/weekend
Navigation
Louis-François Marcotte

Louis-François Marcotte: un gars de bois

Louis-François Marcotte
photo courtoisie Louis-François Marcotte

Coup d'oeil sur cet article

Après les nombreux restaurants en ville, la télé, les livres, la frénésie, le chef Louis-François Marcotte a eu envie d’un retour aux sources.

Il ouvre maintenant une cabane à sucre à Saint-Faustin-Lac-Carré.

De son propre aveu, Louis-François Marcotte est un «p’tit gars de bois». Il aime respirer le grand air et cuisiner les produits de l’érable. «Avec les restaurants en ville, j’ai roulé ma bosse pas mal. Là, j’ai eu envie d’autre chose. La ville, c’est un autre beat et je me rends compte que, dans le bois, je suis bien heureux. Ça me balance le PH, dit-il en riant. Ça me calme.»

Non, Louis-François ne s’est pas transformé en ermite. Son escapade rurale ne durera que deux mois, le temps des sucres. La tablée des pionniers, le nom que porte la cabane à sucre, ouvrira ses portes le 1er mars et fermera à la fin de la saison. «On fera d’autres saisons si on veut, mais on commence avec deux mois et on verra après», précise-t-il.

Une histoire de famille

Le chef n’est pas seul à gérer ce projet. Il s’est associé à son ami Daniel Lalande et à la famille Lacroix pour acheter cette cabane à sucre qui opère depuis 57 ans. Les familles de chacun des propriétaires mettront la main à la pâte pour faire de ce restaurant un endroit convivial et chaleureux.

«J’ai voulu rester proche de l’idée d’une cabane classique, mentionne Louis-François. C’était important pour moi de garder un côté intégral et accessible. Je veux pouvoir voir des familles, des enfants et des grosses gangs. On a gardé la ferme sur place et on va offrir des promenades de chevaux dans le bois», dit-il.

Au menu, on retrouve surtout des produits du terroir dont un bacon braisé à l’Adélard – un vin blanc aromatisé au sirop d’érable, produit par le Vignoble Rivière du Chêne – et les saucisses de Gaspor­­ avec trois gammes de prix: 28 $, 38 $ ou 48 $.

«Je veux pouvoir accueillir des familles nombreuses autant que des adultes qui veulent se payer un bon souper qui se rapproche plus du restaurant», indique le chef.

Aura-t-on bientôt droit à un livre ou une émission pour connaître les recettes de cabane à sucre de Louis-François? Pour l’instant, le chef ne veut pas s’aventurer dans cette direction. «Je ne veux pas mêler les cartes et aller trop vite, dit-il. Ce qui va se passer ensuite? Aucune idée. On vit une saison à la fois.»

Il le fait surtout pour le plaisir. «C’est pour triper et s’amuser», précise-t-il.

Dès l’ouverture de la cabane à sucre, le chef entend passer ses week-ends dans le bois avec sa famille.

  • La tablée des pionniers ouvre ses portes le 1er mars.

latableedespionniers.com


 

Commentaires