/news/currentevents
Navigation
Film

Histoire d’une décennie à Guantanamo

Guantanamo Djamel Ameziane
Photo Courtoisie
Djamel Ameziane
Guantanamo Djamel Ameziane
Photo Courtoisie
Djamel Ameziane

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – L’organisme Action Réfugiés Montréal a présenté mardi en première montréalaise le court documentaire ISN 310 : Djamel Ameziane’s Decade in Guantánamo. Il raconte l’histoire troublante d’un ancien résident de Montréal détenu dans la fameuse prison américaine à Cuba alors qu’aucune charge ne pèse contre lui.

«Djamel Ameziane n’a jamais été impliqué dans des histoires politiques. Il était au mauvais endroit au mauvais moment», affirme Paul Clarke, directeur général d’Action Réfugiés Montréal. L’organisme, qui travaille depuis plusieurs années à faire libérer le prisonnier, agit de concert avec le Center for Constitutional Rights, le représentant de M. Ameziane devant la justice.

Le prisonnier, un Algérien qui habitait Montréal avant qu’un statut de réfugié lui soit refusé, a été arrêté en 2002 par les forces pakistanaises alors qu’il tentait de fuir l’invasion américaine en Afghanistan.

Djamel Ameziane a ensuite été transféré aux autorités des États-Unis et emprisonné à la prison de Guantanamo. Il y est toujours, même si sa libération et son transfert dans un autre pays ont été autorisés en 2008.

Pour retrouver sa liberté, M. Ameziane doit trouver un nouveau pays d’accueil. Selon les organismes qui le représentent, le Canada serait idéal.

«Il a un frère qui habite Québec, a souligné M. Clarke. Quelqu’un qui a été détenu une dizaine d’années a besoin de support psychologique, on ne peut pas l’amener dans un pays qu’il ne connaît pas.»

En octobre 2011, une demande de statut de réfugié a de nouveau été refusée par le Canada. La cause a toutefois été portée en appel.

«C’est un processus qui risque d’être très long, puisque Immigration Canada doit le passer en entrevue. Mais ce n’est pas toutes les semaines qu’ils vont se donner le trouble d’envoyer quelqu’un à Guantanamo», a commenté Paul Clarke.

Tout comme une centaine d’autres détenus de la prison, Djamel Ameziane a entamé une grève de la faim en février. Il a depuis perdu une soixantaine de livres, selon Action Réfugiés Montréal.

Le film «ISN 310 : Djamel Ameziane’s Decade in Guantánamo» sera aussi diffusé à Ottawa mercredi et jeudi soir à Toronto.

 

Commentaires
Loading