/opinion/blogs/columnists
Navigation

La beauté du débat sur la Charte

Coup d'oeil sur cet article

Il y a une immense vertu au débat actuel sur la Charte des valeurs. Malgré ses excès, que je ne nie pas, et dont je me désole aussi (et notons bien que ces excès, d’aucune manière, n’ont conduit à quelque violence, même si des abrutis, ici et là, peuvent s’invectiver), il reconnecte les citoyens à la chose commune, au débat public. Les gens se rencontrent et s'en parlent spontanément. Tous ont un avis sur la Charte comme tous avaient un avis sur la constitution ou la souveraineté il y a vingt-cinq ans. Tous les acteurs sociaux se positionnent par rapport à elle car ils voient bien que des grandes conceptions de la société se rencontrent et se confrontent. 

La Charte permet un débat, pas toujours serein, mais certainement nécessaire, sur les grandes orientations de notre société, sur les principes et les valeurs à partir desquelles nous voulons construire la communauté politique. Nous ne cherchons plus seulement à gérer la société à partir de principes arrêtés une fois pour toutes, ceux fixés dans la constitution de 1982, qui nous oblige à une lecture multiculturaliste des droits de la personne. Nous redécouvrons qu'il est possible de débattre de ces principes, et nous redécouvrons aussi qu'il y a plus d’une interprétation possible des droits et libertés, tout simplement parce qu'il y a plusieurs manières de penser la société qui les encadre, de penser la communauté politique dans laquelle ils s’inscrivent.

Il y en a qui voient là-dedans une petite noirceur, manière aussi rapide que sommaire de disqualifier ce débat, comme s’il n’avait aucune légitimité. C’est une méthode usée : dans un débat difficile, assimilez votre adversaire à Duplessis, il sera toujours pris à expliquer que c’est faux, et pendant ce temps, il sera sur la défensive. Laissez comprendre que votre adversaire, peut-être estimable en personne, est soutenu par des gens pas très recommandables, multipliez les comparaisons avec les situations étrangères qui ont pour fonction de faire naître un sentiment de honte. Ainsi, vous espérez reprendre la maîtrise du débat. En plus, vous avez à ce moment l’immense privilège de vous sentir immensément vertueux. Ce n’est pas rien.

Pour ceux-là, il ne devrait tout simplement pas y avoir de débat. Comme si la question identitaire, comme si la question des fondements historiques et culturels de la citoyenneté démocratique, ne devait jamais être débattue. Ou alors, ils veulent en débattre, mais en fixant les règles du débat, en décidant quels arguments sont autorisés et lesquels ne le sont pas, en ayant aussi le pouvoir immense de distinguer entre les sentiments qui peuvent légitimement s’exprimer dans l’espace public, et ceux qu’il faudrait refouler à sa périphérie. Et bien évidemment, ce sont eux qui nomment les sentiments. Ils se donnent aussi le pouvoir de dépister les mauvais sentiments que cacheraient les arguments auxquels ils n’ont tout simplement pas envie de répondre.

Mais on peut voir tout cela autrement. J’y vois quant à moi une renaissance de l’esprit démocratique au Québec. J’y vois la redécouverte de l’idée de nation, de l'idée de société, de l’idée de culture. J’y vois une tentative de sortie du fameux «tout se vaut dans la mesure où chacun est sincère», dans lequel on cherche souvent à enfermer la réflexion sur les valeurs, la réflexion sur l’identité, la réflexion sur la politique. Nous redécouvrons une chose : le politique existe, il ne saurait se dissoudre exclusivement dans le droit, dans la mesure où ce dernier n’est pas le fruit d’une révélation divine mais à bien des égards, d’une délibération collective. Nous redécouvrons finalement que le politique intéresse la population quand il s’empare de questions substantielles. C’est une bonne nouvelle.

51 commentaire(s)

Pierre Brassard dit :
25 novembre 2013 à 15 h 31 min

Si au terme de ce débat sur la Charte du Parti Québécois aucune résolution entre les partis à l'Assemblée nationale n'est trouvé, je ne vois pas en quoi ce débat aura été utile. Le mal est fait. Dans deux ans, trois ans, ou même cinq ans, nous verront davantage la fracture apparaître dans tout sa dureté sociologique (surtout sur l'île de Montréal).

Le Parti Québécois ne sortira pas gagnant de cette crise qui est plus que purement verbeuse.

Le Parti Québécois aura le verdict populaire en élection.

Pour la Liberté dit :
25 novembre 2013 à 15 h 38 min

La soi-disant charte comporte un seul article qui n'est pas écrit ailleurs.

L'on parle donc d'un seul article qui est l'interdiction du port de signes religieux ostentatoires chez les fonctionnaires.

claude dulac dit :
25 novembre 2013 à 15 h 56 min

Un débat qui se fait bien pour la nation québécoise. Comme maître chez-nous écrivons une Charte pour un Québec laïc sans la main de dieu de la royauté canadienne desuète et propre à leur nation..

bernard dit :
25 novembre 2013 à 16 h 00 min

«La laïcité ne doit pas se confondre avec l’antireligieux, l’égalité avec l’uniformité, l’intégration avec l’assimilation, ni la nation avec la tradition. La raison, et non la passion, sera notre meilleure conseillère. Assurément, il faudra beaucoup d’énergie, de tâtonnements et de volonté commune pour mettre au point cette philosophie politique où le multiculturel puisse s’épanouir sans tuer l’universel.»

Caroline Fourest

Victor Beauchesne dit :
25 novembre 2013 à 16 h 06 min

Les souverainistes comme MBC adorent le débat sur la charte parce qu'il a donné des ailes à leur mouvement qui était en pleine déconfiture. Mais, tout comme Icarus qui s'approcha trop près du soleil, le PQ va aussi connaître une fin tragique. Car à semer le vent on récolte la tempête.

Emmanuelle dit :
25 novembre 2013 à 16 h 08 min

C'est la noirceur de madame Hébert qui est décrite dans votre texte.

