/weekend/travel
Navigation
Vacances | Aquitaine

Vin et vélo en Aquitaine

Vin et vélo_2
Photo Courtoisie
Le vignoble du Château Palmer, doté d'un terroir d'exception, est un grand cru classé de Margaux.

Coup d'oeil sur cet article

BORDEAUX, France | À la descente du vol d’Air Transat Montréal-Bordeaux, une faune particulière se mêle aux autres voyageurs sortis d’un sommeil trop court. Déjà prêts à partir, un groupe de cyclotouristes récupère ses vélos sur un carrousel aménagé à cet effet.

Grâce maintenant aux vols directs vers les régions françaises, les cyclistes peuvent désormais rouler dès la sortie de l’aéroport vers leurs lieux de vacances.

Bordeaux constitue à cet égard une destination privilégiée offrant de nombreux circuits intéressants. Information non négligeable, on est en Aquitaine qui recèle les plus beaux vignobles du monde. C’est déjà le sud de la France avec sa douceur de vivre et ses traditions.

L’Aquitaine est un territoire immense de près de 42 000 kilomètres carrés dont Bordeaux est la capitale. On ne peut tout couvrir en une seule visite.

Sur place pour une semaine, je me suis concentré sur les régions viticoles les plus réputées: le Haut Médoc avec ses châteaux célèbres, les jolis coteaux de Bourg en Gironde, Saint-Émilion sur la route du patrimoine, les bastides de l’Entre-deux-Mers et le Lot-et-Garonne autour des Graves.

Mon objectif : repérer les belles voies cyclables reliant l’ensemble de ces vignobles réputés et marier la découverte de magnifiques sites naturels au plaisir de la dégustation.

BORDEAUX RIME AVEC VÉLO

Avec 170 kilomètres de pistes, Bordeaux est en troisième position des grandes métropoles «vélotouristiques» européennes. Avant d’entreprendre votre périple, un conseil, passez au moins une journée à rouler dans cette superbe ville inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Son centre-ville regorge de places ravissantes : la place de la Victoire, les quais de Paludate, le Miroir d’eau, la rue Sainte-Catherine, la place du Grand Théâtre et les quartiers en développement comme la Bastide et son jardin botanique original.

Il faut voir le nouveau site «tendance» les Bassins à flot, ses multiples boutiques et cafés-restaurants avec une vue imprenable du magnifique pont Chaban-Delmas inauguré il y a quelques mois.

LE HAUT MÉDOC

Le vignoble du Médoc s’étend sur la rive gauche de la Gironde. On y retrouve les célèbres vins Saint-Estèphe, Pauillac, Saint-Julien, Listrac-Médoc et Margaux.

Le petit village de Bages est un bon endroit pour commencer le circuit des châteaux, à commencer par celui de Lynch-Bages, situé sur les lieux. Sur place, l’Atelier Vélo est à votre service. On y trouve des cartes de randonnées permettant des boucles de 10, 25, 50 ou 80 kilomètres entre les principaux vignobles qu’on peut visiter seul ou en groupe. Il importe de réserver, car les viticulteurs ont des horaires d’accueil et c’est très achalandé.

Même par temps pluvieux, comme lors de mon passage, le paysage demeure majestueux avec ces vignes vallonnées s’étendant à l’infini. Et Pauillac, capitale des grands crus du Médoc, s’avère une visite agréable le long de la voie de plusieurs kilomètres bordant le fleuve.

Une bonne organisation s’impose pour ne pas perdre trop de temps dans la balade. Il faut repérer au préalable les châteaux à visiter. Quelques recommandations: le Château Lafitte-Rothschild ou le château Cos d’Estournel.

Au retour, avant de prendre le bac menant de Lamarque à Blaye en direction de Bourg-en-Gironde, le Fort Médoc constitue un arrêt intéressant. Il fut construit en 1691 par Vauban, le même qui a dessiné la Citadelle de Québec.

UN SECRET BIEN GARDÉ

Située sur un promontoire, au confluent de la Dordogne et de la Garonne, Bourg est une ravissante cité médiévale, résidence de plusieurs rois de France, qui domine la rive droite de la Gironde.

À quelques kilomètres de là, je suis reçu chaleureusement par Isabelle Chety au Château Mercier, propriété de la famille depuis 13 générations. C’est une grande propriété où l’on favorise l’oenotourisme et qui produit plus de 140 000 bouteilles annuellement.

Le vignoble des Côtes-de-Bourg, regroupant aujourd'hui 550 vignerons, s'étend sur 15 communes réparties sur les coteaux surplombant toute la région. Dans l’ombre des vignobles du Haut Médoc sur la rive gauche, ces vins, d'une structure robuste, mais élégante, mériteraient en fait plus de reconnaissance des amateurs de vin.

