/news/consumer
Navigation
Consommation | Alimentation

Ils mangent comme les hommes des cavernes

Manger paléo
Photo Claudia Berthiaume, le journal de montréal
Vincent Mandeville (à gauche) et Guillaume Lacerte devant un souper typiquement «paléo».

Coup d'oeil sur cet article

De plus en plus de Québécois se nourrissent comme les hommes des cavernes. Ils ne mangent pas de viande crue ni avec leurs mains, mais leur alimentation est calquée sur celle des chasseurs-cueilleurs.

De plus en plus de Québécois se nourrissent comme les hommes des cavernes. Ils ne mangent pas de viande crue ni avec leurs mains, mais leur alimentation est calquée sur celle des chasseurs-cueilleurs.

Après les aliments anticancer, sans gras trans et bios, la nouvelle tendance, c’est de manger «paléo».

Vincent Mandeville et son ami Guillaume Lacerte ne mangent que des fruits, des légumes, de la viande et des noix. Leur régime alimentaire, qui s’inspire d’un courant californien, ne contient aucun gluten ni aliment transformé.

«Ce qu’on mange, c’est ce que les régi­mes éliminent d’habitude: beaucoup de viande rouge et de gras saturés», résume Vincent, qui mange «paléo» depuis deux ans.

Mais n’allez pas croire qu’il part chasser l’écureuil le matin en espérant manger le soir!

«L’idée, c’est de s’inspirer au maximum de ce que faisaient les hommes préhistoriques et de se baser sur la théorie de l’évolution pour manger», poursuit le kinésiologue.

C’est Guillaume qui a initié Vincent à l’alimentation paléolithique.

«J’avais des problèmes d’inflammation aux genoux parce que je courais beaucoup, alors Guillaume m’a suggéré d’essayer le “paléo” et ça s’est beaucoup amélioré», se souvient Vincent.

Quant à Guillaume, c’est pour avoir des résultats optimaux à l’entraînement que l’enseignant en éducation physique a adopté ce mode de vie il y a cinq ans.

Le courant paléolithique, c’est aussi faire de l’activité physique régulièrement, s’exposer à la lumière du jour quotidiennement et avoir des heures de sommeil stables.

Une discipline payante ?

Sans demander plus de temps ou d’argent qu’une autre forme d’alimentation, le mode de vie des deux amis requiert une discipline de tous les instants, ce qui ne les rebute pas.

«Il nous arrive d’aller au resto et de prendre de l’alcool, tout n’est pas figé. Mais j’ai l’impression que quand je triche, c’est moi qui perd», souligne Guillaume.

«Les bienfaits que ça nous apporte nous aident à maintenir la discipline», ajoute Vincent.

Selon eux, tous ceux qui se sont convertis au «paléo» ont perdu du poids. Mais cela ne serait qu’éphémère pour la nutritionniste Isabelle Huot.

«Un régime faible en glucides comme le leur permet de perdre du poids à court terme parce qu’on perd beaucoup d’eau au début. Les gens reprennent souvent le poids perdu et voient leur niveau d’énergie et leur endurance diminuer», dit-elle.

Mme Huot ne recommande pas le régime paléolithique, qu’elle qualifie de «recette soi-disant miraculeuse».

«Il y a un aspect positif, c’est le fait de manger des aliments qui ne sont pas transformés. Et réduire le sucre, j’appuie ça à 100%. Par contre, exclure un ou des groupes alimentaires, ce n’est pas une approche équilibrée», soutient-elle.


Des vedettes comme Jessica Biel et Matthew McConaughey et plusieurs joueurs de la NBA mangent «paléo».

 

Commentaires
Loading