Une personne dit :
25 novembre 2013 à 16 h 24 min

@ Pour la liberté

Il voulait pas nuire a ta compréhension !

joce dit :
25 novembre 2013 à 16 h 32 min

Merci Mathieu de ces judicieux conseils lors d'une discussion sur la Charte et autres sujets ;))

Cette Charte essentielle à la communauté quécoise et les gagnants seront tous les québécois, peu importe le parti!

Berberian dit :
25 novembre 2013 à 16 h 36 min

Il me semble que c'est la moindre des choses par respect a la majorité accueillante ,de ne pas lui mettre a la face sa religion quand cette même majorité c'est battu bec et ongles pour se sortir de ce carcan , il va de soit que nous parlons que des fonctionnaires ayant des contacts direct de visu avec les clients de toutes origines culturelles et religieuses .

Marie R Hamel dit :
25 novembre 2013 à 17 h 05 min

Vous voulez rire !

JeanSol Patre dit :
25 novembre 2013 à 17 h 07 min

La semaine passée le synode de l'Église anglicane d'Angleterre a approuvé avec une écrasante majorité le principe de l'ordination de femme évêque.

Voilà une avancée importante qui montre que la foi, la croyance et l’institution changent dans le temps. Cela aurait été ironique que l’église anglicane dont la chef est notre reine interdise la nomination de femme évêque !

Les monothéismes prescrivent une égalité de l’homme et de la femme devant Dieu. Alors pourquoi les monothéismes n’arrivent pas à prescrire aussi une égalité entre les hommes et les femmes dans leurs institutions religieuses autant dans leurs rôles que dans les fonctions?

Tenir un discours sur la liberté religieuse jusqu’à en faire une profession de foi sans tenir un discours aussi fort et ferme sur l’égalité entre les hommes et les femmes envers les institutions religieuses devient d’un opportunisme moral facile .

Ce n’est pas la liberté d'une femme qui porte un voile qui m’inquiète. C’est la capacité que son système des valeurs qui excluent dans sa médiation avec sa société d’accueil la notion d’égalité entre les hommes et les femmes qui comprennent les libertés des chances. Si cette femme va-t-elle reproduire le même schéma de valeurs envers sa fille qui lui fermera les portes de plein de possibles.

Autant M. Couillard ne veut pas que l’État interdise une sœur Theresa de travailleur pour la fonction publique. Il est aussi légitime de demander à cette femme de pas limité sa fille dans les choix de sa vie !

Yves Ménard dit :
25 novembre 2013 à 17 h 19 min

Re "Nous ne cherchons plus seulement à gérer la société à partir de principes arrêtés une fois pour toutes, ceux fixés dans la constitution de 1982, qui nous oblige à une lecture multiculturaliste des droits de la personne." Le premier principe qu'on apprend en droit constitutionnel est qu'un gouvernement ne peut se lier ou lier ses successeurs! C'est du moins ce que Stephen Scott nous répétait sans cesse à McGill. Aucune loi n'est immuable. Pourquoi en serait-il différent avec la constitution de 1982. Après tout, ce n'est pas le coran .... même si c'est la parole de dieu-Trudeau! Tant qu'à ceux (celle?) qui voient dans la Charte une "petite noirceur", on peut penser que la bonne conscience de la rectitude politique peut amener une certaine chroniqueuse "chouchou" généralement bien avisée à manquer une coche. Ça peut arriver à tous! Espérons seulement qu'une fois n'est pas coutume!

Mireille Deschênes dit :
25 novembre 2013 à 17 h 21 min

J'adore vous entendre et vous lire, chaque mot sortant de votre bouche est important . Heureusement que nous vous entendons à la radio, que l'on peut lire vos papiers sur l'actualité, cela aide non seulement la réflexion mais aussi cela à pour effet de cautionner ce que nous pensons pour beaucoup d' entre nous . Ceci dit, le débat sur la charte nous parle de nous, ce qui est regrettable c'est que des gens comme Mme Mourani utilise le débat actuel pour faire avancer des intérêts particuliers. Il est difficile pour les Québécois ordinaires de débattre soit dans le Huffington post ou au Devoir pour laisser sortir un peu de notre ras le bol des nouveaux arrivants qui veulent imposer des règles qui pour nous ressemble à un recul sur des combats que nous avons gagné à la dur. Présentement on voudrait bien nous faire croire que tout a été dit sur la charte, par les temps qui courent il y a dans l'air des allures qui me font faire des rapprochement avec la commission Bouchard Taylor où les nouveaux arrivants donnaient leur commentaires parfois avec des mots assez difficiles à entendre pour les Québécois mais que les commissaires accueillaient presque avec la larme au coin de l'œil alors que les opinions des Québécois étaient rabroués pour ne pas dire à l'occasion se faisaient fermer la boîte. Présentement c'est ce qui est fait les échanges dans des journaux, radio, télé et autres s'effacent, disparaissent comme ça, on contrôle les messages.

Jean Côté dit :
25 novembre 2013 à 17 h 48 min

Ce débat n'a aucune légitimité. Créer une fausse crise sociale sur le dos d'une minorité religieuse n'est ni beau ni admirable, c'est purement et simplement dégueulasse et ignoble. Mettre de l'avant un projet de loi clairement inconstitutionnel and illégal face à une loi Québécoise (la charte des droits provinciale) est irresponsable et indigne d'un gouvernement.

On a dépensé 2 millions pour faire la promotion du racisme, de l'intolérance, de l'ignorance aux frais des contribuables, pour varger publiquement sur une minorité dans une minorité dans une minorité: les femmes musulmanes portant le voile. On se sait même pas combien seraient touchés, le gouvernement l'ignore. Les cas d'accomodements les plus publicisés ne seraient pas touchés par cette patente à gosse péquiste. Cette charte (un document qui devrait être noble) ne règle rien, elle n'a pour but que de faire diversion sur la gouvernance péquiste lamentable depuis l'élection de Marois.