Malgré quelques côtes parfois abruptes, une escapade à vélo dans les vignes est tout indiquée. L’office de tourisme propose d’ailleurs quelques parcours fort agréables. Mettant mon vélo Devinci (et mon orgueil) de côté, je sillonne un de ces circuits en vélo électrique avec Paméla Macouillard, responsable régionale. Quelle facilité à rouler sur de tels vélos mis à la disposition des visiteurs par l’organisme!

SAINT-ÉMILION, VILLAGE MÉDIÉVAL

Saint-Émilion, véritable musée à ciel ouvert, entouré de kilomètres de vignes à perte de vue, est d’une classe à part. Ce village médiéval, avec ses ruelles escarpées, fait partie des belles randonnées à vélo.

La beauté lumineuse de son architecture, la qualité de ses monuments historiques et l’excellence de ses vignobles concourent à en faire un site touristique très populaire. Aussi faut-il bien prévoir son itinéraire, car il peut être risqué de trouver une chambre, surtout pendant la période des vendanges

Des parcours de vélo de 12 à 20 kilomètres, malheureusement mal fléchés, sont disponibles à l’office de tourisme. On circule sur des routes peu fréquentées donnant accès à l’un ou l’autre des 103 vignobles pour déguster le merlot, particularité des vins de Saint-Émilion. On peut aussi aller à l’aventure, mais attention de s’égarer, car les voies sont nombreuses.

Au retour, il faut goûter aux authentiques macarons moelleux et croquants, selon la recette datant de 1620. Un délice! En soirée, un diner-dégustation dans une cave du 14e siècle, le restaurant Lard & Bouchon, est à conseiller.

ENTRE-DEUX-MERS

On connaît bien au Québec le vin blanc L’entre-deux-mers. C’est aussi le nom du vaste plateau du Bordelais délimité entre deux fleuves, la Dordogne au nord et la Garonne au sud. Neuf circuits faciles de 15 à 50 kilomètres sont proposés par l’office de tourisme afin de pédaler dans un véritable océan de vignes. Attention, la direction à prendre n’est pas toujours évidente.

À retenir par ailleurs, la fameuse voie verte, surnommée piste Roger-Lapédie, du nom d’un ex-vainqueur du Tour de France. Partant de Bordeaux jusqu’à Toulouse, elle traverse ce territoire jouissant d’un microclimat idéal pour le vin... et le vélo. Une ville à retenir sur le parcours : Cadillac, où est né le fondateur de Détroit.

Plusieurs maisons d’hôtes vous ouvrent les portes de leur domaine familial. J’ai passé ainsi une soirée charmante au Domaine Capiet à déguster des petits vins de terroir.

SUR LE CANAL DE GARONNE

Dernière étape de mon périple : le canal de Garonne autour de Buzet-sur-Baïse (attention au tréma...), lieu de confluence de plusieurs cours d’eau, et Nérac, non loin d’Agen, avec son célèbre pont-canal.

Les vignobles des Côtes-de-Buzet s’offrent à vous grâce au circuit cyclotouristique de 79 kilomètres bien fléché vous faisant découvrir un terroir chargé d’histoire, dont le château de Xaintrailles, la bastide médiévale de Vianne et le moulin des tours de Barbaste du 13e siècle.

Mon hôte, l’œnologue Jacques Réjalot, chez qui j’ai résidé, sera mon professeur attitré en viticulture. Il possède d’ailleurs sa propre école de vin à Pichon. Avec lui, j’ai visité la Tonnellerie Saint Martin, renommée pour la qualité de ses 10 000 barriques fabriquées annuellement et distribuées dans une vingtaine de pays.

Le retour vers Bordeaux se fait en partie sur l’itinéraire longeant le canal de la Garonne pendant près de 200 kilomètres. Plaisanciers, cyclotouristes et promeneurs s’y côtoient sans la moindre circulation automobile. Tout au long de cette voie verte, de multiples haltes s’imposent comme le village de Meilhan-sur-Garonne, vieux de 700 ans, offrant de son esplanade un panorama exceptionnel sur le canal.

Si le temps le permet, un détour vers Couthures-sur-Garonne s’impose pour assister à la présentation du cinéspectacle «Gens de Garonne». Vous y verrez l’univers des 400 habitants du village vivant depuis des siècles avec ce fleuve qui, par ses inondations, redessine leur milieu de vie pour le meilleur et pour le pire.

Avec ses vignobles, ses fleuves, ses canaux, ses sites historiques, l’Aquitaine est une région française qui doit s’inscrire au calendrier de tout cyclotouriste désireux de goûter à la joie de vivre... et au bon vin.

Commentaires
Loading