Argent | Entreprises

Football

Molson quitte les Alouettes

Carl Renaud / Agence QMI

Publié le: | Mise à jour:

QMI_QMI-1102201557-006

Photo Archives / Agence QMI

Molson a éliminé récemment une vingtaine d’emplois au sein de son administration montréalaise.

Molson Coors ne fera pas partie de l’alignement des Alouettes au début de la saison, en juin prochain. Le brasseur a décidé de mettre fin à la relation qui le liait au club de football, après une quinzaine d’années d’association.

Le partenariat entre Molson et les Alouettes prenait fin cette année, mais la brasserie jouissait d’une période de négociation exclusive pour renouveler son entente. Ce privilège a pris fin dernièrement, ouvrant la porte aux rivaux de l’entreprise.

«Nous parlons à d’autres brasseurs, mais nous n’avons pas encore signé d’entente avec l’un des joueurs en question», a exprimé à Argent, Jean Couvrette, vice-président aux partenariats corporatifs pour les Alouettes.

M. Couvrette a refusé de nommer les brasseurs avec lesquels les Alouettes ont entamé des discussions. Selon des informations obtenues par Argent, la brasserie Labatt a de l’intérêt, mais elle n’est pas la seule sur les rangs.

Argent a contacté Labatt, mais la porte-parole de la brasserie, Jennifer Damiani, a indiqué que l’entreprise n’avait pas de commentaires dans ce dossier.

Le rival de Molson a été le partenaire des Alouettes lors du retour de la ligue canadienne de football à Montréal. Labatt était le brasseur exclusif du club pendant les deux saisons passées au Stade olympique (1996, 1997) et pendant la première saison qui s’est déroulée au Stade Percival-Molson (1998).

La brasserie qui signera une entente avec les Alouettes obtiendra notamment l’exclusivité de la vente de bière pendant les matchs du club ainsi qu’une excellente visibilité. Les Alouettes recherchent généralement des partenaires à long terme, ce qui signifie que le contrat qui sera signé portera sur quelques années.

Chez Molson Coors, on confirme que la partie est terminée sans préciser les raisons de ce divorce. «Nous avons négocié, mais à ce moment-ci, Molson considère qu’il n’est plus le partenaire des Alouettes pour la prochaine saison», a dit François Lefebvre, porte-parole de l’entreprise.

Emplois abolis

La fin de l’entente entre Molson et les Alouettes survient alors que le brasseur vient de décider de déménager une grande partie de son département de marketing à Toronto. Dans le cadre de cette décision, Molson a éliminé récemment une vingtaine d’emplois au sein de son administration montréalaise.

Le porte-parole de Molson affirme cependant qu’il n’y a pas de relation entre les deux décisions. Le brasseur est aussi associé au Canadien de Montréal, à l’Impact de Montréal et à des clubs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Au total, les Alouettes comptent plus de trente partenaires, dont une quinzaine de joueurs majeurs. BMO, Telus et Tim Hortons font partie des principaux partenaires. L’entente de Molson est toutefois la seule qui venait à échéance cette année.

André Richelieu, un spécialiste du marketing sportif, estime que s’associer à une franchise sportive est très intéressant pour une entreprise. «Le sport intéresse tout le monde et il procure beaucoup de visibilité pour une marque, dans les médias entre autres», a commenté le professeur de l’Université Laval.

Selon le spécialiste, deux grandes raisons peuvent avoir poussé Molson à laisser tomber les Alouettes. La brasserie pourrait avoir choisi de diversifier ses investissements en misant sur un autre produit, ou avoir jugé que les sommes consacrées au club de football ne rapportaient pas suffisamment.

«La lune de miel entre les Alouettes et les Montréalais s’est diluée. Le potentiel de développement de l’Impact et du soccer me semble plus intéressant, particulièrement en cette année de Coupe du monde», a analysé M. Richelieu.

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus