Opinions | Chroniqueurs

Marois a de l’étoffe

Jean-Jacques Samson

J.-Jacques Samson @

Journal de Québec, Publié le: | Mise à jour:

Bloc Samson

Ma référence en gestion de crise est Lucien Bouchard, premier ministre du Québec pendant la crise du verglas de 1998.

Pauline Marois est en voie de s’imposer à son tour par son leadership, sa connaissance horizontale de toutes les dimensions actuelles et futures de l’horrible tragédie de Lac-Mégantic et sa proactivité. Sa large expérience dans l’appareil gouvernemental la sert bien dans cette situation exceptionnelle.

Les décisions à caractère financier prises hier par le Conseil des ministres arrivent aussi à point. Les sinistrés ont remercié le ciel dans un premier temps d’être encore en vie; ils ont apprécié l’aide de premier secours qu’ils ont reçue mais ils ne peuvent continuer à vivre entassés dans une polyvalente ou réfugiés chez des proches. Des premières enveloppes pour la reconstruction de la zone dévastée et pour les entreprises détruites sont par ailleurs une invitation aux citoyens à regarder vers demain.

La première ministre s’est montrée bien consciente qu’une bureaucratie toujours tatillonne pourrait retarder la distribution de ce support financier aux particuliers et elle s’est engagée devant les Québécois que ce ne sera pas le cas. Le bon dosage d’autorité dans son ton fera saisir son message dans la machine administrative.

Elle a aussi eu hier des propos fermes sur l’imputabilité des dirigeants de Montreal, Maine & Atlantic Railway. C’est ce que la population voulait entendre.

Le gouvernement Marois a été très erratique depuis septembre 2012. La confiance à son endroit a été grandement minée. Depuis cinq jours, non seulement n’a-t-on rien à lui reprocher dans la tourmente de l’une des pires tragédies de notre histoire mais il fait preuve, la première ministre en tête, de beaucoup d’étoffe.

Le dinosaure

Cinq jours plus tard, le pdg de la MMA, Ed Burkhardt, s’est enfin présenté à Lac-Mégantic. Il est arrivé les mains vides, se limitant à dire vaguement que sa compagnie souscrira ultérieurement à la reconstruction du centre-ville de Lac-Mégantic. Rien pour les sinistrés qui ont perdu des proches, leur maison, leur gagne-pain. L’argent n’achète pas le pardon mais une contribution significative au fonds de la Croix-Rouge aurait été un petit minimum.

Sa visite s’est aussi déroulée dans une complète improvisation, comme tout ce qui est venu des dirigeants de cette entreprise depuis dimanche dernier.

En l’observant et en l’écoutant, j’avais en tête l’image d’un colonialiste typique. Il ne lui manquait que le chapeau. En plus, sa nouvelle ligne de presse est de rejeter l’entière responsabilité sur un esclave local, le conducteur du train. Rien à voir évidemment avec celui qui l’a embauché, les équipements vétustes, la dérogation obtenue d’Ottawa pour que ses esclaves soient contraints de conduire en solitaire ces gigantesques convois et son réseau en pourriture.

Dehors Burkhardt et MMA

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus