/news/politics
Navigation
Élections | Sondage

Majorité en vue 

Coup d'oeil sur cet article

Rien n’est encore joué, mais Pauline Marois peut espérer former un gouvernement majoritaire le 7 avril prochain grâce à un fort appui des électeurs francophones.

Rien n’est encore joué, mais Pauline Marois peut espérer former un gouvernement majoritaire le 7 avril prochain grâce à un fort appui des électeurs francophones.

Le sondage Léger effectué pour le Journal montre que le Parti québécois obtient maintenant 45 % des intentions de vote chez les francophones, un bond de deux points depuis janvier.

«C’est un chiffre magique pour obtenir une majorité parlementaire, puisque beaucoup de circonscriptions sont majoritairement francophones», explique Christian Bourque, vice-président de la firme de sondage.

Le PQ a maintenant une avance de 22 points sur les libéraux chez les francophones, qui sont très fortement majoritaires dans 80 circonscriptions.

Si cette avance n’est pas «confortable», M. Bourque souligne tout de même que la «tendance depuis novembre» est d’observer une hausse constante de cet appui, grâce entre autres à «l’effet charte».

Le PQ, un parti de «boomers»

Autre phénomène positif pour Pauline Marois: pour la première fois de son histoire, le Parti québécois est en avance chez les 45 ans et plus, ce qui fait dire au sondeur que le PQ est devenu le «parti des baby-boomers».

Traditionnellement, les électeurs plus âgés votent en masse. Ce pourrait donc être la fin de la traditionnelle «prime à l’urne» des libéraux. La prime irait cette fois au PQ.

Par ailleurs, tout n’est pas rose pour le PQ, qui semble avoir «fait le plein de vote», dit Christian Bourque. En effet, la satisfaction envers le travail du gouvernement, à 38 %, est pratiquement la même que les intentions de vote à son égard.

Le PLQ doit percer chez les francophones

Le sondage envoie deux messages forts au PLQ, qui gagne deux points depuis janvier. Premièrement, le chef libéral devra convaincre les francophones qu’il est apte à gouverner. À la question «qui serait le meilleur premier ministre», il n’obtient que 17 % d’appui, à égalité avec François Legault, contre 34 % pour Pauline Marois.

Deuxièmement, M. Couillard devra convaincre les électeurs caquistes de virer capot et de l’appuyer pour bloquer l’élection d’un gouvernement majoritaire péquiste.

«Le vote de la CAQ est friable. Les électeurs anti-péquistes pourraient donner leur appui au PLQ», explique M. Bourque. En effet, seule la moitié des répondants du sondage qui disent donner leur appui à la CAQ ont fait un choix «définitif». Le Parti libéral est le deuxième choix de 34 % des électeurs caquistes.

Quant au Livre blanc sur la souveraineté promis par Pauline Marois, il n’a pas soulevé les passions, sauf chez les purs et durs. Dans la population en général, l’appui à la souveraineté stagne à 41 %.

Commentaires