Le PQ a légitimisé la xénophobie, jamais je n'ai vu de gens aussi fiers de s'afficher intolérants et racistes que depuis les derniers mois. Oui ces jours sont une petite noirceur. Ce sera un héritage de Marois, ça et la distinction d'être le dernier PM séparatiste. Les derniers soubresauts du nationalisme québécois en fin de vie ne sont très glorieux. Quelle honte.

Julien dit :
25 novembre 2013 à 18 h 23 min

Je crois qu'il est utile de rappeler que cette «re-politisation» a commencé par le printemps étudiant, bien que vous étiez contre le mouvement étudiant. Pour beaucoup, y compris des parents, oncles, collègues de travail plus âgés, il s'agissait d'un retour au débat et au questionnement sur les orientations de la société, absents ou presque depuis 1995.

Daniel Garon dit :
25 novembre 2013 à 18 h 28 min

Le pire dans toute cette histoire aurait été que Bernard Drainville n'ait pas eu l'idée de proposer sa charte. Le pire encore aurait été que les libéraux restent au pouvoir après les élections. Le pire encore et encore aurait été de ne rien faire et laisser la situation pourrir en nous laissant prendre pour des tapis sur lesquels l'on peut laisser les multiculturalistes s'essuyer les pieds. La pensée molle est comme la crème molle. Si tu n'y prend pas garde elle s'écrase rapidement par terre. Nous avons longtemps critiqué le maire d'Hérouxville et nous nous sommes longtemps moqué de ses habitants. Par contre cette affaire a permis de déclencher le processus, bien qu'imparfait de la commission Bouchard-Taylor et dans la même année a fait faire à la défunte ADQ un pas de géant. Une époque pas si éloignée de nous. Les libéraux ont eu l'occasion de faire quelque chose avec le rapport de cette commission mais ont préféré laisser aller. On ne fait pas d' omelette sans casser des oeufs. Un jour on nous respectera pour avoir conserver notre foi en notre identité et le devoir de respect envers nous même malgré ce qu'en disent les biens pensant de la pensée molle. Si le PQ recule ou s'écarte ne serais-ce que d'un iota de la mission qu'il s'est donné, il, et nous, paierons très cher et pour longtemps ce manque de courage. Le PQ doit aboutir avec ce dossier pour le bien de tous surtout pour les nouveaux québécois. Faire de la charte le cheval de bataille d'une prochaine élection serait une erreur. Il faut plus tôt qu'elle soit l'enjeu d'un RÉFÉRENDUM d' INITIATIVE POPULAIRE. Comme ça aucun autre sujet ne viendra distraire les gens sur la raison du vote. Si je me souviens bien de ce que Bernard Drainville a dit, il sera nécessaire d'avoir seulement 15% de la population pour lancer le processus. Qu'est-ce qu'on attend ? Qu'on en finisse une fois pour toute. Cela dure depuis trop longtemps, LA CHARTE ou LA SOUMISSION, À NOUS DE CHOISIR.

Hajar Jerroumi dit :
25 novembre 2013 à 18 h 29 min

Faire réapparaître la culture du débat dans la société est une chose sans doute bénéfique et dont nul ne peut nier la richesse tant et aussi longtemps qu'il s'agisse d 'un débat d'idées, un débat élevé. Or, créer un débat social sur la place d'une religion particulière (faut-il l'avouer) et la légitimité de sa manifestation est une chose on ne peut plus lâche, ne témoignant que du manque de rigueur intellectuelle de certains (et Dieu* sait combien on en voit de nos jours, des journalistes aux politiciens passant par le commun des mortels).

Pour ce qui est de la question identitaire, oui, il est bien entendu légitime de la poser, car l'identité est indubitablement évolutive. Or, faut-il apprendre à poser les bonnes questions pour la traiter (entre vous et moi, les présentes questions ne font que renforcer le sentiment de perte identitaire des Québécois)! À ce que je sache, enlever mon voile demain ne renforcera pas tant votre identité. Ce dont je suis par contre certaine, c'est qu'avec ce faux-débat, vous aurez un mot à rajouter à vos dites valeurs: intolérance!

*pardon, je n'ai su ''laïciser'' ma phrase!

Bernard dit :
25 novembre 2013 à 18 h 30 min

Dans ses entrevues télévisuelles, Mme Bertrand disait ouvrir «ses bras et ses mains» à toutes les femmes musulmanes – qu’elle appelle cependant «islamistes». Espérons que malgré tout, cela comprendra celles qui sont médecins ou infirmières.

«Je n’aimerais pas être soignée par une femme voilée. J’aurais peur. Je me dirais : tout d’un coup, dans sa religion, qu’on ne soigne pas autant les femmes que les hommes, qu’on laisse partir les vieux plus vite.»

Mathieu Plourde Turcotte dit :
25 novembre 2013 à 18 h 34 min

Je suis tout à fait d'accord avec vous Monsieur Bock-coté. Et je me demande franchement ce qu'il y a de mal à ce que la population soit divisée sur une question, comme le disent certains. La division et les déchirements à ce sujet se seraient fait un jour ou l'autre. Alors pourquoi pas maintenant ?

Nelson dit :
25 novembre 2013 à 19 h 23 min

Oui, la population se mobilise une fois de plus pour les vrais enjeux politiques.

La population à demandé et obtenu la Commission d'enquête Charbonneau, et à demandé et obtenu le retrait l'année de la Loi de la honte anti-démocratique et anticonstitutionnel de Charest dénoncé même par les Nations Unis.

Ça fait longtemps que les québécois se battent pour la survie de la langue française, la Loi 101 et le projet de Loi 14 sont là pour en témoigner......LES QUÉBÉCOIS DONC NE RECONAISSENT PAS LE BILINGUISME TRUDOISTE.

