congénères. Dieu est une croyance et si vous le voulez l,athéisme en est une aussi. Cependant;lors des attentats du World trade center les terroristes ne hurlaient pas :"Vive l,athéisme!" mais plutôt"allah ahkbar!"(L,orthographe n,est peut-être pas correcte. Des hauts et des bas vous dites! L,inquisition catholique qui a duré 500 ans,c,est tout un bas ça! On peut parfaitement vivre une vie morale"NORMALE" tout en ne croyant pas en un dieu surtout pas en disant que c,est un BON DIEU Chaque jour je vois les tueries dans les pays musulmans et on blâme l,occident et surtout les américains. Pourtant dès qu,ils en sont capables ces mêmes musulmans/plus précisément ces islamistes viennent ici en occident (Là où le péché règne selon ces mêmes individus) POURQUOI?POURQUOI?

mario taillon dit :
28 mai 2013 à 11 h 46 min

La religion est pire que la superstition: c'est une maladie mentale !

Et c'est une maladie mentale qui provoque des guerres ! ...

Jippy dit :
28 mai 2013 à 12 h 11 min

@rik arviz Ce que je dis, c'est qu'il faut se méfier des haut-parleurs style Karl Marx, Nietzche, Lénine, Staline, Mao, Hitler et autres disciples qui ont méprisé ouvertement les religions, prétendant les remplacer on a bien vu par quoi: en bafouant carrément, ouvertement et outrancièrement la dignité humaine. Certes, les religions ont été impliquées politiquement, à commencer par la chrétienté depuis Constantin et Théodose. Le Moyen-Âge a voulu bâtir une société de justice et de paix en cherchant le fragile équilibre entre l'esprit de charité (ou amour entre tous les humains et avec la nature [François d'Assise]) à faire prévaloir chez chaque membre de la Cité et les décisions politiques des rois. L'achèvement de cet idéal était presque concrétisé autour de 1250 mais les forces occultes de l'argent sont devenues un élément perturbateur majeur avec lequel il fallait désormais compter (débat sur l'intérêt chargé pour une somme empruntée). À partir du moment où l'Islam (disciples de Mahomet) a cherché à éliminer les chrétiens du Moyen-Orient, la solution (sans doute inopportune suivant nos critères de modernité) consistait à répliquer par les Croisades. Les hauts et les bas, en résumé, ce sont les avatars (effets pervers insoupçonnés) de l'Alliance du Trône et de l'Autel. S'il y a un Bon Dieu, c'est essentiellement parce qu'il existe une multitude de Faux dieux qui font miroiter leurs illusions et mirages même en 2013. Les Musulmans ont sûrement besoin d'un « aggiornamento » (une mise à jour après 1400 ans s'impose) avec l'examen historico-critique du Coran, incluant dans l'enseignement de leurs écoles coraniques. Si tel est l'objectif visé par Djemilla, je l'endosse. En passant, Jésus a enseigné la prière (Notre Père) à ses disciples et je ne vois pas le « contrôle de ses congénères » auquel vous référez.

Isai dit :
28 mai 2013 à 19 h 16 min

@Jippy dit : 28 mai 2013 à 12 h 11 min

«Les Musulmans ont sûrement besoin d’un « aggiornamento » (une mise à jour après 1400 ans s’impose) avec l’examen historico-critique du Coran, incluant dans l’enseignement de leurs écoles coraniques. Si tel est l’objectif visé par Djemilla, je l’endosse.»

Je suis d'accord. Tout évolue. Et à ceux qui prétendent que les interprétations du Coran sont scellées et immuable, je rappellerais que les textes même du Coran ont subi une évolution induite par le contexte. En effet les versé de la période de la Mecque sont différent de ceux de la période de Médine. Il arrive qu'on cite en référence des interprétations du 13eme ou 14eme siècle, alors pour ne pas accepter qu'il y ont ait d'autre au 20eme ou au 21eme ? Il est vrai de l'Islam a mal traversé l'histoire et ce qu'on en perçoit aujourd'hui est une image transfigurée par un passé colonial et une instrumentalisation identitaire post-coloniale. Ce travail de réinterprétation n'est cependant pas à confier à n'importe qui surtout dans le paysage actuel. Je le verrais comme un travail collégial et multidisciplinaire de penseurs (objectifs faut-il le préciser ?). Le problème est que les travaux de penseurs tels que Mohamed Arkoun passent inaperçus et sont ignorés par les médias ainsi que la population alors les déclarations incendiaires de Mme Benhabib trouvent écho sur toutes les tribunes. Je ne trouve pas sain qu'on on puisse se trouver à mettre dans le même panier près d'un milliard de musulmans sans discernement sous prétexte qu'on lutte contre l'intégrisme. Il suffit qu'un Imam dans un village perdu d'un pays qu'une majorité de personne ne sauraient pas situer sur une carte fasse une déclaration de travers pour que Mme Benhabib ainsi que d'autres y trouve matière à crier à l'imminence d'un péril islamiste associant dans l'opinion publique québecoise les dire de cet Imam à leur voisin ou collègue de travail musulman.

