/news/politics
Navigation
Élections | Montréal

Avalanche de candidats dans Verdun et LaSalle

Hôtel de ville Montréal
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Au total, les Montréalais de l’arrondissement de Verdun auront une liste mirobolante de 57 personnes devant les yeux le 3 novembre, une situation qui inquiète la Ville de Montréal.

Mis bout à bout, les noms font trois pages.

Dans l’arrondissement voisin de LaSalle, la situation n'est guère mieux avec 53 candidats au poste de maire, conseiller d'arrondissement ou conseiller de ville.
Plusieurs citoyens confient à 24 h être dépassés par les évènements.

«Va donc savoir lequel est honnête là-dedans», s’est interrogé un résident de Verdun, Marcel Rodrigue, à l’effet qu’il devient difficile de s’assurer qu’aucun d’eux n’a traîné dans des affaires louches.

«C’est beaucoup, franchement beaucoup», a commenté Nicole Piedimonte, résidente à la retraite du même secteur. «Un peu trop», a noté Diane Degrandis, citoyenne de LaSalle.

Dans les faits, les citoyens des deux arrondissements voteront cinq fois sur cinq bulletins différents : un maire de Montréal, un maire d’arrondissement, un conseiller de ville et un conseiller d’arrondissement.

Étudier tous les partis

Si certains savent déjà pour qui ils voteront, d’autres prévoient du temps pour découvrir les idées des partis avant d’aller dans l’isoloir. Les scandales dévoilés à la commission Charbonneau les incitent à rester sur leur garde. Pas question d’élire un candidat aux mains sales.

«Ça va me prendre une demi-journée, a dit tenté de s’encourager Samuel Demers, en tentant de s’encourager. Mais j’y tiens. Je veux savoir le programme de chaque individu et ses implications communautaires avant de mettre mon X.»

Une lourde tâche dans l’arrondissement de Verdun puisque sept partis proposent une plateforme électorale en plus des candidatures indépendantes. Dans LaSalle, ce sont six partis.

La Ville se prépare au pire

Du côté de la Ville de Montréal, responsable d’organiser les élections, on se prépare au pire.

«On va peut-être mettre plus de sections de votes pour accélérer les choses. Avec 57 candidats, c’est évident que les citoyens vont prendre plus de temps pour voter», a expliqué Pierre G. Laporte, porte-parole du Bureau des élections de Montréal.

Le nombre de candidats en 2013 a battu tous les records avec 485 candidatures sur l’île.

Ceci pourrait entraîner des délais lors de la diffusion des résultats le 3 novembre.

«Ce n’est pas exclu qu’on diffuse les résultats de certains arrondissements le lendemain, a précisé M. Laporte. On regarde divers scénarios. On veut faire les choses correctement.»

En 2009, on comptait une centaine de candidatures en moins.
 

Commentaires