/misc
Navigation

Joe Blow from Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Peut-on imaginer quelqu’un qui vit à Madrid et qui ne connaît pas Penelope Cruz ? Ou quelqu’un qui vit à New York et qui ne connaît pas David Letterman ? Non.

Peut-on imaginer quelqu’un qui vit à Madrid et qui ne connaît pas Penelope Cruz ? Ou quelqu’un qui vit à New York et qui ne connaît pas David Letterman ? Non.

Maintenant, imaginons un anglophone de 35 ans, Joe Blow, qui habite Montréal et qui ne connaît aucune des personnalités publiques qui font vibrer la ville.

Joe Blow from Montreal qui ne sait pas qui est Rémy Girard, c’est aussi ridicule que Jean Blois de Paris qui ne sait pas qui est Daniel Auteuil.

L’INDIFFÉRENCE DE JOE BLOW

Vous avez sûrement suivi dans le Journal, pendant deux jours, le reportage de ma collègue Anne-Lovely Étienne, intitulée Who is Marie-Mai ?

On y apprenait que 76 % des anglos ne connaissent pas Marie-Mai. Pourquoi est-ce que c’est grave ? Parce que la rockeuse a rempli 10 fois le Centre Bell! Faut être aveugle ou sourd pour ne jamais avoir entendu parler d’elle.

Joe Blow travaille au centre-ville, il voit d’immenses affiches annonçant une jeune femme qui se produit dans un amphithéâtre de 10 000 places et jamais Joe Blow ne se demande: «Who’s that girl?»

Faut-il être à ce point un étranger dans sa propre ville, pour ne pas s’intéresser à ce qui se fait ici, ce qui fait vibrer ton voisin, ton collègue de travail.

Si on est poli, on trouve que Joe Blow fait preuve d’indifférence. Si on est cynique, on appelle ça du mépris.

L’enquête du Journal nous indique qu’il y a à Montréal des milliers de gens comme Joe Blow qui vivent dans une bulle, sans le moindre contact avec la vaste majorité de leurs concitoyens, dans un ghetto culturel étouffant.

Vous me direz que les francos ne connaissent pas plus les anglos? C’est en effet ce que montrait la deuxième partie de l’enquête du Journal.

Mais pour comparer des pommes avec des pommes, il aurait fallu demander à des francophones vivant à Toronto s’ils connaissaient les vedettes ontariennes.

Un anglo de Montréal qui ne sait pas qui est Guy A. Lepage, ce n’est pas du tout la même chose qu’un franco de Montréal qui ne sait pas qui est Georges Stroumboulopoulos. Strombo anime à Toronto et parle de ce qui se passe au coin des rues Bloor et Bay!

Alors que Joe Blow, lui, ne sait même pas ce qui se passe au coin de Maisonneuve et Papineau.

WHO IS DENYS ARCAND ?

On apprenait aussi que 97 % des anglos ne connaissent pas Rémy Girard. Pourtant, Rémy Girard est comme Dieu, au Québec, il est partout. Cinéma, télé, théâtre.

Comment Joe Blow peut-il ignorer qui est Rémy Girard? Joe Blow n’a jamais écouté Scoop, jamais vu Le déclin de l’empire américain, n’est jamais allé au TNM ?

Ça veut dire que Joe Blow n’a jamais entendu parler des Bougon, qui a atteint des cotes d’écoute de 2 255 000 personnes, soit 58 % de part de marché?

Ça veut dire que quand Denys Arcand a remporté un Oscar pour Les invasions Barbares, Joe Blow n’a même pas eu la curiosité d’aller au cinéma voir ce film fait par son compatriote et dans lequel jouait Rémy Girard?

Peut-être que ça veut dire que Joe Blow porte des œillères et qu’il est temps qu’il les enlève.

 

Commentaires
Loading