/news/politics
Navigation
Politique

Directions d’école en faveur de la charte

Les demandes d’accommodements pour des raisons religieuses se multiplient selon deux associations

Directions d’école en faveur de la charte
Photo d'archives L’interdiction de porter des signes religieux visibles doit demeurer dans le projet de charte selon Danielle Boucher et Gaétan Naud.

Coup d'oeil sur cet article

Deux regroupements de directions d’écoles se rangent en faveur de la charte de la laïcité du gouvernement Marois.

«Le jeu en vaut la chandelle; les efforts investis dans la démarche actuelle rapporteront des dividendes pour de nombreuses années à venir», prévoit Gaétan Naud, président de l’Association montréalaise de directions d’établissements scolaires (AMDES). Dans un sondage mené auprès de ses 470 membres au sujet du projet de charte, l’AMDES rapporte que 72 % se sont dits en faveur.

Dans la région de Québec, l’Association québécoise de personnel de direction des écoles (AQPDE) a mené un sondage qui indique et rapporte que ses membres souhaitent dans une proportion de 60 % l’adoption de la charte. L’écart d’approbation entre les deux associations s’explique par la concentration des populations immigrantes dans la région de Montréal, expliquent le président de l’AMDES et sa collègue de l’AQPDE Danielle Boucher.

Les demandes d’accommodements raisonnables pour des raisons religieuses ne cessent de se multiplier, rapportent les deux Associations. «75 % de nos membres disent avoir dû répondre à des demandes d’accommodements raisonnables», soutient Gaétan Naud.

« Religion envahissante »

Aux demandes d’accommodements individuelles s’ajoutent les demandes collectives. «Les demandes de congés religieux se faisaient au départ par des individus. Maintenant c’est passé dans les règlements à la Commission scolaire de Montréal […] On est d’accord avec la liberté de religion, mais pas quand l’expression de cette religion est envahissante. On peut comprendre qu’une demande massive de congés religieux dans une école, ça peut créer un problème», expose M. Naud.

Danielle Boucher signale qu’il lui est arrivé d’être confrontée à des parents qui voulaient parler au «directeur» et qui refusaient de lui parler parce qu’elle est une femme. «Si on décide d’envoyer un homme, on donne un mauvais message. Moi j’ai toujours refusé ça. Mais je connais des milieux qui ont choisi cette solution», témoigne Mme Boucher.

Difficile à gérer?

Même s’ils reconnaissent que le port de signes religieux visibles ne donne pas lieu à des situations particulières, les deux présidents soutiennent que l’interdiction doit demeurer dans la charte [pour] «envoyer un message de neutralité religieuse à l’école […] Le fait de ne pas porter de signes ostentatoires ça rend la situation claire quant à la laïcité de l’école», plaident Gaétan Naud et Danielle Boucher.

Les directions d’écoles conviennent que l’application de la charte pourrait être difficile à gérer, notamment en raison de l’interdiction de port de signes religieux sous peine de congédiement. «On pense qu’on va être capables de gérer ces situations-là sans aller jusqu’au congédiement», soutient Mme Boucher.

Commentaires