Ça fait déjà des longs années que Mario Dumont et Charest ont crée la Commission Taylor-Bouchard concernant cette malaise identitaire des québécois, et des pratiques et croyances religieuses QUI MENACENT NOTRE FAÇON DE VIVRE, PENSER, EXISTER.....ET DES LOIS D'ICI.

Il faut absolument élire des députés provinciaux et fédéraux qui veulent changer la CONSTITUTION CANADIENNE BILANGUE ET MULTICULTUREL, parce que contraire à la langue et valeurs d'ici.

Pourquoi il est si difficile pour certains comprendre que les québécois veulent préserver sa langue maternelle et leur culture ?.

Pourquoi le fédéral et le ROC ne comprennent pas QU'AU MÊME TITTRE qu'ils veulent parler en anglais et avoir leurs valeurs, les QUÉBÉCOIS AUSSI veulent leur langue et culture ?.

Pourquoi Justin ne comprenne pas ce que son grand père, farouche nationaliste et défenseur de la langue et la culture d'ici , comprenait très bien ?.

Pourquoi Mulcair ne comprenne pas les enjeux vitaux pour la survie du Peuple et Nation québécoise ?.

Pourquoi libéraux et conservateurs DE LANGUE MATERNELLE FRANÇAISE ne la protègent pas ?.

Minona dit :
25 novembre 2013 à 19 h 56 min

Il y a au Québec une phobie du débat et de la "division", mot qu'on lance dès qu'on réalise que 100% de la population n'est pas du même avis (c'est à dire toujours!)

Olivier dit :
25 novembre 2013 à 19 h 59 min

On reconnaît le Mathieu Bock-Côté à cheval entre le Québec et la France. Là-bas, le débat intellectuel est un sport national avec ses champions, ses knock-outs et ses fans. Au Québec, les gens n'ont pas ce goût de la parlotte, et n'y sont donc pas aussi compétents. De temps en temps, des crises politiques émergent, tout le monde en parle un temps, et la balloune se dégonfle.

Doit-on s'en désoler? Je ne suis pas sûr. Accorder trop de place au débat intellectuel, ça donne des Sartre et BHL; ces deux incarnations du principe de Peter philosophique.

Le débat de la charte a duré beaucoup trop longtemps, et très peu d'intervenants y ont apporté une contribution originale.

Je suis donc bien d'accord avec MM Brassard et Liberté!

B.C. dit :
25 novembre 2013 à 20 h 17 min

Ce qui fatigue les liberals et autres caqueteux de ces débats , c'est d'avoir perdu le contrôle de la joute politique... Si la calife d'Arabie Couillard était le moindrement éveillé politiquement , il laisserait un vote libre , à ses ouailles liberals , mais il faudrait pour ça ''lui passer sur le corps '' pour être en désaccord avec ses patrons fédéraux , pour ça que le monsieur annonce qu'il rampera devant la charte des droits libéraux , pardon des droits et liberté .... Quand à monsieur Legault ,il a déjà rampé devant l'imposition du drapeau canadien à l'assemblée nationale ....

Marcel dit :
25 novembre 2013 à 20 h 22 min

Si le droit n'est pas le fruit d'une révélation divine alors il est sans fondement et tout devient relatif.

Carole JEAN, Montréal, Qc dit :
25 novembre 2013 à 20 h 26 min

Un débat plus que nécessaire

En 1982, le Québec s’est vu imposé une constitution et une charte fédérale des droits (sans responsabilités), et cela en passant par le Parlement britannique, et cela sans débat de fond.

Saluons aujourd’hui la démocratie et le débat de fond qui a cours présentement.

Les choses ont changé. Le monde n’est plus ce qu’il était. Pourquoi les lois ne s’adapteraient-elles pas à la nouvelle situation ? Le conservatisme légaliste est une idéologie parmi d’autres. On n’a pas à s’écraser devant elle.

Pierre Bouchard dit :
25 novembre 2013 à 20 h 33 min

La laïcité est une condition capitale de la démocratie.

C'est la laïcité appliquée sans mollesse dans toutes les fonctions d'autorité qui garantit au Québec comme en Occident la maintenance d'une civilisation qui s'est ouvert à l'expérimentation scientifique, la libre discussion. Le précédent de la Rome antique devrait rappeler que toute expansion d'une religion impériale menace les acquis de cette civilisation. Le triomphe du christianisme dans la Rome antique a pulvérisé les valeurs romaines les plus traditionnelles positives comme négatives dont l'affirmation inconditionnelle dans la vie. Si le christianisme dans son essor à Rome a travaillé pour une prise de conscience légitime sur le sort des misérables, des pauvres, il a aussi sapé l'architecture énergétique culturelle des anciens Romains qui s'était faite entre la république et l'empire. La chute de Rome au 5ème siècle après J.C est plutôt contemporaine de la fin de la diversité religieuse païenne au profit d'un catholicisme papal exclusif et dogmatique. Avec la fin de la Rome antique comme empire, l'Europe n'a pas trouvé mieux que de s'éparpiller en une multitude de royaumes ou de foyers féodaux tous opposés les uns aux autres jusqu'au 13ème siècle. L'Europe médiévale prenant le relais de l'empire romain a pris du temps à se reconstruire autour de monarchies puis des État-Nations plus tard. Avec la chute de Rome, la civilisation a connu une régression. Si le multiculturalisme de nos jours devient l'accompagnement total du capitalisme financier rien n'interdit qu'une religion comme l'islam en profite pour reprendre éventuellement le contrôle de l'État, des États après une crise économique dévastatrice. La religion comme sécurité idéologique a une capacité de possession des têtes en rapport avec l'angoisse humaine c'est pourquoi la laïcité doit être prise au sérieux.

Hélène Beaulieu dit :
25 novembre 2013 à 21 h 11 min

Il n'y a pas de vérité sur les gens, il y a une vérité sur notre façon de les percevoir.

La beauté du débat de la Charte? Où c'la?..