Minona dit :
29 mai 2013 à 7 h 40 min

"En effet les versé de la période de la Mecque sont différent de ceux de la période de Médine."

Le problème, c'est que ce sont les versets médinois (les plus violents) qui sont les plus récents. Ils ont donc préséance sur les versets mecquois.

Il est illusoire de croire que l'on convaincra des gens qui sont endoctrinés dès la naissance à considérer que le coran est la parole immuable de Dieu de baser leurs croyances sur l'époque ou Muhammad (Mahomet) était encore relativement tolérant. Peut-être ne l'était-il d'ailleurs que parce qu'il se savait en position de faiblesse, avec sa poignée de fidèle et peu de moyens financiers. Ce serait comme de prétendre que Richard Martineau est de gauche en se fiant sur les chroniques qu'il écrivait pour le Voir dans les années 90! ;)

Ce serait déjà bien que la communauté musulmane ait connaissance de l'origine araméenne possible et même probable du Coran (cliquer sur mon identifiant pour en savoir plus), ce qui changerait sans doute la signification de beaucoup de versets.

Isai dit :
30 mai 2013 à 0 h 13 min

@Minona dit : 29 mai 2013 à 7 h 40 min

«Le problème, c’est que ce sont les versets médinois (les plus violents) qui sont les plus récents. Ils ont donc préséance sur les versets mecquois. »

Ce serait pas plutôt le contraire ?

En passant, l'absence de consonnes (ou signe équivalents) n'introduisent que très rarement une ambiguïté. Le plus souvent il n'a d'ambiguïté que si la phrase est isolée de son texte. Les arabophones, même à l'école, écrivent le plus souvent sans ces signes.

laïste dit :
30 mai 2013 à 10 h 45 min

J'espère que le juge aura la lucidité de voir le problème et de ne pas donne gain de cause a cette école ou alors a la limite arrivé a compromis qui ne violera pas la liberté d'expression. Je préférerais que les école a caractère religieux soit interdit autant juive que musulman ou christiano-chatoligue, école purement laïque.

Minona dit :
30 mai 2013 à 10 h 46 min

@Isai

"Ce serait pas plutôt le contraire ?"

Non, la période médinoise ne commence qu'en 622. Le départ des premiers musulmans de la Mecque marque d'ailleurs le début du calendrier musulman.

rikarviz dit :
31 mai 2013 à 11 h 30 min

@ Jippy Jésus a certe prié en nous donnant le "Notre père" mais puisqu,il faut mettre les points sur les i .Ces successeurs du moins quelques uns des successeurs ont utilisé la religion à des fins politiques.De par mon âge j,ai connu le contrôle des curés dans nos vies lorsque j,étais jeune. Mahomet lui il y a de cela 1400 ans même s,il était illettré avait saisi le truc.Quoi de plus simple de dire qu,il avait eu une apparition divine ou pseudo-divine(Un archange ,il me semble)Une autre bibitte inventée.De là on se proclame messager,prophète.On se permet de tuer qui ne nous croit pas ;on soumet les infidèles à l,esclavage.Juste là si au nom d,un dieu on se permet d,être le maître d,un autre être humain il y a quelque chose qui ne va pas.Puis on épouse une fillette de 6 ans qu,on dépucèle à 9 ans :N,est-ce pas là de la pédophilie? S,il y a un dieu ,il a le dos large.

