/news/politics
Navigation
Référendum de 1995

Le OUI financé illégalement ?

Le OUI financé illégalement ?
Photo d’archives
Claude Vallée a admis aux policiers avoir collecté de l’argent blanchi par les militants du OUI lors du référendum en 1995.

Coup d'oeil sur cet article

Le camp du OUI aurait bénéficié de financement illégal lors du référendum de 1995 sur la souveraineté, selon un témoignage recueilli par les policiers qui ont enquêté sur le réseau criminel qu’aurait dirigé l’ex-maire de Laval, Gilles Vaillancourt.

Le camp du OUI aurait bénéficié de financement illégal lors du référendum de 1995 sur la souveraineté, selon un témoignage recueilli par les policiers qui ont enquêté sur le réseau criminel qu’aurait dirigé l’ex-maire de Laval, Gilles Vaillancourt.

L’ingénieur Claude Vallée, ancien associé de la firme ­Vallée Lefebvre, a fourni ces informations que l’on retrouve dans les dénonciations qui ont permis à l’Unité permanente anticorruption (UPAC) d’effectuer des perquisitions à Laval.

Dans les années 1980 et 1990, Vallée s’impliquait dans ­diverses organisations politiques dans le but de recevoir des contrats publics par la suite. Il œuvrait au municipal, ainsi que dans l’entourage du Bloc québécois et du Parti ­québécois, lit-on dans les ­documents.

«Au Parti québécois, principalement au moment du référendum, il a collecté des sommes d’argent comptant», notent les policiers à la suite d’une une rencontre avec ­Vallée.

Ces sommes «ont été blanchies par les militants sans que quiconque connaisse l’origine des fonds et sans qu’il y ait eu des retours», poursuit le texte.

Lors du référendum de 1995, chacun des camps pouvait investir 5 millions $, et toutes les dépenses devaient être consignées et autorisées par un agent officiel.

Or, jusqu’ici, les allégations de dépenses illégales visaient principalement le camp du NON.

Il y a quelques semaines, à la commission Charbonneau, l’ex-organisateur politique Gilles Cloutier avait admis avoir contribué à des dépenses non déclarées au profit de ceux qui s’opposaient à la souveraineté.

Dans les Laurentides et ­Lanaudière, il avait payé plusieurs milliers de dollars pour l’installation de panneaux ­publicitaires du NON. Rien de tout ça n’apparaissait dans les registres officiels.

« Ils se sont fait avoir »

Cette confession avait rappelé de mauvais souvenirs à plusieurs politiciens souverainistes convaincus de s’être fait voler au soir du 30 octobre 1995.

«Cela confirme effectivement que les Québécois se sont fait avoir, littéralement», avait affirmé Stéphane Bédard, ­député péquiste et président du Conseil du Trésor.

Claude Vallée est aussi ce ­témoin qui a raconté aux ­enquêteurs que le maire Vaillancourt avait tenté de le corrompre pour qu’il convainque son associé Daniel Lefebvre de ne pas se présenter aux élections municipales de 1997.

Il a également raconté avoir accepté une enveloppe de 10 000 $ du maire destinée au ­financement de la campagne de l’ex-ministre péquiste David Cliche, que ce dernier jure ne jamais avoir vue.

Commentaires
Loading