/news/politics
Navigation
Commission Charbonneau

Un témoin de la commission Charbonneau avec la CAQ

Serge Pourreaux: Ancien haut-fonctionnaire
photo d'archives Serge Pourreaux: Ancien haut-fonctionnaire

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien haut fonctionnaire de la Ville de Montréal Serge Pourreaux, qui a livré un témoignage remarqué devant la commission Charbonneau, se lance en politique sous les couleurs de la CAQ.

L’ex-directeur de l’approvisionnement de la Ville de Montréal et ex-DG de Val-David représentera le parti de François Legault dans la circonscription de l’Acadie.

Serge Pourreaux n’est pas passé inaperçu en février 2013 à la barre des témoins de la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction.

Faire des économies

À plusieurs reprises, il a tenté de sonner l’alarme, en vain, sur les sommes exorbitantes que la Ville de Montréal déboursait pour ses travaux d’infrastructures.

Alors qu’il était chargé de faire faire des économies d’échelles à sa municipalité — qui payait ses travaux 30 à 40 % plus cher qu’ailleurs au Québec —, le haut fonctionnaire a été mis sur la touche et son projet, tué dans l’œuf par l’ex-président du comité exécutif, Frank Zampino, avait-il raconté à la juge Charbonneau.

Presque un an jour pour jour après son témoignage, Serge Pourreaux a choisi la politique en se présentant sous les couleurs de la CAQ dans la circonscription de l’Acadie, qu’il habite depuis plus de trente ans. Sa démarche s’inscrit dans la continuité de sa carrière, a-t-il expliqué.

«J’ai passé 35 ans dans la gestion publique, j’ai parfois été ralenti ou bloqué par les autorités politiques pour ne pas faire de changements (…) Il est maintenant temps de pousser, de faire des économies», a-t-il ajouté, gardant scrupuleusement sa ligne de conduite d’optimisation des coûts.

Serge Pourreaux a été félicité par l’ancien chef de l’Unité anticollusion et député caquiste de Saint-Jérôme, Jacques Duchesneau, au terme de son témoignage devant la Commission, puis approché par le chef de la CAQ, François Legault.

«On m’a demandé si j’étais prêt à m’impliquer davantage», a indiqué le candidat au Journal. «Pour sauter dans le bateau, il fallait que je croise quelqu’un en qui je me retrouve (…). Ce n’est pas par ambition personnelle que je le fais, mais bien pour donner un coup de main», a-t-il ajouté.

Serge Pourreaux pense apporter à la CAQ son expertise dans la gestion des fonds publics, mais aussi dans le domaine des infrastructures. «L’enjeu du retard d’entretien des infrastructures est plus grand que le déficit des caisses de retraite», estime-t-il.

Contre Christine St-Pierre

Le combat risque d’être rude pour M. Pourreaux puisqu’il affrontera l’ancienne journaliste et ministre de la Culture libérale, Christine St-Pierre, à la tête de la circonscription depuis 2007.

Aux dernières élections provinciales, elle avait remporté le scrutin haut la main avec 55 % des voix. La CAQ était arrivée en seconde position avec 17 % des suffrages.

En 2008 et 2007, Mme St-Pierre s’était respectivement imposée avec 67 % et 60 % des votes devant le Parti québécois.

«Ça va se jouer durant la campagne, je fais confiance aux gens», a déclaré M. Pourreaux.

 

Commentaires