/sacchips
Navigation
Longueuil

147 colocataires

Un 4 et demi devient un centre d’hébergement pour animaux

Ian et Rex
Photo Le Journal de Montréal, Anne-Lovely Étienne Ian Paquette et Rex, un varan des savanes (famille des lézards)

Coup d'oeil sur cet article

Ian Paquette et Mélanie Desfosses vivent à Longueuil avec 147 colocataires qui mangent énormément, font des dégâts et ne payent rien. Malgré tout cela, le couple les aime d’un amour inconditionnel.

Leurs colocataires sont des serpents, lézards, geckos, iguanes, gerbilles, poissons, oiseaux, chiens et chats. Tout ce beau monde dans un 4 et demi à Longueuil, transformé en centre d’hébergement pour animaux.

«On travaille dans une animalerie et les gens nous appellent affectueusement les deux mère Teresa», raconte Ian Paquette.

L’histoire d’amour pour les animaux a débuté pour M. Paquette, lorsqu’il était enfant.

«Je me rappelle lorsque j’étais petit et que je fouillais dans la terre pour rapporter des couleuvres à la maison.»

Pour Mme Desfosses, rescaper les animaux fait partie intégrante de sa vie.

«Sauver des animaux est une habitude. Si j’avais beaucoup d’argent, je construirais un vrai refuge, surtout pour les reptiles abandonnés», déclare Mme Desfosses.

Le couple, qui s’est rencontré dans une animalerie, dépense 250 $ par mois pour la nourriture.

L’appartement contient des aquariums, des terrariums humides et désertiques, des cages, des bocaux et des litières.

«À tour de rôle, on se relaie pour le ménage. Habituellement, Mélanie s’occupe des terrariums désertiques et moi, des terrariums humides et des aquariums», explique Ian Paquette.

Abandon des animaux

Selon le couple, les Québécois ont la fâcheuse habitude d’abandonner leurs animaux.

De l’avis de M. Paquette, les clients ne sont pas assez informés lorsqu’ils font l’acquisition d’un animal domestique.

«Les gens se débarrassent vite des animaux. Ils peuvent trouver un lézard mignon, mais ne savent pas qu’il mesurera 7 pieds à l’âge adulte», avance M. Paquette.

Selon Mme Desfosses, une partie de la population ne saurait même pas à qui s’adresser pour signaler un animal abandonné ou à donner.

«J’ai adopté une chatte abandonnée devant la porte de l’animalerie qui grelottait, pendant une journée d’hiver à moins 40 degrés», raconte Mme Desfosses.

Dépressif et dangereux

Plusieurs animaux ont une histoire attachante qui les distingue.

C’est l’exemple de Cookie, une perruche qui aurait perdu la moitié de ses plumes, à la suite d’une grosse dépression.

«Cookie a commencé sa dépression en perdant son meilleur ami. Le piquage (l’action de s’arracher les plumes) est très commun chez les oiseaux dépressifs», soutient Mme Desfosses.

Dans un des aquariums se trouve le prédateur Sneak Head, un poisson provenant de la Thaïlande.

«Le poisson mesure 8 pieds et se nourrit de poissons rouges. Il est maintenant interdit aux animaleries d’Amérique du Nord d’en posséder. Il est devenu, aux yeux de la loi, trop dangereux», confirme M. Paquette.

► 500 000 animaux domestiques sont abandonnés chaque année au Québec.

La liste complète des animaux


Aquarium 1
29 congos
2 barbus gris rouge
1 requin tricolore
3 cory sterbai
4 glass catfish
Aquarium 2
8 boesemani arc-en-ciel
2 parkinson arc-en-ciel
8 barbus dorés
6 tetras serpea hifin
2 valentinas
2 anges
1 green ghost pleco
1 beta
Aquarium 3
4 oranges devils
2 Jack Dempsey rouges
3 Jack Dempsey bleus
3 black convict
1 albinos convict
4 jewel
1 pleco albinos
Aquarium 4
1 snakehead empereur
1 catfish
Aquarium 5
3 poissons rouges
2 grenouilles
1 kribensis
Aquarium 6
2 polypterus endilcheri
bocal
1 beta
3 chats
1 chien
2 cockatiels
2 tourterelles
1 pacman (en pension)
1 white’s tree frog
2 basilics verts
1 dragon des montagnes
4 dragons barbus
8 geckos léopards
1 fat-tailed gecko
2 varans des savanes
1 iguane rouge
1 vinegaroon
3 desert skink
1 hognose (couleuvre)
7 corn snakes
1 rosy boa
1 boa des sables
5 gerbilles
1 degus
Commentaires