/news/politics
Navigation
Montréal | Mairie

Denis Coderre propose une révolution du numérique

Hôtel de ville
Photo Agence QMI / Archives

Coup d'oeil sur cet article

Denis Coderre a dévoilé les premières lignes de son programme électoral, mercredi. S’il est élu maire de Montréal, il promet de faire de Montréal une «ville intelligente», en facilitant notamment l’accès aux données municipales et en créant des dizaines d’applications innovantes.

Invité à livrer le discours d’ouverture du 15e Forum international sur le web, M. Coderre a proposé une véritable révolution du numérique. Plusieurs projets technologiques se mettront en branle le jour suivant son élection, a-t-il assuré.

Des musées dans des abribus à écrans tactiles, une application mobile pour trouver une place de stationnement, un système de communication pour joindre la Ville en cas d’alerte, des guichets de téléconférence dans chaque arrondissement pour payer ses contraventions : l’ex-député fédéral croit que Montréal «est rendu là».

«Montréal intelligent, c’est l’antidote à la morosité et au cynisme ambiant, a déclaré Denis Coderre. Notre ville fonctionne depuis des années comme si le citoyen était à son service alors que c’est plutôt la ville qui devrait être au service de tous ses citoyens.»

Le candidat désire implanter un réseau sans fil WiFi partout sur le territoire montréalais et lancer une application pour que les citoyens puissent informer instantanément la Ville lorsqu’ils voient un nid de poule, entre autres.

«Avant de mettre un prix (sur ces projets), il faut faire l’inventaire des infrastructures nécessaires et un inventaire de ce qui a déjà été réalisé ailleurs dans le monde, a dit M. Coderre. Tout ça sera ensuite budgété en temps et lieu.»

Vaste chantier de réflexion

Le chef d’Équipe Denis Coderre pour Montréal ne propose rien de nouveau, a estimé Véronique Fournier, vice-présidente de la Commission sur les finances et l’administration et élue de Vision Montréal.

La Ville serait déjà engagée dans une transformation numérique depuis 2009. «C’est une vision qui est de son temps, mais qui est déjà bien en marche à Montréal, a indiqué Mme Fournier. Ce sont des initiatives qu’on souhaite déployer davantage, mais il y a déjà beaucoup de choses qui se font dans l’idée d’une ville créative.»

Malgré tout, l’Institut de gouvernance numérique (IGN), un organisme qui milite pour une démocratie ouverte, a annoncé mercredi la création d’un vaste «chantier de réflexion» sur l’avenir du 2.0 au Québec. À compter de l’automne, l’IGN ira aux quatre coins de la province afin de sensibiliser la population à l’adoption d’un vrai plan numérique gouvernemental.

 

 

Commentaires
Loading