Jippy dit :
31 mai 2013 à 13 h 04 min

@laïste « Je préférerais que les école a caractère religieux soit interdit...école purement laïque.» @rikarviz « S'il y a un dieu ,il a le dos large. » Même réponse: La liberté (de choix) de l'être humain! Je crois que c'est ce que la modernité a apporté de mieux en matière de religion...le prosélytisme n'a plus sa raison d'être dans les sociétés évoluées qui ont permis l'accès généralisé au Savoir (éducation et instruction). Le Concile Vatican II l'a bien compris en redécouvrant que les Paroles que Jésus (Vérité et Vie) adresse à chacun de nous, dans les Évangiles, sont une constante invitation à faire un choix (prendre une décision) en vue de notre Vrai Bonheur : « Si tu veux...»

rik arviz dit :
1 juin 2013 à 9 h 42 min

@ Jippy Oui,bien sûr que la modernité a propulsé la liberté de choix.Sauf que dans certaines cultures ça n,est pas du tout le cas et on se vautre dans des enseignements arriérés d,un débile profond. du 6è siècles dans le contexte du 212è siècle. Pour en revenir à Jésus;son,enseignement ,n,était pas violent et il prêchait l,amour.OUI !Sauf que ça ne fait pas de lui un dieu où Dieu.C'était un philosophe et sa doctrine est adaptable et le sera toujours au fur et à mesure du temps.C'est quand-même quelque chose. Cependant je préfère un monde laic(Pas à tout prix)Ceux qui veulent croire aucun problême mais de grâce qu,ils croient sans vouloir nous enfoncer de force leurs doctrines .

rik arviz dit :
1 juin 2013 à 9 h 44 min

@ Jippy Lire 21è siècle et non 212è

Pietro dit :
2 juin 2013 à 12 h 35 min

Bravo monsieur Bock-Côté pour cet article et les autres que je viens de lire, vous me réconciliez avec le Journal de Mtl que je boycottais depuis le lock-out imposé aux travailleurs syndiqués du journal, il y a quelques années ... bravo encore pour vos excellentes réflexions!

sehabi dit :
19 octobre 2013 à 20 h 04 min

y a t il un autre sujet a part le voile musulman et les islamistes et ses fameux soldats d'allah à l'assaut de l'occident dont elle sait parler cette djemila, je me demande comment elle comptait regler les vrais problemes des quebecois de Trois Rivieres si elue, en continuant à precher dans l'assembler le danger du foulard et la venue des soldats d'allah avec sabres et machettes, des histoirs à dormir debout, ça lui a reussi, on (le PQ) avait besoin de quelcun d'origine musulmane pour critiquer ouvertement l'Islam et s'attaquer aux musulmans, en semant la peur et l'angoisse chez les ratés et les frustrés de la societé, mais malheureusement y en a qui l'ont demasqué et remis à as juste place d'opprtuniste, d'hypocrite et meme d'hysterique comme le journaliste Patrick lagacé, le maire Jean Tremblay ou la chef de parti Francoise David et j'en passe, heureusenet y a pas que des dupes au Quebec, et quant elle est demasquée on la voit tout de suite sur la defensive avec son jeu de complaisance, comme dans l'affaire du crucifix, en 1er pour qu'on l'enleve, et le journaliste la serre elle devient pas trop sure, puis il la serre encore et elle devient subitement contre, quelle hypocrisie, oubien comme dit le vieux dicton Francais "selon le vent, la voile"

Claude Gélinas dit :
21 décembre 2013 à 18 h 25 min

Face à la poursuite abusive d'une École scolaire privée subventionnée à la hauteur de 400 000 $ dollars par année portant le nom d'Écoles musulmanes de Montréal affiliée, selon Génération nationale, à la Mosquée de Montréal et au réseau Muslim Community of Montréal au ramification internationale.

Face à cette poursuite, Djemila Benhabib est plongée dans une situation inextricable visant à l'intimider, lui faire peur, la faire taire et la condamner au silence.

Il est à souligner que depuis 2012 les adversaires de Madame Benhabib organisent des rallyes à travers des réseaux islamiques afin de financer leur action en justice.

Nous devons faire preuve de solidarité dans une affaire qui dépasse la personne de Madame Benhabib ainsi que son engagement pour la laïcité et l'égalité homme-femme.Ce procès est d'abord et avant tout politique et idéologique.

Djemila est une femme courageuse et exceptionnelle, une intellectuelle engagée en faveur du droit des femmes. Une voix dont le Québec peut être fière ! Prix de la laïcité 2013 ! Ce qui n'est pas rien .

