/opinion/columnists
Navigation

Xénophobes, nous? Oui!

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec est une société parfaitement ouverte et tolérante, prête à accueillir tout le monde en son sein, à la condition, cependant, que « ces gens-là » parlent français et qu’ils s’abstiennent d’afficher en public...

Le Québec est une société parfaitement ouverte et tolérante, prête à accueillir tout le monde en son sein, à la condition, cependant, que « ces gens-là » parlent français et qu’ils s’abstiennent d’afficher en public ce qui les distingue de « nous ».

Et si vous décelez une contradiction dans la phrase qui précède, c’est sans doute que vous n’êtes pas un «vrai» Québécois. Ou alors, si vous en êtes un, vous avez été contaminé par une doctrine étrangère, comme le multiculturalisme.

Dans le concert de réactions et de commentaires horrifiés suscités par cette photo de deux femmes voilées sortant des enfants d’une garderie à Verdun, le seul commentaire qu’on n’a pas beaucoup entendu, c’est: «Ouais, pis? Elles ont le droit...»

PAS INTOLÉRANTS, MAIS...

Pas que nous soyons intolérants, notez, mais c’est-tu épouvantable que des affaires de même se produisent chez nous! Qu’est-ce que ce sera demain?

Le fait que les parents se disent satisfaits des services rendus, et qu’ils disent avoir choisi de confier leurs enfants à cette garderie en toute connaissance de cause n’a en rien calmé la clameur.

Le fait que le ministre Bernard Drainville ait lui-même admis que la charte des valeurs qu’il pilote ne s’appliquerait pas à ces femmes si leur garderie n’est pas subventionnée n’empêche pas nombre de Québécois de réclamer une charte.

De quelles valeurs on parle au juste n’est pas clair, et contre quoi on veut les protéger l’était encore moins, au début, du moins.

On s’était barré les pieds dans des trucs songés comme la laïcité, l’égalité des hommes et des femmes, la lutte au communautarisme ou au multiculturalisme.

LA VÉRITÉ VRAIE, C’EST...

Mais la vérité a fini par remonter à la surface: on ne veut rien savoir des musulmans qui s’affichent comme tels, parce qu’ils sont ici chez nous...

Leur croissance en nombre, et la détermination avec laquelle ils refusent de s’assimiler, nous énervent et nous font craindre.

Ce n’est pas ainsi que le gouvernement, les autres politiciens et les commentateurs patentés le présentent. Mais c’est vraiment ainsi que bien des gens posent le problème entre eux, ou dans les médias «sociaux.»

C’est malheureux qu’on ait tenté de camoufler cette intolérance, cette xénophobie, cette insécurité existentielle, par pudeur, ou par rectitude politique.

Car elles font partie de la situation, (de «la problématique»), et il ne sera pas possible de développer une stratégie cohérente pour l’avenir du Québec sans d’abord les prendre en considération. Sans se parler des fameuses «vraies affaires...»

À moins de vouloir croire qu’une simple charte puisse «protéger» nos «valeurs» contre le «malaise» que suscite la «menace» que représente une poignée de femmes voilées...

Le fait est que les Québécois se sentent mal équipés pour recevoir ces étrangers, les intégrer. L’école y est peut-être pour quelque chose?

Il doit y avoir d’autres stratégies plus efficaces, non?

Commentaires
Loading