/finance/columnists
Navigation

PCAA de la Caisse: une enquête s’impose

Coup d'oeil sur cet article

En 2007 et 2008, le scandale du PCAA (papier commercial) de la Caisse de dépôt et placement du Québec nous a fait perdre quelque 5,7 milliards de dollars. Il n’y a pas eu de véritable enquête sur les dessous de ce monumental gâchis financier, dont les conséquences financières dépassent de loin le scandale des contrats publics de construction actuellement scrutés par la commission Charbonneau.

En 2007 et 2008, le scandale du PCAA (papier commercial) de la Caisse de dépôt et placement du Québec nous a fait perdre quelque 5,7 milliards de dollars. Il n’y a pas eu de véritable enquête sur les dessous de ce monumental gâchis financier, dont les conséquences financières dépassent de loin le scandale des contrats publics de construction actuellement scrutés par la commission Charbonneau.

Est-il trop tard pour déclencher une enquête gouvernementale sur le scandale du PCAA?

Non! Compte tenu des nouvelles révélations de notre Bureau d’enquête sur la saga du PCAA détenu par la Caisse de dépôt et placement du Québec, j’appuie le chef caquiste François Legault dans sa demande d’enquête visant à «faire toute la lumière sur le déroulement, jour par jour, des péripéties» du papier commercial.

À la suite de la divulgation la semaine dernière des enregistrements de conversations entre les traders de la Caisse et de firmes de courtage, bien des questions restent sans réponses jusqu’ici.

En 2009, lors de la Commission parlementaire sur les résultats de la Caisse en 2008, l’ancien grand patron de la Caisse, Henri-Paul Rousseau, avait pris sur ses épaules la responsabilité du fiasco du PCAA tout en déclarant que la Caisse avait été victime d’une «tempête» parfaite.

Dans le cadre d’un règlement à l’amiable, les deux gendarmes des valeurs mobilières (AMF et CVMO) avaient contraint les firmes de courtage impliquées dans le scandale du PCAA à payer des amendes totales de 139 millions.

Questions

Voici quelques questions auxquelles il serait pertinent d’avoir des réponses précises.

- Pourquoi la Caisse avait-elle décidé d’acquérir 13 milliards de dollars de PCAA, soit le tiers de tout le PCAA en circulation au Canada?

- Est-ce parce qu’elle était en 2006 le principal actionnaire de Coventree, le plus important émetteur de PCAA du Canada? La Caisse détenait 28,7 % des actions de cette entreprise.

- Pourquoi Coventree a-t-elle effectué en novembre 2006 un appel public à l’épargne de 40 millions de dollars qui avait pour but de permettre à la Caisse de vendre une grosse partie de ses actions de Coventree?

- Comment expliquer le fait que le trader responsable du PCAA de la Caisse ait vendu massivement du PCAA en juillet 2007, ce qui allait avoir pour effet de déclencher la crise?

- Pourquoi l’AMF et la CVMO n’ont-elles pas blâmé les dirigeants des firmes de courtage visées par le scandale du PCAA?

- Dans le cadre du PCAA, quelles étaient les étroites relations d’affaires entre la Caisse et la Banque Nationale (et sa filiale Financière Banque Nationale), les deux institutions les plus actives dans le PCAA?

Une enquête s’impose.

Commentaires