Actualité | Santé

Moustiques | Répulsifs

Protection toxique

Sans précaution, les insectifuges chimiques ne sont pas seulement nocifs pour les insectes

Anne Caroline Desplanques

Anne Caroline Desplanques

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

Protection toxique

Photo le journal de Montreal, Anne Caroline Desplanques

La plupart des anti-moustique en vente à Montréal contiennent du DEET, un produit dont les effets sont mal connus.

Alors que la Santé publique signale une augmentation du nombre de cas de virus du Nil, le public se tourne vers les chasses moustiques. Mais leur composition ­chimique a de quoi donner le tournis. Comment se protéger sans s’intoxiquer?

Santé Canada et l’Institut de Santé national de santé publique du Québec (INSPQ) conseillent l'utilisation de chasse-moustiques à base de DEET, le répulsif le plus utilisé au monde.

Or, la Fondation québécoise en environnement (FQE) a émis cette semaine une mise en garde contre cette molécule chimique qui aurait un ­effet neurotoxique chez les mammifères.

Principe de précaution

D’après les travaux menés à l’Institut de ­recherche pour le développement de Montpellier et à l’Université d'Angers, le DEET inhiberait une enzyme clef dans l'échange d'information entre les cellules nerveuses.

«L’impact pour le moment est minime, mais non négligeable en association avec d’autres ­produits chimiques. Ça crée des synergies dont on ne connaît pas les effets», prévient Loïc ­Ternisien, directeur des projets à la FQE.

Pour lui, il convient donc d’appliquer le principe de précaution: «Quand on ne sait pas ou qu’on n’est pas certain, on s’abstient», insiste-t-il.

M.Ternisien mentionne également d’autres travaux français qui s’inquiètent de ce que les moustiques développent une résistance au DEET, à cause de son utilisation massive depuis la guerre du Vietnam.

Mode d’emploi

Mais pour Onil Samuel, conseiller scientifique en santé et environnement à l’INSPQ, la mise en garde de la FQE est exagérée.

«Lorsqu’on regarde la littérature scientifique, on constate qu’il y a très peu d’intoxications au DEET. Quand il y en a, c’est à cause d’une ­mauvaise utilisation, explique ce spécialiste des pesticides. On a des cas chez de très jeunes ­enfants parce que les mères en avaient trop mis.»

Qu’ils soient distribués en aérosol, en vaporisateur ou en crèmes, tous les chasse-moustiques vendus en grande surface comprennent des mises en garde claires sur leurs étiquettes. Celles-ci indiquent le nombre d’applications ­quotidiennes recommandées, mais surtout l’âge d’usage.

Produits naturels

Mal utilisés, les produits contenant du DEET peuvent causer des irritations cutanées, voire même des convulsions. Il faut donc bien respecter leur mode d’emploi, insiste M. Samuel.

Bien qu’il ne déconseille pas l’usage de répulsifs à base de DEET, le conseiller scientifique de l’INSPQ indique toutefois qu’il s’agit de «solutions de dernier recours».

Il recommande avant tout de porter des vêtements longs et clairs et d’éviter de sortir aux heures propices aux moustiques, soit la tombée du jour. Il conseille aussi de combattre les nids à moustiques en se débarrassant des eaux stagnantes et de bien entretenir ses moustiquaires.

Pour les courtes expositions aux insectes, M. Samuel est du même avis que M.Ternisien: les ­répulsifs naturels comme la citronnelle et l’eucalyptus citron sont un bon choix.

Il existe un autre répulsif: l’icaridine. Considérée comme aussi efficace voir plus efficace que le DEET, par l’Organisation mondiale de la santé, l’icaridine est aussi moins toxique.

Homologués par Santé Canada en 2012, les ­produits qui en contiennent, comme le Bug Guard Plus d'Avon, sont toutefois difficiles à trouver en pharmacie à Montréal, d’après le ­magasinage effectué par Le Journal.


► Des scientifiques de l’Institut Ifakara Health, en Tanzanie, ont inventé un antimoustique «révolutionnaire»: une petite boîte renfermant des chaussettes sales, dont les parois sont humectées de poison. Quatre fois plus attirés par l’odeur des pieds sales que par celle d’un corps humain propre, les moustiques entrent dans la boîte et y trépassent.

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus