/news/politics
Navigation
Pyrrhotite

Pyrrhotite : la Coalition demande 45 millions $ de plus sur trois ans

QMI_qmi_1403191719001
Photo SARAH DÉSILETS-ROUSSEAU / AGENCE QMI Accompagnés du maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, les représentants de la Coalition ont exigé des actions concrètes des candidats.

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – La Coalition Proprio-Béton, l’organisation qui défend les droits des victimes de la pyrrhotite, a présenté mercredi matin une liste de demandes aux partis politiques afin d’être entendue dans la campagne électorale. 

Accompagnés du maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, les représentants de la Coalition ont exigé des actions concrètes des candidats des différentes formations politiques, alors qu’ils étaient nombreux à assister à la conférence de presse pour l’occasion.

«Vous comprendrez que notre organisme est un peu exaspéré devant les multiples demandes d’ordre financière que nous avons portées au cours des derniers mois. Nous demandons aujourd’hui des engagements clairs et fermes des partis politiques visant le renouvellement de l’aide gouvernementale du Québec à la hauteur de 45 millions $», a déclaré Jacques Blais, responsable des communications du regroupement.

La Coalition souhaite que cette somme soit injectée à même le fonds d’aide aux victimes de la pyrrhotite à raison de 15 millions $ par année, sur trois ans, ce montant s’ajoutant aux 30 millions $ déjà octroyés par les précédents gouvernements.

De l’avis de la Coalition, l’arrivée en Mauricie de l’organisme qui gérera le nouveau Plan de garantie des constructions résidentielles permettrait à la région de créer 200 emplois.

Les représentants des victimes souhaitent également la création d’une table de concertation visant exclusivement le règlement de la crise, et à laquelle siégeraient des représentants de la Régie du bâtiment du Québec, de la Société d’habitation du Québec, du ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du Territoire, les municipalités affectées de la Mauricie et les députés locaux, notamment.

Le porte-parole de la Coalition, Yvon Boivin, a déploré une fois de plus l’insensibilité et l’inaction du gouvernement fédéral dans ce dossier.

Commentaires