Pour cette raison, nous devons l'aider dans sa défense en faisant parvenir un don par Carte de crédit par l'entremise du lien jesoutiensdjemila.org ou par chèque fait au nom de: Convergence nationale 701 rue Thibeau CP 33023 Trois-Rivières G8T 9T8. La totalité des contributions servira uniquement à défrayer les frais judiciaires reliés à la poursuite. La porte parole de Convergence nationale est Louise Mailloux professeur de philosophie, auteur et militante laïque, féministe et indépendantiste bien connue.

Merci pour votre solidarité.

alain maronani dit :
23 décembre 2013 à 10 h 04 min

Djemila Benhabib son truc c'est l'islam et les 'extrémistes' qui menacent notre liberté....c'est notre spécialiste auto-proclamé, au Québec, bientot le Kebequistan si on l'écoute, de tout ce qui porte une barbe, se rend a la mosquée, et égorge des familles québécoises entre le fromage et le dessert...

C'est son créneau médiatique coco, c'est bon a la messe hebdomadaire avec Guy A.Lepage (TlMEP), ca fait monter les cotes d'écoute, c'est bon pour la publicité.

Elle va d'émission en émission bardés de ses certitudes, ma vie a été menacée, bla, bla, bla...

Ce qui nous menace chère Benhabib ce ne sont pas 3 imams incultes et quelques femmes voilées, mais des gens comme vous qui ne sont pas capables de faire le lien entre la montée de l'islamisme depuis les début des années 1980 et les conditions abyssales d'exploitation des pays du tiers monde....conditions dont profitent la bourgeoisie québécoise possédante...

Le ridicule ne tue pas, et notre croisée a eu l'audace de plastroner et d'etre associée, avec l'aide de médias complaisants, à une croisade animée, par des personnes du troisième age, dont les peurs semblaient surtout du, a une grande ignorance, soyons charitables..

Madame Benhabib s'est rendu pour faire des cycles de conférences, sur la menace islamique, dit-elle, en Europe et en Afghanistan...

Quelques questions pour notre croisée...

Qui a financé son voyage ? Qui l'a invité ? Comment a t-elle pu se rendre en Afghanistan, un pays ou meme les journalistes masculins ont besoin d'etre escortés ?

Enfin si elle a réellement accusé une école religieuse musulmane de préparer les gens pour 'un endoctrinement digne d’un camp militaire au Pakistan ou en Afghanistan', il ne s'agit ni plus ni moins que de diffamations, et elle serait mieux avisée, d'avoir des preuves, et à l'avenir de mesurer ses paroles.

Frontenac dit :
27 décembre 2013 à 20 h 32 min

A ce que je vois monsieur Maronani vous êtes revenu du Maghreb toujours aussi vindicatif envers Djemila Benhabib Etant vous meme un mususlman vous allez faire comme vos frères musulmans et tenter de la dénigrer

Je ne comprends pas pourquoi vous êtes venus vivre ici si ce n'est que pour imposer votre idéologie religieuse islamiste totalitaire

Je n'irais jamais vivre dans un pays musulman car ils sont peuplés de gens de votre espèce ,de gens comme Charkaoui et Amhed Ressam ,Jazeri qui détestent nos valleurs et notre société

Ils ne sont ici qu'en mission d'islamisation

Apres avoir été expulsé en lançant des cris de racisme a l'endroit du Québec¸, l'islamiste Jazéri veut revenir au Québec pour nous faire chier comme bien d'autre de sa gang installer au Québec mais pas pour vous faire de peine Maronani mais l'islamiste raciste Jazeri ne reviendras jamais au Québec

Typique du musulman qui ne respecte rien une fois rendu en occident et qui se permet de vomir sa hargne sur nos valleurs en occident

Et ceux qui comme vous ou comme lui veullent allez le rejoindre au Mahgreb ,pour servir le prophète ...ne vous gênez pas allez y

Il fait parti de cette sorte d'immigrant

Sylvain dit :
30 janvier 2014 à 9 h 59 min

Cet article n'apporte aucune information sur le sujet principal de l'affaire: Quels sont les reproches faits à cette école??

Hugo dit :
1 février 2014 à 20 h 20 min

Ca fait du bien de lire un bon article. Bonne chance à Djemila. Ce qui lui arrive est scandaleux. Être millionnaire, je passerais mon temps à poursuivre moi aussi, dans l'autre sens.

Bref, pourquoi permettons-nous les écoles religieuses? Au mieux on met en doute leur financement! Le financement des écoles privées, c'est un autre débat.

Les écoles religieuses devraient être interdites.