Alors qu'à l'étranger, aux USA en particulier, l'opinion qui se détache est peu flatteuse pour le Québec. La Charte donne l'image d'un Québec intolérant.

Le débat sur la Charte s'épuise.. Les sondages démontrent encore et toujours que ce débat est la dernière préoccupation des citoyens...

La courroie de transmission médiatique est usée. Les mêmes chroniqueurs qui, jour après jour, font du dossier de la Charte leur obsession perdent en crédibilité.

Trop c'est trop.. Je ne les lis, ni ne les écoute plus.. ça en devenait abrutissant!

Jacques Lambert dit :
25 novembre 2013 à 21 h 15 min

Il n'y a pas de débat dans le West Island (rebaptisé WestMo).

Il n'y a pas de débat chez les immigrants anglophiles.

Il n'y a pas de débat chez les fédéralistes purs et durs.

Le bloc anglophone, s'il participe au débat sur la Charte, c,est pour s'y opposer.

Car, à son avis, la nation francophone québécoise n'est rien d'autre qu'un manque de vigilance du peuple conquérant.

Une erreur de parcours à corriger.

Une guerre qui ne prendra fin qu'au terme de l'assimilation du peuple conquis.

C'est pourquoi tous les médias épris de fédéralismes doivent, par tous les moyens, accaparer les esprits mous.

Pour eux, l'ouverture et la tolérance sont le cheval de Troie qui sert non seulement à assimiler les peuples immigrants, mais surtout à diviser la nation à soumettre.

Gilles Perreault dit :
26 novembre 2013 à 0 h 27 min

Gandi,pacifiquement et par la conviction a su réunir des peuples de religions,de langue et de cultures fortes et très diverses.et créer un nouveau pays indépendant de la grande puissance militaire et industrielle de son époque.Il croyait au respect de la diversité religieuse,au respect de toutes les religions.

Le PQ refuse de suivre la volonté et le choix de la majorité des québécois,à peu près dans tous les domaines de la vie citoyennes.Il veut imposer par l'intrigue et le réseautage sa vision du développement du Québec.

L'échec viendra,percutant et dévastateur pour le désir accru d'autonomie et de richesse collective.

Nous aurions affaire à des amuseurs que je ne serais pas surpris!

Christine Lavoie dit :
26 novembre 2013 à 1 h 12 min

@Jean Côté,

Merci! Vous avez parfaitement exprimé ma pensée

Ce qui est triste, c'est qu'en fait il n'y a pas de débat. L'avis des gens a très peu change depuis le début de toute cette affaire, sauf pour endurcir l'opinion de ceux qui mêlent tout, égalité des sexes, terrorisme, prosélytisme, et quoi d'autre encore, et c'est un groupe particulier qui en paie le prix. Et on pense que de viser ce groupe va le persuader de "s'intégrer"!

Au contraire, ce projet n'a servi que de faire sortir de leur placard un tas de gens qui n'aiment tout simplement pas ceux qui ne sont pas exactement comme eux.

Pendant la crise des carrés rouges, Pauline Marois s'est comportée de façon démagogique et irresponsable. Elle le fait encore plus avec cette charte, et ça marche beaucoup mieux! Cela marche si bien que la tentation sera forte, je le crains, de serrer la vis encore et de reporter la responsabilité de toutes sortes de problèmes sur un groupe qu'on excluera de plus en plus du "nous". Cela a été fait dans le passé. On ait comment ça commence, mais on ne sait pas comment cela va finir.

Les conséquences du comportement irresponsable de notre gouvernement risquent d'être beaucoup plus graves et durables que ce qui s'estpassé en 2012. Pour la "beauté', on repassera. Je ne vois que tristesse et recul.

Murielle Bernard dit :
26 novembre 2013 à 6 h 02 min

L'enfermement des bien-pensants.

Monsieur Bock-Côté, vous dites: "Nous redécouvrons finalement que le politique intéresse la population quand il s’empare de questions substantielles". Tout à fait d'accord avec vous! Depuis de nombreuses années, les médias ont tenté par tous les moyens, d'encourager les citoyens du Québec à se politiser. Hé bien voilà! Enfin le peuple s'exprime! Faudrait pas à présent, que certains trop bien-pensants de notre société, ou politiciens trop vertueux (du moment que ça fait leurs affaires), nous répriment et encore moins nous culpabilisent. Au contraire, il faut qu'ils nous félicitent et nous encouragent à débattre de manière respectueuse. D'ailleurs, j'en profite pour féliciter Madame Françoise David, qui dès le début, a fermé la trappe aux politiciens du fédéral qui ont la fâcheuse manie de sortir leurs gros sabots et leurs épouvantails, dès qu'on ne pense pas comme eux. C'était le minimum à faire et ça été bien fait, bravo! J'invite donc respectueusement, Madame David et tous les autres élus du Québec à se garder une petite gêne, pour que les citoyens se fassent leurs propres idées. Et puis, s'il faut passer sur le corps de Monsieur Couillard pour se faire entendre, on pourrait bien le relancer...et ça n'en finirait plus. Un peu de décorum svp, c'est un sujet trop important. Merci. Et pour ceux qui trouvent que le débat s'étire, je dis au contraire! C'est un processus normal et sage, puisqu'il s'agit d'un sujet complexe, qui demande du temps pour bien saisir les enjeux et pour y voir clair. Après tout, le résultat définira ce que nous serons comme société pour longtemps. Évolution ou régression? Actuellement, nous sommes dans une ère de très grand changement, tout va vite et tout bouge à la fois, partout sur la planète. Les populations se déplaceront de plus en plus, les peuples cherchent à se définir et à s'ancrer, nous en avons bien besoin. Sans peur, agissons! Citoyenne, fière d'être québécoise et...

Murielle Bernard dit :
26 novembre 2013 à 6 h 05 min

Et de pouvoir m'exprimer!

