/news/politics
Navigation
Énergie | Consommation

Notre électricité ne sera plus la moins chère au Canada

Avec les hausses demandées par Hydro-Québec, le Québec sera maintenant devancé par le Manitoba

Coup d'oeil sur cet article

Avec les hausses de tarifs d’électricité sans précédent qui s’annoncent, le Québec ne sera plus la province ou les tarifs seront les plus bas au Canada, à compter d’avril prochain.
photo d’archives
La facture d’électricité pour un bungalow comme celui-ci deviendra moins élevée au Manitoba qu’au Québec.

Avec les hausses de tarifs d’électricité sans précédent qui s’annoncent, le Québec ne sera plus la province ou les tarifs seront les plus bas au Canada, à compter d’avril prochain.

C’est le Manitoba qui ravira ce titre dont le Québec se targuait depuis de nombreuses années.

Winnipeg deviendra ainsi la ville où la facture totale, avec les taxes de vente, pour l’électricité consommée par une «petite maison» sera la moins chère. C’est-à-dire inférieure de près de 250 $ par an à celle d’Hydro-Québec. Les taxes de vente sur le compte d’électricité sont deux fois moins élevées au Manitoba.

Pour Marc-Olivier Moisan-Plante, analyste à l’Union des consommateurs, il n’est pas étonnant que le «rouleau compresseur tarifaire» déboulonne le «mythe du Québec comme champion des bas tarifs d’électricité au pays».

Une problématique qui est d’autant plus percutante que les Québécois doivent souvent faire face non seulement à un hiver plus rigoureux qu’à Toronto ou Vancouver. De plus, 80 % d’entre eux se chauffent à l’électricité, contrairement au reste de l’Amérique du Nord qui a plutôt choisi le gaz naturel.

«La situation est particulièrement frustrante, précise M. Moisan-Plante, car ces hausses auraient pu être évitées avec de meilleures politiques gouvernementales.

«Ce sont les gouvernements qui ont imposé à Hydro-Québec Distribution d’acheter des quantités considérables d’électricité, issues des filières éolienne et de biomasse, dont elle n’a pas besoin», rappelle-t-il.

Deux augmentations possibles

Au Québec, on parle maintenant d’une augmentation possible de 7,3 % des tarifs, si le gouvernement met à exécution son intention clairement exprimée de récupérer les économies générées par une meilleure gestion d’Hydro-Québec.

Le compte mensuel d’une petite maison chauffée à l’électricité, moins grande qu’un bungalow classique, pourrait alors passer de 146 $ par mois qu’il est actuellement, à 157 $ par mois sans les taxes.

Avec les taxes de vente, la facture de cette maison québécoise qui consomme 2000 kWh par mois passera alors à 180 $ par mois à Montréal, par comparaison à 160 $ par mois à Winnipeg (voir tableau).

Les «petits pourcentages» deviennent parfois grands. Au Québec, on voit mal quelle autre décision, hormis l’impôt, pourrait avoir autant d’impact sur les factures des consommateurs. On parle ici d’une ardoise de plus de 731 millions $ par an, sans les taxes de vente de 5 % d’Ottawa et de 9,975 % du Québec.

Pour l’instant, sauf pour la catégorie des grands consommateurs d’électricité de 5 000 kWh par mois, Hydro-Québec occupe toujours le premier rang au Canada, avec des tarifs d’électricité les moins élevés.


► Il y a un an, le budget Marceau a clairement indiqué son intention de faire main basse sur les économies réalisées par Hydro-Québec grâce à une meilleuregestion de ses deux filiales réglementées, soit Hydro-Québec Distribution et TransÉnergie. Dans les documents déposés par Hydro-Québec, on apprend que ces économies représentent annuellement 160 millions $. Cela équivaudra à une autre hausse annuelle de 1,5 % des tarifs d’électricité, qui s’ajoutera au 5,8 % déposé à la Régie de l’énergie vendredi dernier.

COÛT MENSUEL D’UNE FACTURE D’ÉLECTRICITÉ POUR UNE CONSOMMATION DE 2 000 kWh PAR MOIS*
*sans les taxes provinciales
Halifax
298,09 $
Toronto
243,03 $
Regina
242,82 $
Calgary
226,92 $
Vancouver
197,63 $
Winnipeg
150,75 $
Montréal
146,46 $
Source : Manitoba Hydro
Commentaires