/news/politics
Navigation
Élections

Couillard tient au marché du carbone

QMI_DELAND_14699
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard promet que le régime de plafonnement des émissions de gaz à effet de serre n’alourdira pas le fardeau fiscal des contribuables québécois.

À compter du 1er janvier 2015, le prix de l’essence augmentera de 2,8 cents le litre parce que les distributeurs de carburant et de combustibles fossiles seront assujettis au régime de plafonnement des émissions de GES. Ces derniers devront acheter des droits d’émissions de GES pour compenser leurs ventes de carburant. Ils refileront la facture aux consommateurs. Ces droits d’émissions se vendent présentement 11,39$ la tonne de GES.

«Je suis d’accord avec l’idée qu’il faut lutter fermement contre les changements climatiques. La négociation d’une bourse du carbone c’est une très bonne idée (…) On va essayer de se maintenir là-dedans. On va s’arranger pour amenuiser l’impact pour les gens qui paient les taxes», a promis le chef libéral en entrevue au FM-93, avant de rappeler qu’un gouvernement libéral abolirait la taxe santé sur une période de quatre ans commençant en  2016-2017.

L’ascenseur

La nouvelle taxe sur l’essence pourrait augmenter rapidement parce que les achats de droits d’émissions vont augmenter au fur et à mesure que le plafond des émissions sera réduit, a signifié Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal dans un texte paru cette semaine dans La Presse.
Entre 2015 et 2020, le plafond des émissions de GES va baisser de 65 à 55 millions de tonnes, l’équivalent de 25 millions de barils de pétrole en cinq ans. Selon le professeur Pineau, la taxe sur l’essence pourrait monter de 5% par année en raison de la rareté des droits d’émissions qui ferait monter leurs prix en proportion.

Le Québec est la seule province canadienne à s’être engagée dans un  régime de plafonnement et la Californie est le seul État américain à le faire. Une partie de l’argent payé par les automobilistes québécois pourrait aboutir en Californie où l’offre de droits d’émissions risque d’être supérieure à celle du Québec.

Commentaires