/lifestyle/books
Navigation
En mode lecture

Polarama

Le roman de la semaine

Polarama
photo Courtoisie Polarama - David Gordon, Aux Éditions Actes Sud, 410 pages

Coup d'oeil sur cet article

Gros coup de cœur pour ce roman encore plus noir que l’ébène.

Gros coup de cœur pour ce roman encore plus noir que l’ébène.

Harry Bloch fait partie des auteurs dont on entend ­rarement parler, parce qu’il écrit sur commande en se cachant derrière un nom d’emprunt. Après avoir torché pendant des années une chronique porno dans le mensuel Chaud Lapin, Harry pondra ainsi une quantité impressionnante de nanars érotiques ou vampiriques... en tirant constamment le diable par la queue. Mais curieusement, ça ne l’empêchera pas de recevoir de temps à autre quelques lettres d’admirateurs – adressées tour à tour à Teubi Maguire, T.R.L. Pamgstrom, J. Duke Johnson ou Sibylline Lorindo-Gold! – et l’une d’elles, expédiée depuis le pénitencier de Sing-Sing, changera à jamais le cours de sa vie.

Alors qu’il croupit dans le couloir de la mort et que son exécution est prévue dans trois mois, Darian Clay, alias le Mitrailleur ou le Tueur à l’appareil photo, est cent fois plus populaire que Harry: même s’il a supposément enlevé, torturé et démembré entre 1996 et 1997 quatre jolies New-Yorkaises dont on cherche toujours les têtes, il reçoit en effet des tonnes de missives émanant de femmes prêtes à tout pour satisfaire ses moindres désirs. Le deal qu’il propose à Harry? Aller en rencontrer quelques-unes et ficeler vite fait à son attention des histoires archisalaces. En échange, il promet de dévoiler un à un les principaux chapitres de son existence, ce qui permettrait enfin à Harry de rédiger le livre qui le ferait sortir de l’ombre. Mais évidemment, les choses ne se dérouleront pas comme prévu...

Digne descendant du génial Harry Crews, qui a hélas! passé l’arme à gauche en 2012, David Gordon nous offre sur un plateau la quintessence du roman noir américain.

Commentaires