Spectacles | Cinéma

Fort McMoney

Le jeu au service du documentaire

Agnès Chapsal / Agence QMI

Publié le: | Mise à jour:

Fort McMoney

Photo Courtoisie / Agence QMI

Fort McMoney est un documentaire qui mêle réalité et jeu vidéo.

Un documentaire qui mêle réalité et jeu vidéo, dans lequel les internautes décideront de l’avenir de la ville industrielle de Fort McMurray en Alberta, a été présenté mercredi dans le cadre des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM). Le 24H a rencontré David Dufresne, auteur et réalisateur de Fort McMoney.

— Pourquoi avez-vous choisi de faire un jeu documentaire?

David Dufresne: Cela fait plusieurs années que je suis dans le webdocumentaire. J’avais fait Prison Valley (sur l’industrie de la prison) dans lequel on utilisait déjà les codes du jeu vidéo sans que ce soit un jeu vidéo. Je pense aussi que depuis ces 20 dernières années le jeu vidéo a révolutionné la narration. Il me semble que le documentaire comme la fiction peut tirer profit du jeu vidéo pour renouveler la manière de raconter les histoires. Le jeu a aussi des vertus pédagogiques, il appelle l’engagement. On utilise des codes pour essayer d’intéresser des gens à une question qui ne les préoccupe pas, alors qu’ils en sont tous responsables, c’est-à-dire : «Qu’est-ce qu’on fait du pétrole?»

— D’où vous vient l’idée de traiter de l’industrie pétrolière par le biais de Fort McMurray, la ville qui s’est développée sur la plus grande réserve de sables bitumineux au monde?

Je suis passionné par les villes mono-industrielles, elles racontent beaucoup de choses, car elles sont à la fois évidentes et infiniment complexes. Quand j’arrive au Canada en 2011, j’apprends que le Canada se retire du protocole de Kyoto, ce qui est un acte unique au monde. Aucun pays qui avait signé ces accords là n’a fait ça. Fort McMurray n’était rien il y a 10 ans, elle est très importante maintenant (environ 76 000 habitants). Aujourd’hui, c’est devenu le moteur économique d’un des plus grands pays au monde.

— Qu’est-ce qui vous a le plus frappé lors du tournage?

Tout a été plus démesuré que ce que j’avais imaginé. J’avais imaginé une ville champignon, mais je n’avais pas imaginé à quel point c’était la ruée vers l’or. Je n’avais pas imaginé à quel point les gens venaient ici pour faire fortune. Puis il y a tous ceux, moins nombreux, qui se cassent les dents et se retrouvent à la rue, parce qu’ils n’ont pas eu le travail escompté et que le coût de la vie est extrêmement élevé. La ville appartient à l’industrie pétrolière d’une certaine façon. Vous allez au stade de soccer, vous êtes à Shell Place. Vous allez à la salle de musculation, c’est le Total Fitness Center.

— Que va découvrir l’internaute?

En tant qu’internaute et joueur vous allez poser des questions à la mairesse de la ville, vous allez découvrir quantité de lieux différents et ensuite vous allez voter à des référendums et des sondages qui vont changer la ville. Pendant trois mois, je vais voir ce que les gens font de la ville. Je vais les aider et les guider. Ce que les gens vont faire de la ville, s’ils pensent la fermer ou s’ils vont vouloir la rendre prospère au prix de dégâts écologiques importants, c’est ça l’enjeu.

Pour jouer en ligne à partir de lundi : www.fortmcmoney.com

L’Office national du film du Canada (ONF), TOXA et Arte ont soutenu le projet.

Fort McMoney en chiffres

— 60 jours de tournage

— 55 entrevues

— 22 lieux à exploiter dans la ville

— 515 choix de dialogue

— 32 indices

— 1940 heures de développement

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus