/news/currentevents
Navigation
Fraude

Le vendeur d’or Kitco clame son innocence

Le siège social de l'entreprise Kitco
Photo Agence QMI, Joël Lemay Le siège social de l'entreprise Kitco

Coup d'oeil sur cet article

Le vendeur d’or Kitco a réagi hier au reportage publié dans le Journal sur une méga-poursuite intentée par l’Agence du revenu du Québec (ARQ) pour une fraude fiscale de plusieurs centaines de millions de dollars.

Le vendeur d’or Kitco a réagi hier au reportage publié dans le Journal sur une méga-poursuite intentée par l’Agence du revenu du Québec (ARQ) pour une fraude fiscale de plusieurs centaines de millions de dollars.

Kitco et un réseau d’une douzaine de bijouteries auraient été impliqués dans un stratagème frauduleux de réclamation de remboursement de taxes, selon ce qu’allègue Revenu Québec dans les documents de cour obtenus par notre Bureau d’enquête.

L’Agence réclame des peines de prison et des amendes de 750 M$ pour les têtes dirigeantes du réseau. La fraude pourrait totaliser 350 millions de dollars.

« Kitco n’a jamais fait de fausses déclarations ni essayé d’obtenir des crédits de taxe auxquels elle n’avait pas droit », soutient Kitco dans un communiqué.

« Bart Kitner, président de Kitco, croit que l’acharnement continu de l’ARQ dans cette affaire constitue un abus de pouvoir et que cela a déjà causé un préjudice important au développement et aux activités actuelles de l’entreprise », écrit l’entreprise.

L’entreprise cite à l’appui de ses propos un extrait d’un dossier dans lequel un bijoutier en faillite, Oscar Solorzano, dit avoir été amené par Revenu Québec à dire que Kitco lui avait donné des factures de complaisance, même si ce n’était pas le cas.

« Revenu Québec, ils me demandent de dire que c’est Kitco qui me donne des factures de complaisance; sinon, ils vont me poursuivre tout le temps pour fraude. Ils vont m’envoyer en prison », dit le bijoutier dans le document obtenu par notre Bureau d’enquête.

Selon l’expert en crimes économiques Michel Picard, les recours entrepris par le fisc laissent penser que la fraude présumée a impliqué des sommes d’argent colossales. « Si Revenu Québec cherche à récupérer 200 M$ en taxes impayées, c’est dire que l’activité commerciale a été de deux milliards. J’ai calculé et ça fait près de 48 kilos d’or. C’est énorme », a-t-il dit.

Commentaires