/travel/destinations
Navigation
récits de voyage

9 jours en Islande

Coup d'oeil sur cet article

L’Islande est une destination de plus en plus populaire auprès des Québécois et la raison est simple: le pays est magnifique. L’endroit a la réputation d’être dispendieux, mais en réalité, beaucoup d’activités y sont abordables (l’accès aux parcs nationaux est même gratuit).

L’Islande est tellement vaste qu’on croise rarement d’autres touristes, une fois que l’on quitte Reykjavik. On se sent seul au monde; peut-être même seul sur une autre planète, car bien des paysages semblent tout à fait improbables.

Les options d’hébergement sont peu nombreuses, réserver est donc ­essentiel. Pour les backpackers comme nous, des auberges de jeunesse (de qualité variable!) se trouvent un peu partout sur la route.

Pour bien visiter le sud du pays, de Reykjavik à Höfn, il faudrait prévoir environ 12 jours. Avec seulement 9 jours devant nous, nous avons privilégié les activités extérieures. Et, nous avons surtout profité des 18 heures d’ensoleillement par jour du mois de juin pour remplir nos journées au maximum.

Dans la capitale Reykjavik, la rue marchande, ­Laugavegur, est un incontournable. La vue depuis le sommet de l’église ­Hallgrimskirkja est également à ne pas manquer, tout comme le Sun Craft (une sculpture), l’Íslenska Óperan et lac Tjorn.

Ce jour-là, nous avons eu le privilège d’une température étonnamment clémente, soit du soleil et une température autour des 20 ­degrés. Souper sur la terrasse du réputé Icelandic Bar s’imposait donc afin d’apprécier cette merveilleuse ville, tout en dégustant une Viking, cette ­bière islandaise annoncée partout.

Idéal pour les backpackeuses que nous sommes, SADcars une compagnie de location de voitures se spécialisant en voyages avec budget réduit, nous a loué une voiture, pas dans le meilleur des états, mais elle roule et nous ­permettra de faire la route prévue ­jusqu’à Höfn.

LE GOLDEN CIRCLE

Nous nous dirigeons alors vers le Golden Circle pour visiter le parc national Þingvellir, pour voir le lac Þingvallatan et la chute Öxarfoss ainsi que le célèbre Geysir et la chute Gullfoss. Sachez qu’il est également possible d'apprécier le Golden Circle en tour organisé depuis Reykjavik. À Þingvellir, nous avons choisi un tour d’Arctic Adventures pour marcher dans une grotte formée par une éruption volcanique il y a plusieurs milliers d’années et pour faire du ­snorkelling à la fissure Slifra, où nous pouvons voir les continents se séparer dans l’eau incroyablement claire.

LE BLUE LAGOON

Bien sûr, je ne pourrais pas parler d’Islande sans mentionner le Blue­ Lagoon, le plus célèbre endroit du pays. Sans GPS, les indications routières (en islandais seulement) sont peu claires... Après un détour dans un gigantesque chantier de construction et deux ou trois demi-tours, nous sommes finalement arrivées sur place. Forfait Expérience en main, nous avons pu profiter du spa et de ses vertus magiques. Après une demi-journée sur place (un minimum), nous avons repris la route, reposées, pour découvrir la région des Reykjanes et ses paysages qui ­semblent tout droit sortis de Mars – surtout Gunnuhver et Seltún. Il ne faut pas oublier l’arrêt photo obligatoire au Bridge between 2 continents. ­Impressionnant.

LE CLIMAT

Il faut savoir que l’Islande n’a pas ­toujours le meilleur climat. Une expression populaire dans ce pays dit qu’il suffit d’attendre cinq minutes et la température sera totalement différente. C’est vrai. Nous avons ­vécu le climat peu clément de l’Islande pour la première fois en nous ­dirigeant vers Vík. Pluie, grêle, vent extrême, tout y était. En plus du froid glacial, même en juin. Sur la route, nous avons ­visité les magnifiques chutes Seljalandsfoss et Skógafoss (foss ­signifie chute) avant de devoir rebrousser chemin à deux reprises, la route étant trop inégale et le vent, trop fort. À Vík, nous avons soupé au Ströndin Bistro, avec une vue sur la ­magnifique plage de sable noir et nous avons goûté le Hákarl, ce fameux ­requin pourri islandais... Aussi mauvais que vous l’imaginez!

Nous nous sommes rendues à Dyrhólaey à deux reprises, dans l’espoir de voir des puffins (sans succès). Le paysage rappelle énormément Percé avec ses rochers troués... et beaucoup, beaucoup, beaucoup plus de vent.

Mon coup de cœur absolu du voyage: Fjaðrárgljúfur, où nous avons passé plus d’une heure, en ayant l’impression d’être seules au monde.

LES CHUTES

Au parc Skaftafell, nous avons fait une randonnée vers Svartisfoss, une chute en forme d’orgue, ainsi qu’une randonnée vers la Sel Farmhouse et le point de vue Sjonarsker.

Nous avons également visité Jökulsárlón, un lagon où il est possible d’admirer des glaciers aux formes uniques.

À Höfn, dernière étape de notre voyage, nous avons dégusté un repas, mettant les produits locaux à l’honneur, au magnifique restaurant Pakkhús. Le retour vers ­Reykjavik nous aura pris presqu’une journée complète en profitant de plusieurs ­arrêts pour apprécier le paysage.

L’Islande est une destination parfaite si vous aimez le plein air et le dépaysement. Budget serré? Le pays n’a pas à être la ­destination hors prix dont on entend trop souvent parler. La preuve, notre voyage, avion, voiture, hébergement, nourriture, ­activités, souvenirs et compagnie inclus, a coûté moins de 2500 $.

Voyager en hiver vous donnera des prix plus avantageux, mais seulement quelques heures d’ensoleillement, il vous sera donc beaucoup plus difficile d’avoir un horaire aussi chargé. Le mieux est d’y aller tout juste avant ou après la haute saison, comme nous l’avons fait. Des prix moyens, pas trop d’achalandage, et beaucoup d’ensoleillement! Cependant, pour voir les ­aurores boréales, il faut absolument visiter l’Islande en hiver.

Ma prochaine étape: un tout autre voyage, de 6 mois, celui-ci, en Australie. Visa tourisme-­travail en main, j’ai l’intention de parcourir le pays avec mon sac à dos. Je suis tout simplement tombée sous le charme de ce pays en 2010, après y avoir passé 2 mois.

 

Commentaires