/news/currentevents
Navigation
Liaison | ex-détenu

Congédiée et harcelée

Une ancienne gardienne de prison continue de subir les conséquences de sa courte idylle avec un ex-détenu

Coup d'oeil sur cet article

Photos et vidéos de nu sur Facebook, révélation d'informations personnelles, appels à ses proches... Une ancienne gardienne de prison paie cher pour sa courte liaison avec un ancien détenu. En plus d'avoir perdu son emploi, la jeune femme est carrément victime de harcèlement.

Photos et vidéos de nu sur Facebook, révélation d'informations personnelles, appels à ses proches... Une ancienne gardienne de prison paie cher pour sa courte liaison avec un ancien détenu. En plus d'avoir perdu son emploi, la jeune femme est carrément victime de harcèlement.

Sarah-Maude Loiselle était loin de se douter que les choses iraient aussi loin, lorsqu’elle a rencontré Grechame Louis-Charles dans un club, en février dernier.

L’agente correctionnelle savait que l’homme de 40 ans avait déjà séjourné à l’établissement de Rivière-des-Prairies, où elle travaillait, mais elle ne le connaissait pas. Ils se sont fréquentés quelques semaines, tout au plus, assure-t-elle.

Punie pour sa naïveté

Elle reconnaît que c’était une erreur et regrette son manque de jugement.

«J’ai été très naïve, concède-t-elle. Mais je paye pour, en maudit!»

La jeune femme est excédée. Depuis février, lorsqu’elle lui a fait comprendre qu’elle ne voulait plus le fréquenter, Louis-Charles lui brandit des menaces. Il l’a implorée de rester avec lui, sinon, il rendrait publiques toutes les photos qu’il avait d’elle. Elle a refusé, mais a passé des mois dans le silence, de peur des conséquences.

En juillet, la jeune femme a craqué. Elle n’en pouvait plus de recevoir des messages et a changé de numéro. Elle a aussi raconté la situation à son représentant syndical et a porté plainte à la police de Terrebonne, où elle réside. L’homme n’a plus le droit de la contacter ou de l’approcher depuis ce temps.

Harcèlement soutenu

C’est à ce moment que l’ex-détenu, qui se faisait appeler Pipo, a commencé à créer des pages Facebook où il publie des photos de Sarah-Maude nue, et même un sextape. On y voit également des photos et des effets personnels de l’ancienne agente correctionnelle.

«Il a envoyé ça à ma famille et à mes amis. J’ai signalé le tout à Facebook, qui me dit que le contenu n’est pas inapproprié!»

Les pages sont donc toujours accessibles. Facebook n’a pas rappelé le Journal.

Sarah-Maude a été congédiée le 26 août. Elle a déposé un grief et sa cause devrait être portée en arbitrage bientôt.

La jeune femme essaie de ne pas accorder trop d’importance à la situation.

«Ce serait lui donner raison», affirme la mère de 31 ans, qui envisage un retour aux études pour devenir infirmière auxiliaire.

Mais elle a peur. Car elle considère que la police ne la prend pas au sérieux.

«Ils ont carrément ri de moi. Ils me voient comme une traître. Mais ce gars-là continue d’appeler chez ma mère, il brise ses conditions.»

«Va-t-il falloir me retrouver avec quatre balles dans le corps pour agir?» s’inquiète-t-elle.

Le service de police de Terrebonne n’était pas en mesure de commenter les événements, hier.

«Le dossier a été soumis au procureur de la couronne de Saint-Jérôme», a affirmé le lieutenant Bilodeau.

Sur le même sujet
Commentaires
Loading