André St-Pierre dit :
26 novembre 2013 à 8 h 00 min

@Hajar Jerroumi Ainsi, c'est être «lâche» de discuter de religion? C'est manquer de rigueur intellectuelle? C'est affirmer notre quête d'identité? Ce sera par contre intellectuellement correct, selon vos dires, de taire ce que l'islam fait aux femmes. Ne parlons de l'excision de milliers d'égyptiennes, de la soumission aveugle à des barbus tyranniques, de mariages forcés, non taisons ces faits, sinon, vous serez xénophobes et islamophobes. Et si afficher, par un voile, votre appartenance à ces dogmes ignobles est impensable, qui manquera alors de rigueur intellectuelle? Qui sera lâche?

Francois Gravel dit :
26 novembre 2013 à 8 h 14 min

@Hajar Jerroumi

Je tiens à vous féliciter de vous être clairement identifiée mais là s'arrête mes félicitations.

Maintenant je vous invite à prendre un miroir, et vous y verrez cette intolérance que vous tentez de nous accuser. Vous qui invitez des conférenciers prônant la charia, des conférenciers condamnant l'homosexualité, des prédicateurs disant aux femmes de raser les murs et voyant le péché dans les lectrices de nouvelles et j'en passe et des meilleures.

Et vous osez nous traitez d'intolérants?

Pour vrai, vous devriez vous recycler dans l'humour tellement vous êtes drôle!

Vous savez, nous ne sommes pas dupes. La qualité de ce débat réside dans la réflexion que plusieurs ont fait et la compréhension que les musulmans ne sont pas un groupe homogène.

Et oui, je tiens à profondément féliciter et remercier les musulmans qui se sont prononcés face à ces personnes comme vous sorties tout droit de l'obscurantisme d'une autre époque. Je tiens à appuyer et soutenir ces personnes qui aux risques de représailles prennent la parole sur les différentes tribunes qui leur sont offertes afin d'éveiller tous les québécois, qu'ils s'appellent Bouchard, Nguyen ou Dassylva, face aux dangers des extrémistes et de leurs tactiques d'accusations mensongères dans le but d'abuser de notre bonté.

Donc vos accusations d'intolérance, de racisme et de xénophobie, vous pouvez les garder pour vous, vous qui tentez de polariser ce débat et de semer le chaos dans notre civilisation qui a su accueillir avec tolérance et compassion bon nombres d'immigrants, immigrants qui participent activement et pleinement à notre vie sociale, culturelle et économique.

Drako dit :
26 novembre 2013 à 9 h 07 min

"Voilà une avancée importante qui montre que la foi, la croyance et l’institution changent dans le temps. Cela aurait été ironique que l’église anglicane dont la chef est notre reine interdise la nomination de femme évêque !"

Notre Reine?!?!?

Pauline Marois n'est aucunement la chef de l'Église anglicane :-D

Si vous parlez de la Reine d'Angleterre, parlez pour vous, car même si je suis Canadien, cette femme n'est aucunement ma Reine. Contrairement à notre PM je ne suis aucunement en amour avec cette Reine d'un autre pays. Il est plus que temps que nous mettons cette Reine dans nos pages de livres d'histoires et laisser les Anglais jubiler entre eux sur leur Reine et monarchie.

Chantal Champagne dit :
26 novembre 2013 à 9 h 41 min

Quel est votre point de vue sur les 2 livres discutées à Radio-Canada concernant les intolérances en Europe faites aux musulmans:

-Les religions face à l'intolérance : vaincre la politique de la peur, Martha C. Nussbaum, Climats 2013. - Nos mal-aimés : ces musulmans dont la France ne veut pas, Claude Askolovitch, Grasset, 2013.

Perspectives intéressantes mais j'ai des réserves puisque l'on semble dire qu'il ne faut pas combattre l'intégrisme. Je n'ai pas eu le temps de lire, je commente le résumé. Mais je croyais que ce serait pertinent pour vous si vous n'en avez pas entendu parler.

Merci pour votre réflexion.

Hélène Beaulieu dit :
26 novembre 2013 à 11 h 44 min

Le débat sur la Charte vient d'être surpassé.. par la religion nationale canadienne.. le hockey.

TVA sera le diffuseur pan canadien du hockey en français. La conférence de Presse en anglais laissait voir un enthousiasme (traduction simultanée en français) partagé entre les différents acteurs de ce virage numérique dans l'histoire du hockey canadien

Coudon! le hockey réussira-t-il à faire en sorte que les deux solitudes se rejoignent? Car le sport c'est culturel et politique..

Qu'attendent nos intellectuels québécois pour monter dans le train de la modernité..

Martin Gagné dit :
26 novembre 2013 à 11 h 44 min

Ah oui cette horreur de la 'chicane' et des divisions - une caractéristique propre aux canadiens-français. Paradoxal lorsque l'on sait que ce réflèxe en fut jadis un de protection - la tribu fesant front commun pour résister à l'ennemi anglophone. Voilà maintenant que cet argument sort plus souvent qu'autrement de la bouche des fédérastes - qui pactisent aujourd'hui avec l'étranger contre leur propre compatriotes! Quelle meilleure illustration de la schizophrénie chronique des ces gens-là. Ils rejettent le Québec et embrasse le Canada et tente de faire taire, nous les *vrais* québécois, en nous ensevoulissant sous un déluge d'accusations culpabilisantes. Et maintenant ils ont trouvés de nouveaux alliés: les barbus terroristes.

Martin Gagné, Mtl

Moustafar Aboulhamid dit :
26 novembre 2013 à 12 h 01 min

J'ai voté pour le parti Libéral. Récemment j'ai voté NPD pour afficher mon désaccord avec le party Libéral. Je vais voter PQ pour appuyer la Charet des valeurs..

