/news/politics
Navigation
Sondage | Accommodements religieux

Appui massif des francophones

65 % d’entre eux sont favorables à une charte contre 25 % des anglophones

Coup d'oeil sur cet article

Le PQ a remporté la bataille de l’opinion publique jusqu’à présent avec son projet controversé de charte des valeurs québécoises. Un sondage Léger, commandé par l’Agence QMI, révèle un appui massif des Québécois francophones.

Le PQ a remporté la bataille de l’opinion publique jusqu’à présent avec son projet controversé de charte des valeurs québécoises. Un sondage Léger, commandé par l’Agence QMI, révèle un appui massif des Québécois francophones.

Au total, 57 % des Québécois (toutes langues confondues) jugent que le dépôt d’une charte à l’automne est une «bonne idée» et qu’elle permettra de «protéger les valeurs québécoises» même si un Québécois sur deux (48 %) est convaincu que l’adoption d’une telle charte va «créer plus de chicanes». Seulement 28 % des répondants croient que la charte est la solution aux problèmes d’accommodements religieux.

Le coup de sonde, réalisé par internet, vendredi et samedi, auprès de 1000 répondants, illustre un profond fossé entre les francophones et les anglophones du Québec. Les allophones se retrouvent au beau milieu des deux solitudes. «C’est un débat qui divise selon la langue maternelle», confirme le sondeur Christian Bourque, vice-président exécutif chez Léger.

Les Anglos appuient Trudeau

En décortiquant les chiffres, on découvre que 65 % des francophones sont favorables à l’idée d’une charte alors qu’un seul anglophone sur quatre (25 %) voit d’un bon œil le projet du ministre Bernard Drainville, dont le Journal a révélé les grandes lignes la semaine dernière.

Une forte majorité d’anglophones (72 %) appuie l’analyse du chef du PLC, Justin Trudeau, voulant que la charte du PQ soit motivée par la «peur» mais globalement, seulement 30 % des Québécois lui donnent raison alors que 51 % sont en désaccord avec ses propos.

Le gouvernement Marois, rappelons-le, entend bannir les signes religieux (voile, kippa, niquab, burqa, turban sikh, croix apparente) dans la fonction publique et parapublique. Une liste de métiers a été soumise aux répondants, qui sont d’accord avec le principe pour les policiers (78 %), les enseignants (67 %), les infirmières (67 %), les fonctionnaires du gouvernement (65 %) et des municipalités (64 %), les médecins (64 %) et les éducatrices en garderie (63 %).

L’écart est impressionnant entre les francophones (entre 71 % et 85 %) et les anglophones (entre 25 % et 39% ) qui ont répondu oui pour chacune des professions.

Longueur d’avance du PQ

Le PQ, obtient la confiance du public dans une proportion de 30 % dans le dossier des accommodements religieux, déclassant tous ses adversaires. Le Parti libéral ne récolte que 18 % et la CAQ (qui dévoilera aujourd’hui sa position détaillée sur le projet de charte en conférence de presse) obtient un maigre 6 %, deux points devant Québec solidaire.

«Pour l’instant, c’est un dossier qui appartient au Parti québécois. Ça leur dit que le risque semble en avoir la peine. On va voir dans les prochains jours ou les prochaines semaines si les autres partis peuvent aller gruger dans cette avance-là.»

Par ailleurs, 55 % des Québécois veulent garder le crucifix à l’Assemblée nationale alors que 31 % préféreraient qu’on le retire.


Commentaires