/sports/football
Navigation
Carabins

Nicolas Dubeau a fait parler ses jambes

Nicolas Dubeau
Photo Joël Lemay / Agence QMI
Nicolas Dubeau
Nicolas Dubeau
Photo Joël Lemay / Agence QMI
Nicolas Dubeau

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Appelé en renfort dès le deuxième quart, Nicolas Dubeau ne pouvait pas laisser une meilleure carte de visite à ses entraîneurs des Carabins de l’Université de Montréal.

Non seulement l’ancien des Spartiates du Cégep du Vieux-Montréal a démontré qu’il pouvait faire le boulot, mais il a aussi prouvé qu’il était en mesure de livrer des résultats de qualité.

«Quand j’ai vu Rotrand [Sené] tomber au combat, je savais qu’on venait de perdre un gros morceau, a souligné Dubeau au terme de la victoire des siens face aux Gaiters de l’Université Bishop’s, vendredi. Avec notre excellente ligne offensive, n’importe qui peut bien courir avec le ballon.

«Je dois prouver à mes entraîneurs que je suis en mesure d’être constant autant dans mes courses que dans mes blocs.»

Le jeu marquant

Les Carabins ont donné un dur coup aux chances de victoire des Gaiters dans les derniers instants du deuxième quart. En plus de réussir deux sacs successifs, ils ont bloqué la tentative de placement des visiteurs.

«Je ne pense pas que c’est le point tournant, a indiqué le joueur de ligne défensive David Ménard qui a participé à ce revirement. On a été en mesure de bien faire pendant la grande partie de la rencontre.

«On a connu un lent départ au premier quart et on a eu besoin d’ajustements. Puis, quand on a commencé à percer la ligne offensive à compter du deuxième, on a retrouvé nos repères.»

Un touché important

Avec son touché avec un peu plus de cinq minutes à jouer, Maxime Fournier-Rioux a confirmé la victoire des Bleus. Laissé seul, le receveur a capté la passe de 38 verges de Pierre-Luc Varhegyi pour trotter facilement dans la zone des buts pour porter la marque à 35-18.

«Ça fait du bien, car le pointage était serré, a-t-il souligné. C’est vrai qu’avec mon touché, on a senti que la tension venait de redescendre. Après, on a seulement continué d’exécuter.»

 

Commentaires
Loading