/sports/others
Navigation
Arts martiaux mixtes

Les excuses de Dana White

WEN_wenn20797535
WENN.com
Dana White

Coup d'oeil sur cet article

Dana White, le président de l’Ultimate fighting championship (UFC), n’a pas été tendre envers Georges St-Pierre au terme de son combat de championnat du monde des poids mi-moyens face à Johny Hendricks, que le Québécois a remporté par décision partagée le 16 novembre dernier à Las Vegas.

«Je n’ai pas rencontré beaucoup de gens qui ont cru que Georges St-Pierre avait gagné ce combat, mis à part les deux juges qui lui ont donné la victoire», avait mentionné White.

Beaucoup d’amateurs et d’experts n’ont pas caché leur désaccord avec le verdict des juges.

Immédiatement après l’annonce de la victoire de St-Pierre, White a déclaré que le combattant québécois, champion depuis 2007, devait un combat revanche à Hendricks, aux amateurs et à l’UFC.

White a mal agi

Kristof Midoux, qui accompagne St-Pierre depuis plusieurs années, qui l’a vu souffrir et sacrifier tellement pour arriver là où il est, n’a pas du tout apprécié les propos de White.

«Georges était un peu perturbé, mais la différence entre lui et moi, c’est qu’il est vraiment gentil, même quand il faut être méchant, a expliqué le mentor de GSP lors d’une entrevue accordée à la chaîne TVA Sports, vendredi.

«Ce qu’a dit et fait Dana White n’était pas correct. Il confond un peu les rôles. White entre dans l’octogone pour remettre une ceinture. Georges y va pour se battre comme si sa vie en dépendait. Georges est un lion qui a du respect et White est un bouffon sans respect.»

Pour le Français, un ancien combattant d'arts martiaux mixtes, son ami ne doit absolument rien à personne.

«Peu de gens le savent, mais le lendemain matin, il (White) a appelé Georges et lui a dit "Je m’excuse, j’ai regardé le combat une deuxième fois et tu as bel et bien gagné. J’ai parlé sous le coup de l’émotion."

«Georges lui a dit qu’il n’avait pas de souci, qu’il comprenait. Il ne doit rien à personne, il s’est battu toute sa vie.»

Des excuses publiques

Midoux, qui trouve que GSP est trop gentil avec White et l’UFC, ne s’est pas arrêté là.

«Si j’étais à sa place, je demanderais des excuses publiques de la part de White, qui devrait dire devant les médias que Georges a véritablement gagné le combat.

«Deuxièmement, je lui dirais d’envoyer des gens tester Hendricks pour savoir s’il est naturel ou pas. À ce moment, il me montrerait qu’il est un bon patron et qu’il fait les choses comme elles doivent être faites.»

«Il n’impose même pas de contrôle antidopage à l’aspirant et à mon avis, ce contrôle ne serait pas négatif...»

Les doutes de GSP

Si Georges a battu Hendricks, il ne l’a pas fait sans problème. L’Américain s’est révélé être un adversaire plus que coriace, qui a demandé au champion de donner tout ce qu’il avait dans le ventre.

À un tel point que même GSP n’était pas certain d’avoir réussi à défendre sa ceinture pour une neuvième fois consécutive.

«Il m’a demandé s’il avait gagné en me regardant dans le blanc des yeux, a raconté Midoux. Je lui ai répondu que j’aurais été le premier à lui dire s’il avait perdu.

«D’ailleurs, s’il avait perdu malgré la décision des juges qui le donnaient faussement gagnant, je lui aurais dit de prendre la ceinture et de la remettre à Hendricks. Nous n’avons jamais accepté une victoire qui était en réalité une défaite.»

Le combat, qui a été sacré le duel de la soirée lors du UFC 167, a été excessivement éreintant.

«Ç’a été un combat très dur, a-t-il affirmé. J’ai dit à Georges ''tu as gagné, mais tu as morflé''. Il a été abimé. Il a été au bout de ses forces, mais il a gagné ce combat.»

 

Commentaires
Loading