/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien | Capitals

« Une équipe talentueuse » – Peter Budaj

AFP_452529501
Photo AFP
AFP_452529501
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON, D.C. | Même s’il a été crédité de sa deuxième défaite de la saison, Peter Budaj n’a pas à rougir de sa performance. Mis à part sa bourde du premier engagement, il a gardé le fort de belle façon.

«Mais la réalité, c’est que Washington possède une équipe talentueuse qui capitalise à la moindre occasion», a lancé Budaj, auteur de 24 arrêts.

Voilà pourquoi, consciemment ou non, le Canadien a tenté de se montrer plus prudent en troisième période.

«On a peut-être levé un peu le pied, a reconnu Tomas Plekanec, troisième étoile de la rencontre. Mais le problème se situe davantage au niveau de notre inconstance. Nous avons connu quelques mauvaises présences. Nous étions incapables de sortir la rondelle de notre territoire. Nous avons commis des revirements. C’est là que les Capitals ont commencé à revenir dans le match.»

Une opinion que ne partageait pas nécessairement le gardien slovaque.

«Je considère que nous avons obtenu quelques bonnes occasions de marquer. Même si nous étions en avance, a-t-il soutenu. Je crois que, justement, nous voulions éviter de jouer sur les talons.»

Travail défensif

Bien qu’ils aient été blanchis tous les deux de la feuille de pointage pour la première fois en trois rencontres, Andreï Markov et P.K. Subban ont disputé un bon match.

Ils ont été drôlement efficaces en territoire défensif. Subban a démontré qu’il pouvait se sacrifier pour l’équipe. On l’a vu sauver un but certain en bloquant un tir de Joel Ward en première période. Il a également réalisé quelques replis défensifs énergiques mettant fin à des attaques adverses.

Le centre d’attention

Manifestement tannés de l’avoir continuellement sur les talons, les joueurs des Capitals ont passé une bonne partie de la soirée à tenter de le déconcentrer.

Mis à part une légère perte de contrôle qui lui a fait visiter le banc des punitions en compagnie de Markov et de Nicklas Backstrom, le récipiendaire du trophée Norris est parvenu à garder son calme.

«Je le sais qu’en étant un joueur d’impact, j’attire l’attention des adversaires. Je sais qu’ils tenteront de s’en prendre à moi et voudront me déconcentrer en me parlant constamment. Je ne dois pas me laisser emporter par mes émotions, je dois faire passer l’équipe en premier.»

La guerre russe

Markov a, lui aussi, été la cible de quelques adversaires. D’ailleurs, on l’a vu à quelques occasions avoir maille à partir avec Alex Ovechkin.

Cependant, de la façon dont les deux compatriotes se parlaient, dans le couloir séparant les deux vestiaires, après le match, on peut conclure que la hache de guerre est demeurée sur la patinoire.

 

Commentaires
Loading