Actualité | Faits divers et judiciaire

Mariloup Wolfe | Gab Roy

Mariloup Wolfe poursuit Gab Roy pour 300 000 $

Sophie Durocher

Sophie Durocher @

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

Soirée des Jutra

photos d’archives

La comédienne et réalisatrice évoque dans sa requête une atteinte à sa dignité.

La comédienne, animatrice et réalisatrice Mariloup Wolfe poursuit le blogueur Gab Roy pour la somme de 300 000$ pour atteinte à l’image, à la vie privée et à la dignité.

Cette poursuite vise un texte publié sur le site LeVraiGabRoy.com dans lequel le blogueur décrivait son fantasme de violer la comédienne et s’en prenait également violemment à son conjoint Guillaume Lemay-Thivierge.

La comédienne soutient qu’elle «a été humiliée, dénigrée, discréditée, ridiculisée, diffamée et atteinte dans son honneur, son intégrité et sa réputation, a subi un stress énorme et une anxiété constante».

Le Journal a appris que la requête a été déposée à la Cour Supérieure vendredi, pour coïncider avec la Journée internationale de la femme du 8 mars. D’ailleurs, il est spécifié dans la requête, dont le journal a obtenu copie, que les montants éventuellement obtenus de la poursuite seraient versés à des groupes œuvrant contre la violence faite aux femmes.

Le texte Shotgun sur Mariloup Wolfe publié par Gab Roy en octobre 2013 «décrit en détail, de manière aussi peu subtile que vulgaire, son fantasme pervers d’avoir une relation sexuelle dégradante, violente et abusive avec la demanderesse», selon ce qui est allégué dans la poursuite.

Mariloup Wolfe, en plus de son travail de réalisatrice, est surtout connue pour ses rôles à la télévision dans Unité 9, 30 vies, Musée Éden et Ramdam. On l’a aussi vue au cinéma dans C.R.A.Z.Y. et À vos marques ... party!.

Propos ignobles et sexistes

Mariloup Wolfe qualifie d’«odieux et de mauvais goût», de «cruels et abominables» , «ignobles, hargneux, sexistes et malicieux» les propos de Gab Roy envers elle.

La comédienne réclame donc, «pour l’humiliation ressentie auprès de ses pairs du milieu artistique, ainsi que de la communauté en général» des dommages-intérêts compensatoires au montant de 200 000 $ et 100 000 $ à titre de dommages exemplaires, en plus du remboursement des frais d’avocats.

Le lendemain de la publication du blogue, Gab Roy, invité à la radio CHOI de Québec avait affirmé que son texte qu’il qualifiait de «blague extrêmement vulgaire», avait été vu plus de 100 000 fois.

Un préjudice supplémentaire

Puis en décembre 2013 Gab Roy, lors d’un passage très contesté à Tout le monde en parle à Radio-Canada, était revenu sur ce texte controversé concernant Mariloup Wolfe et avait présenté ses excuses. Or, selon l’avocat de la comédienne, ce passage à Tout le monde en parle n’a fait que susciter plus de publicité pour le texte en question, causant ainsi un préjudice supplémentaire à la comédienne.

La poursuite allègue que, malgré une mise en demeure de Mariloup Wolfe, le texte en question est toujours disponible sur l’internet, peut être trouvé facilement sur Google, a été repris par un grand nombre de sites web, et apparaît toujours sur la Page Facebook de Gab Roy.

Les propos de Gab Roy ne sont pas acceptables, selon la poursuite, «dans une société moderne et égalitaire comme la société québécoise, que ce soit au nom d’une quelconque liberté d’expression ou encore en se cachant lâchement derrière un humour de mauvais goût».

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus