Actualité | Santé

Enfants | Beauté

Soins de beauté à cinq ans

De plus en plus d’instituts et de spas offrent des soins pour les enfants

Sarah-Maude Lefebvre

Sarah-Maude Lefebvre @

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

Une journée de "princesse"

Manucure, soin du visage, massage, maquillage, coiffure... Plusieurs salons de beauté offrent des soins à l’intention des fillettes, et ce, dès l’âge de cinq ans.

Depuis la fin des classes, le forfait «Spa Princesse» du St-Laurent Espace Beauté fait fureur, aux dires de son propriétaire George Maggiano.

Pour la somme de 79 $, les fillettes âgées de 5 à 12 ans peuvent recevoir des soins d’une durée d’une heure et demie comprenant une «minimanucure», une «minipédicure» ainsi qu’une «coiffure et maquillage de princesse».

Pour 75 $ de plus, les jeunes clientes peuvent même vivre l’expérience en compagnie d’une «princesse» qui prendra des photos avec elles à la fin de leurs soins.

«Nous avons lancé ce service pendant la semaine de relâche et nous avons pu constater que les petites filles adorent ça. Elles capotent. C’est vraiment quelque chose à voir», confie M. Maggiano.

« C’est dans leurs gènes »

C’est en remarquant à quel point sa fille de cinq ans adorait recevoir une manucure que George Maggiano a eu l’idée de lancer son service de «Spa Princesse».

«Depuis que j’ai un enfant, je réalise à quel point les petites filles aiment jouer à la princesse et s’habiller en rose. C’est dans leurs gènes», analyse-t-il.

Affaire de gènes ou pas, le service attire du monde.

«On reçoit plein de demandes pour des activités mère-fille ou des fêtes d’enfants. J’ai déjà offert des manucures à des petites filles de trois ou quatre ans qui accompagnaient leur mère au salon. C’était super cute», affirme M. Maggiano.

Lors du passage du Journal au St-Laurent Espace Beauté, Joya, 5 ans, et Émilie, 9 ans, recevaient un traitement royal. Couronne dorée sur la tête, peignoir rose et sandales à l’effigie de princesses, les deux fillettes jubilaient.

«C’est ma deuxième fois, et j’adore ça, a lancé Émilie. On va me mettre du vernis rose brillant, me maquiller et me coiffer. Je me sens comme une princesse.»

Une tendance lourde

Le St-Laurent Espace Beauté n’est pas le seul salon à offrir des soins destinés aux fillettes. De fait, ce créneau est de plus en plus exploité (voir autre texte).

Cette «tendance lourde» inquiète bon nombre de groupes féministes.

«Ce n’est pas surprenant de voir de plus en plus de lignes cosmétiques ou de soins destinés aux fillettes. Cela reflète une tendance marketing généralisée à travers le monde. C’est inquiétant», déclare Elvira Truglia de la Fondation filles d’action.

«On profite littéralement du fait que les fillettes aiment jouer à la princesse pour faire de l’argent. On va chercher des clientes de plus en plus jeunes», souligne Lilia Goldfarb, du Y des femmes de Montréal.

Un phénomène pernicieux

La directrice du Réseau québécois d'action pour la santé des femmes, Lydya Assayag, déplore de son côté l’influence «pernicieuse» du phénomène sur le développement des petites filles.

«On leur vole leur enfance, à ces enfants-là. C’est grave. On va bientôt les prendre au berceau», dit-elle.

«Ce genre de soins renforce l’idée chez la fillette qu’il faut absolument qu’elle soit séduisante. Ça me fait très peur. Un jour, ces petites seront des femmes et elles chercheront à plaire à tout prix», poursuit-elle.

Pour sa part, George Maggiano ne croit pas offrir un service qui soit «négatif» pour les petites filles.

«À mon avis, ce n’est pas trop jeune, cinq ans. Ça demeure un jeu. Et l’important, c’est qu’elles adorent ça.»

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus