/news/health
Navigation
Hôpital Honoré-Mercier

Nettoyage intensif à l'hôpital Honoré-Mercier pour éliminer les infections

Hopital corridor civiere
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE – En 2006, 16 patients sont morts à l'hôpital Honoré-Mercier, à Saint-Hyacinthe, à la suite d’une éclosion de C. difficile.

Huit ans après cet épisode dramatique, TVA Nouvelles s'est rendu sur place pour constater qu'en adoptant des mesures d'hygiène appropriées, les infections nosocomiales peuvent être réduites considérablement.

Devant les chambres des patients en isolement, des affiches aux couleurs différentes indiquent quelle infection les touche et quelles sont les consignes qu'il faut respecter en leur présence.

«La fiche jaune nous dit que le patient qui est à l'intérieur de la chambre est porteur de la bactérie C. difficile», explique l'infirmier-chef Charles Beauchesne en montrant l’entrée d’une chambre. Lors de notre passage, c'était le seul cas de C. difficile à l'hôpital et dans les cinq CHSLD du CSSS. Depuis le début de l'année, on en compte huit.

En un an, les cas ont diminué de 81%.

Plusieurs solutions ont été mises en place. Par exemple, dès l'arrivée des patients aux urgences, ceux qui sont à risque sont détectés.

«Le patient, quand il retourne au CHSLD, maintenant, on le détecte à son arrivée là-bas, au jour 7 et au jour 14, pour être certain qu'on ne l'a pas échappé entre-temps et qu'il n'a pas développé une bactérie et qu'il l'a pas amenée chez eux», détaille Josée Fournier, qui dirige les services généraux de l'hôpital.

Aussi, le département d'hygiène et salubrité met les bouchées doubles. «Quatre fois par année, on s'assure de tout décontaminer, d'aller en profondeur», a rapporté le coordonnateur Alain Lamarche.

On compte une trentaine d'employés en hygiène et salubrité le jour, une vingtaine le soir. Les équipements utilisés doivent être désinfectés avant d'être réutilisés.

Cette visite jette un éclairage nouveau sur ce que doivent faire les hôpitaux pour combattre ces puissantes infections mortelles. Des mesures qui, malheureusement, ne sont pas appliquées partout.

 

Commentaires