Benton Fraser dit :
26 novembre 2013 à 12 h 37 min

Moi aussi j aurais quelques bons livres a suggérer, mais c est sur l intolérance des musulmans faites aux chrétiens et juifs: -The myth of islamic tolerance, Robert Spencer, Prometheus Books, 2005 -Crucified Again: Exposing Islam's New War on Christians, Raymond Ibrahim, Regnery Publishing, 2013

Perspectives terrifiantes et je n ai pas de réserves car il faut dénoncer l intégrisme, merci.

Monsieur propre dit :
26 novembre 2013 à 12 h 42 min

La Charte n'etait pas nécessaire car si l'enjeux était réellement celui qu'elle prétend c'est à dire abolir les signes religieux ostentatoires au travail dans offices du gouvernement, un simple décret ''code de conduite vestimentaire interne'' aurait suffit afin d'être géralisé à l'ensemble des fonctionnaires, et serait passé comme une lettre à la poste au parlement ! mais ce n'est nullement ce que le PQ désirait et désire encore, cette charte est le fruit d'un calcul politique nauséabond qui a parié sur la xénophobie envers les minorités... qui fait toujours recette dans la belle province, il a préféré élargir le ''champs de réflexion mais d'action aussi'', celui d'exacerber le nationalisme et les valeurs de rejet de l'étranger si cher à beaucoup d'esprits qui se sentent trahis par l'immigration, qui peinent à s'adapter aux aléas de la mondialisation, qui galèrent pour joindre les deux bouts économiquement, et qui cherchent un parti politique qui leur donnerait raison, c'est à dire leur confirmer que les etrangers sont des profiteurs, ils vivent mieux que vous, ils imposent leurs coutumes et religions, et ne sont nullement malheureux comme vous pourriez l'être ! la conséquence est que naturellement, dès le départ, le débat s'est déplacé de son but initial ou ''affiché en tant que tel" ..de code vestimentaire à débat sur l'égalité des sexes, d'islam conquérant, de guerre contre l'obscurantisme...etc

le PQ à choisi d'en faire une ''Charte''.. ce qui est tout un programme... sachant pertinament qu'il sucitera la controverse et l'ire des fédéralistes, des minorités, des multiculturalistes...mais est-ce réellement tout ? il faudrait être naif pour le croire...il ne s'agit pas que de réflexion encore une fois, mais d'action...

Dans ce débat tronqué à la racine, les réelles ramifications et enjeux sont encore plus cyniques, l'enjeu est immense, politique et économique à la fois; le PQ veut rétablir les règles et renforcer...

Monsieur propre dit :
26 novembre 2013 à 12 h 59 min

(suite)

Dans ce débat tronqué à la racine, les réelles ramifications et enjeux sont encore plus cyniques, l’enjeu est immense, politique et économique à la fois; le PQ veut rétablir les règles et renforcer celles qui sont existantes...; barrer le chemin aux immigrants de plus en plus nombreux qui soient bardés de diplômes et qui aspirent aux postes politiques, aux positions élitistes réservées aux de souche, ils sont capables de remettre en cause l'organigramme, les programmes, les idées, les copinages, le clientélisme, les passe droits et se retrouver aux commandes d'un certain nombre de cases stratégiques... le risque serait imminent, et ces immigrants fédéralistes pour la plus part anéantiraient du coup le discours démagogique sur l'indépendance...et dans le pire scénario pourraient eux même reprendre ce flambeau indépendantiste mais cette fois-ci en excluant les Québecois de souche pour être maîtres de cet enjeu ! en effet l'enjeu est immense, et il concerne un nombre incalculable de ''rentiers'' du Québec inc qui vivent de subventions injustifiées de l'argent du contribualble...c'est tout le système qui risque de s'effondrer si on en venait à perdre le contrôle du sommet de la pyramide...ou du schema de ponzi presque !

le plus dégueulasse dans ce débat sur la charte, est que bon nombre de Québecois intellos soit disant se sont joints à cette mascarade et escroquerie politique d'envergure, et tous les jours, mentent comme ils respirent dans ce débat, tout en alimentant la haine afin d'assurer une issue gagnante à cette idéologie et ce plan qu'ils doivent qualifier d'enjeu de ''survie''.

Bien entendu, une telle entreprise est vouée à l'échec ! un échec cuisant même ! le PQ ou les extrêmistes qui se sont joints à cette marche de la terreur n'arriveront pas à renverser la roue de l'histoire, ni celle de la mondialistion...ou celles de la compétition qui est inévitable pour toutes les nations du monde !

Bien le bonjour chez vous !

Gripette dit :
26 novembre 2013 à 17 h 16 min

Je ne vois aucune raison valable pour laquelle nous devrions être mal à l'aise de vouloir que nos institutions étatiques soient complètement laïcisées.

C'est un premier pas et ce n'est qu'un premier pas vers une laïcisation complète de l'espace public. La religion et ses colifichets ça relève du privé point final.

La plupart de ceux qui s'opposent et vouent aux gémonies le Gouvernement, ce sont précisément ceux qui sont souvent fanatiquement contre le gouvernement Québécois souverainiste. On peut facilement les repérer parce que à chaque fois qu'ils s'expriment ici c'est pour cracher sur le gouvernement actuel. Mettons que je pourrais nommer des noms mais que je m'abstiendrai.

Alors à mon sens ce n'est pas comme ça que l'on évalue la pertinence d'un projet de loi, ni sa valeur.

Lâchez par monsieur Drainville. Dans vingt ans, quand le feu sera pris à la grandeur du Canada, le québec sera devenu un havre d'harmonie où les immigrants auront compris la valeur de nos valeurs et les auront adoptées avec enthousiasme, justement parce qu'elles voulaient précisément rejeter celles qui leur étaient imposées dans leur pays d'origine par les radicaux religieux intégristes qui polluent déjà notre atmosphère.

alain maronani dit :
26 novembre 2013 à 18 h 20 min

@Monsieur propre

Analyse très juste de la clique québécoise de souche, qui controle l'accès a tout..

Le PQ qui se targue de connaitre L'HISTOIRE devrait méditer sur le fait suivant;

Tous les gouvernements ou mouvements qui ont utilisés la voie identitaire, ont TOUS eu a subir des fins brutales voire la liquidation historique.

Cette charte a peu de chance de passer car si on regarde les derniers sondages, les chances du PQ de former un gouvernement majoritaire, sont pour le moment nulle, et les autres urgences, réelles celles-ci, ne peuvent attendre indéfiniment.

Le site tooclosetocall donne meme actuellement un gouvernement du PLQ minoritaire, et Couillard gagnant a Roberval, un fief péquiste.

La charte n'a pas eu l'effet espéré par les Drainville et companie.

Le PQ est nu....l'économie est à la dérive, reste les radotages habituels de MBC qui se prépare, aux frais des contribuables, à devenir un sociologue barbichu, dans une université québécoise de seconde zone...

Yvon dit :
26 novembre 2013 à 19 h 08 min

Et si on payait ces femmes pour qu'ils puissent porter ces foulards, ces cagoules et ces niqab !

En recevant cette argent ils pourraient dire qu'ils les portent sans obligation......

Est-ce que serait un mensonge? NON

Pierre Bouchard dit :
26 novembre 2013 à 19 h 55 min

Michel Onfray émet l'hypothèse d'un possible triomphe de l'islam planétaire sans le valoriser en termes de vue clinique. Voir et revoir sur Tubes -C'est probablement la fin de l'Occident-. Réflexion du philosophe de la Contre histoire sur les périls probables qui menace la pensée des Lumières occidentale. En parfaite actualité vue de France en rapport avec la charte québécoise.

Hélène Beaulieu dit :
27 novembre 2013 à 12 h 42 min

Pierre Bouchard, la bulle démographique dans le monde musulman se dégonfle irrémédiablement.. La vision caricaturale de Michel Onfray impose plusieurs bémols.

Le virage numérique est un "phénomène" dont l'impact est ignoré dans les thèses de nos penseurs contemporains..

Nous sommes près de 8 milliards sur la Planète et l'information circule jusque dans les coins les plus reculés. La démocratisation des connaissances..

Les conflits d'aujourd'hui se déroulent dans un monde dont la complexité nous échappe encore.

Une chose certaine les solutions aux conflits d'hier ne sont plus adaptées aux conflits d'aujourd'hui.

Pierre Bouchard dit :
27 novembre 2013 à 18 h 29 min

H.Beaulieu. C'est faire un postulat évidemment non discutable que d'établir que la démographie, la technologie d'aujourd'hui interdit tout recul de civilisation ce qui déterminerait l'impossible retour de religions qui contrôleraient l'État en Occident. Nous savons déjà que malgré les nuances relatives que nous pouvons voir que l'Arabie saoudite et l'Iran dans des modèles distincts mais proches investissent le religieux dans toutes les sphères de la société en 2013.

Séparer l'histoire des civilisations du présent actuel est un leurre, les variations sont réelles tout en n'interdisant pas la reprise d'expériences du passé. La civilisation romaine antique avec son fort degré d'urbanisation ne s'est pas retrouvée dans le premier Moyen âge qui suit la chute de l'empire. Longtemps le Moyen âge a fait cohabiter des villes aux moyens réduits avec des campagnes dominantes dominées par des forteresses féodales. Il a fallu attendre le 13ème siècle véritablement pour que l'urbanisation en Europe redevienne d'importance. Lorsqu'on sait que la technologie des bains collectifs, les thermes romains ont complètement disparus sous le Moyen âge qui ne connaissait que le bain individuel en bois pour les plus riches. L'Occident a connu une régression de sa capacité technique dans le passé cela est arrivé face à l'apparition de royautés en conflit, de fiefs féodaux et d'un christianisme qui s'est enfermé rapidement dans sa bulle papale. M.Onfray ne dit donc pas des chimères face à la possibilité d'un islam futur impérialiste. Rien qu'une hypothèse qui se soutient toutefois sur un certain nombre d'éléments.

Gilles Guibord dit :
27 novembre 2013 à 23 h 32 min

Très bien envoyé! Les biens pensants issus de la Révolution tranquille voudraient bien dans ce débat penser à la place du bon peuple. Mais ce bon peuple veut exercer sa liberté de penser tout haut. Étant membre de cette noble plèbe, je pense que ceux qui ont tort ce ne sont pas les musulmanes qui portent le voile librement ou pas; mais ce sont les juges de la Cour suprême qui ont rendu des décisions contraires au gros bon sens au nom du multiculturalisme et contraires à la démocratie.

Pierre Bouchard dit :
28 novembre 2013 à 18 h 22 min

M.Guibord vous portez le nom d'un des champions de la laïcité au Canada français (19ème siècle) sous la domination ultramontaine de l'église! La théocratie ou théocratie sans le nom comme au Canada français d'avant la mise de l'avant du Québec après 1960 cultive l'ignorance des masses alors la théocratie en germe du multiculturalisme n'est pas la voie.

Gilles Guibord dit :
28 novembre 2013 à 23 h 38 min

@ Pierre Bouchard Je suis favorable à la laïcité qui respecte les droits des croyants. La laïcité qui veut sortir le religieux de l'espace public est, selon moi, le paravent de l'athéisme intégriste. Je pense que le multiculturalisme est une stratègie des tenants du "One Canada" pour minoriser la majorité de langue française. C'était la réponse au biculturalisme. Par la Cour suprême, il accorde à des individus des droits qui n'en sont pas. La conséquece est d'opposer les minorités à la majorité. Exemple simple, reconnaitre le droit fondamental à un enfant de porter un kirpan à l'école. Le kirpan n'est pas un symbole religieux, c'est l'arme du combat rapproché pour un soldat sikh. Maintenant on va reconnaitre le port du voile musulman comme droit fondamental alors que ce n'est pas une exigence religieuse. À preuve, il y a des États musulmans qui l'interdisent. Il revient dans l'espace public à cause des pressions politiques des islamistes.